CULTURE
Pourquoi Netflix n'est pas encore en France
par Charlotte Pudlowski
le 15 juillet 2013

Il y a quelques années, j’ai passé six mois à étudier à l’étranger. Dans le Missouri. Ici. Heureusement, aux Etats-Unis, il y a Netflix. Dans mon charmant petit trou paumé bordé de Domino’s Pizza, j’étais bien contente de découvrir ce service de vidéos à la demande qui, en gros, assouvissait n’importe laquelle de mes demandes en films. Pour 6,99 dollars par mois (environ 5,5 euros), j’avais accès à tout ce dont le vidéo club du coin manquait cruellement: le cinéma mondial.

En quelques mois, j’ai comblé mes lacunes en comédies romantiques aussi bien qu’en films français (Assayas included). C’était bon marché, c’était simple, c’était complet. C’est la seule chose qui m’a manquée en rentrant à Paris. (Ça et les bagels aux pépites de chocolat.)

Pourquoi n’avons-nous pas Netflix en France? Par quelle bizarrerie de notre système doit-on se contenter d’une offre chère, lacunaire, dispersée?  

Netflix (qui n’a pas voulu répondre à mes questions car ils n’avaient «rien à dire pour l’instant sur la France») peut théoriquement venir s’installer. Aucun obstacle technique. Seulement la France compte un certain nombre de règles assez complexes pour une entreprise américaine comme celle-là. En premier lieu: la «chronologie des médias».

Voir «Camping 2» 3 ans après

La «chronologie des médias» est un point fondamental de notre exception culturelle française: c’est elle qui régit l’ordre d’apparition d’un film sur différents supports. Une fois qu’un film est produit, on n’a pas le droit en France de le sortir comme on veut en DVD ou sur Internet. Il  y a une chronologie de son exploitation à respecter. La SVOD (c’est-à-dire pas la simple VOD, mais la VOD par abonnement, où l’on paye un prix fixe pour des contenus illimités) est le bout de la chaîne d’exploitation. En France, il faut attendre trois ans avant de mettre un film en SVOD. Contre quatre mois pour un DVD, ou la VOD avec paiement à l'acte (comme iTunes).

Si Netflix avait un site français, le film le plus récent que vous y trouveriez, ce serait par exemple Carlos (sorti en juillet 2010) ou Camping 2. Ce que vous trouvez sur les plateformes actuelles comme Canal Play Infinity et qui ne sont pas franchement un succès.

Cette chronologie pourrait bien être bouleversée, afin de faciliter l’exploitation des films plus tôt: c’est ce que préconise le rapport Lescure, notamment pour limiter l’envie de télécharger illégalement un film. Mais si les préconisations devaient être respectées, le délai pour la SVOD ne serait divisé que par deux (18 mois au lieu de 36 actuellement). Il est aux Etats-Unis de 4 mois en moyenne – mais il dépend en fait de chaque film: il est contractuel.

Donc pour Netflix, débarquer dans un pays où il y a de pareilles obligations n’est pas évident.

Mais il y en a aussi une autre, imposée par le décret SMAD. Ce décret contraint les services de médias audiovisuels à la demande dont le chiffre d’affaires est supérieur à 10 millions d’euros (celui de Netflix est supérieur à 1 milliard) de contribuer au financement des films, à l’instar des chaînes de télévision – mais dans des proportions moindres.

Ces deux obligations sont celles qui peuvent freiner les ardeurs de Netflix. Dans d’autres pays, comme son pays natal les Etats-Unis, la plateforme peut en effet négocier directement la date de mise en ligne des films avec les studios auxquels elle les achète, de Walt Disney à Warner Bros. Elle doit parfois négocier rudement, mais n’a pas à contribuer au financement de quoi que ce soit.

Le risque de paupérisation du cinéma

Mais la question n’est pas uniquement de savoir si Netflix a envie de s’installer en France, c’est aussi de savoir si on va lui ouvrir la porte. Car à part les utilisateurs —qui n’attendent que ça l’arrivée de Netflix, ou d’un équivalent tout aussi pratique et exhaustif— tout le monde a peur.  

«L’inquiétude c’est qu’il y ait une fragilisation des acteurs qui financent aujourd’hui le cinéma», explique Eric Garandeau, directeur du CNC jusqu’à ce lundi[1]. «Ces acteurs ce sont les chaînes publiques et privées.»

Actuellement, les chaînes de télévision doivent consacrer 3,2% de leurs ressources totales à la production de films européens (dont 2,5% d'œuvres d'expression française). Sauf pour Canal +, qui est dans une situation particulière, et consacre 9 % de ses ressources à la production. «Les chaînes en clair participent au financement d'un peu moins de la moitié des films produits en France (272 en 2011)», rappelait Le Monde en janvier dernier. «Au total, la télévision, par l'intermédiaire des coproductions et du préachat de films, apporte le tiers du 1,39 milliard d'euros (chiffre 2011) investi dans le cinéma français.»

Les chaînes françaises, comme les producteurs, distributeurs, toute la chaîne du cinéma et tout le système attaché à l’exception culturelle, craignent l’arrivée d’un nouvel acteur comme Netflix qui se baserait à l’étranger, en Irlande ou au Luxembourg, se soumettant ainsi à des taxes et obligations différentes, faussant le jeu. «Cela créerait un effet disruptif», prévient Eric Garandeau.

Selon Pascal Rogard, le directeur de la SACD, cet effet disruptif n’aurait pas pour seul effet de nuire aux acteurs historiques, il nuirait in fine aux consommateurs:

«L’obligation de financement actuelle est moins forte pour les services internet, même s’ils résident en France, que pour les chaînes de télévision. Donc à un moment donné, si tout le monde se tourne vers Netflix et abandonne Canal+, Canal + aura moins d’argent pour financer le cinéma. Si le cinéma est moins financé, c’est le consommateur qui y perd.»

Ce financement inférieur demandé aux acteurs du numérique, par rapport aux chaînes de télévision classique, est dû au fait qu’historiquement, ces acteurs étaient des parents pauvres. Il s’agissait de ne pas obérer leur développement en demandant une contribution démesurée. Mais puisque Netflix est riche? Si l’on imposait à cet acteur-là et à ceux de sa taille, les mêmes obligations de financement qu’aux chaînes de télévision?

Nationalisme

En réalité, ce que craignent aussi les acteurs, c’est tout simplement l’ascension d’une plateforme étrangère.

«L’intérêt aujourd’hui du secteur, c’est que l’on ait des plateformes qui financent la création originale française et européenne et qui la mettent en valeur. Mais c’est encore mieux si ce sont des plateformes locales: on sait qu’elles auront d’autant plus envie de mettre la création française et européenne en avant», estime Eric Garandeau.

Pascal Rogard est encore plus catégorique:

«Avoir des centres de pouvoir en France c’est important. Pour les emplois, pour la promotion du cinéma. Je ne souhaite pas que Canal + soit mangé par exemple. C’est un partenaire loyal du cinéma français. Si Canal+ est attaqué, c’est l’activité cinématographique qui l’est aussi, tout le monde y perdra, y compris le consommateur.»

Mais Frédéric Sitterlé n’est pas de cet avis. Ce spécialiste des nouveaux médias, fondateur du site français Myskreen.com, qui propose un catalogue exhaustif de toutes les offres de VOD et SVOD payantes, estime que la nationalité de l’entreprise n’a pas d’importance:

«Canal + n’a aucune ambition philanthropique. La chaîne finance le cinéma français et européen par intérêt. Il suffit de faire en sorte que Netflix ait le même intérêt, ou financièrement, ou pour une question de posture.»

Accepter le changement

Frédéric Sitterlé dresse un constat simple: le système de l’exception culturelle française tient plutôt bien. Mais son volet chronologie des médias correspond à une époque où l’audiovisuel était régi par le temps et l’espace. L’espace, c’était l’attribution de fréquences. Le temps: la chronologie des médias. Sur Internet, il n’y a plus de contraintes, ni de temps ni d’espace.

«Il faut accepter que le bouleversement de la chronologie des médias est incontournable, que sinon on se fera déborder par les plateformes pirates». Mais pour cela il faut aussi, justement, accepter que Canal+ n’est pas meilleur ou moins bon que Netflix. C’est un autre acteur. Et plus vite les acteurs en présence, et surtout le politique, accepteront que la situation évolue, sans avoir peur, mieux le cinéma français, et les consommateurs, s’en sortiront.

Bouleverser la chronologie

La SACD ou le CNC se prononcent en faveur d’une chronologie des médias différente, bouleversée mais néanmoins maintenue. «Si Canal + n’a pas des prérogatives sur certains films par exemple, l’exclusivité sur sa chaîne pendant un temps, quel intérêt la chaîne a-t-elle à financer le cinéma?», interroge Pascal Rogard. Tant pis pour Canal +, répond Frédéric Sitterlé, le cinéma sera financé autrement.

Il rappelle les bouleversements que l’on a vus s’introduire dans la musique par exemple: «Le but était de vendre des CD, et grâce à Internet les gens ont pu télécharger. Les majors ont commencé par lutter contre, à faire des procès à Napster et KaZaA, sans se rendre compte que les internautes voulaient juste écouter des contenus. Ils n’ont pas fourni de plateforme légale donc les internautes ont choisi des plateformes illégales. Quand iTunes est arrivé, que les gens s’en sont saisis, les majors se sont faites doubler. Il est en train de se passer la même chose dans le cinéma. De nouveaux entrants, Apple, Amazon, ou Netflix sont en train de rafler la mise. Autant qu’ils soient localisés en France».

Et créent des emplois. Et financent la création.

La France, terrain de rêve

Il faudra les convaincre que s'il y a ici des taxes à payer, la France a aussi des avantages. En 2011, quand Google avait implanté un centre de recherche-développement et un institut culturel européen à Paris, le directeur général France de l'époque, Jean-Marc Tassetto, avait ainsi expliqué:

«La France est souvent citée en exemple tant par sa créativité en matière culturelle que pour la qualité de ses formations scientifiques et le talent de ses ingénieurs» et Paris a montré «son dynamisme en matière numérique»; elle est la «zone qui regroupe l'Europe du Sud, de l'Est, du Moyen Orient et de l'Afrique».

De quoi attirer Netflix ou équivalents; sans compter qu'ils s'installeraient alors dans un pays de cinéphiles (nous sommes les plus gros consommateurs de cinéma en Europe), celui des plus gros consommateurs en Europe de séries américaines. Ils intègreraient un marché passionné d'audiovisuel, donc stimulant.

Les réticences actuelles sont faites de craintes et de la volonté de préserver les forces en présence, parfois pour de très bonnes raisons, parfois en raisons d’archaïsmes et de pressions politiques de la part des chaînes.

Le rapport Lescure, s’il ne va pas forcément assez loin dans le bouleversement de la chronologie des médias, a pourtant émis un changement important en proposant de réduire la fenêtre de la SVOD de 36 à 18 mois. Les films seront sur des offres de SVOD avant d’être sur TF1. C’est pour la première fois le signe que l’on protège moins les financeurs que les financements. Peu importe d’où l’argent vient du moment qu’il continue de venir. Donc on va le demander aux fabricants. On pouvait ainsi lire dans le rapport:

«Compte tenu du poids qu’occupe la consommation de contenus culturels dans l’utilisation des appareils connectés (ordinateurs, smartphones, tablettes, téléviseurs connectés, consoles, etc.), il serait légitime que ceux qui fabriquent et distribuent ces équipements contribuent au financement de la création.»

Si le politique comprend peu à peu que l’industrie cinématographique a besoin d’être financée, irriguée, mais que peu importe d’où vient l’argent, et que Netflix est un acteur comme un autre, alors il faudra bien l’accueillir sur le territoire. Les bras grands ouverts. Netflix, ou Hulu, ou Amazon... Il faudra les taxer, leur imposer une contribution à la création. Et faire face aux lobbys actuels de l’audiovisuel. Y compris de l’audiovisuel public. Il faudra du courage politique.

Charlotte Pudlowski

[1] Frédérique Bredin succède à Eric Garandeau à compter de ce lundi. Retourner à l'article.