Science & santéScience & santé

«Mon ex me raconte tout, la moindre de ses pensées, de ses aventures»

Lucile Bellan, mis à jour le 13.02.2018 à 15 h 11

Cette semaine, Lucile conseille Asma, une jeune femme embarrassée par l'attitude d'un ex un peu envahissant, qui continue à se confier à elle alors qu'elle n'a rien demandé.

Charlotte du Val d'Ognes | Marie-Denise Villers via Wikimedia Commons License by

Charlotte du Val d'Ognes | Marie-Denise Villers via Wikimedia Commons License by

«C’est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes. Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Vous pouvez aussi laisser votre message sur notre boîte vocale en appelant au 07 61 76 74 01 ou par Whatsapp au même numéro. Lucile vous répondra prochainement dans «C'est compliqué, le podcast».

Et pour retrouver les chroniques précédentes, c’est ici.

Chère Lucile,

Je sais qu’on dit souvent qu’il ne faut pas rester ami avec ses ex, mais je suis restée proche de deux d’entre eux. Néanmoins, je suis parfois embarrassée par l’un.

Nous ne sommes plus ensemble depuis deux ans, et nous nous voyons peu, vivant dans des villes éloignées. J’ai l’impression d’être une voix dans son portable, comme dans le film Her, d’être un refuge à qui il peut tout confier, qui ne va pas le juger et va le soutenir. Chaque jour, j’ai droit à son bilan moral et de santé («je me sens triste aujourd’hui »; «j’ai mal au ventre»; «je suis content»...). Il me raconte tout, la moindre de ses pensées, de ses aventures. Il me dit souvent que j’ai changé sa vie et sa manière de voir le monde, que je suis super importante pour lui, etc. Le problème, c’est que j’ai l’impression d’être son «coach de vie» –et je ne sais pas si c’est super sain. Parfois je me dis que c’est bien d’avoir quelqu’un auprès de qui on peut être 100% soi-même, à qui on peut dévoiler ses sentiments, mais d’un autre côté, j’ai parfois l’impression d’être son déversoir. Lui n’est pas mon confident (je n’ai pas vraiment de confident en fait), et il considère que je n’ai pas besoin de raconter ma vie (ce qui est vrai, en soi). Mais est-ce que ça doit être une raison pour que, chaque jour, il évacue tous ses sentiments pour que la Asma dans son portable le fasse se sentir mieux?

Il n’est plus amoureux de moi (et moi non plus, c’est moi qui l’ai quitté), du moins c'est ce qu’il me dit. Il a même eu plusieurs copines depuis notre séparation (d’ailleurs ça me met même mal à l’aise vis-à-vis d’elles que je sois la première personne à qui il parle).

Vous allez me dire, pourquoi tu ne lui dis pas? Il est de nature assez dépressive, j’ai peur de lui faire de la peine, je ne sais pas comment le repousser. Je le considère comme un ami, c’est une personne importante pour moi. Mais parfois, quand je me réveille le matin, que j’ai droit à son son «bilan mental» et que je sais que je vais devoir lui remonter le moral pendant toute la journée –en plus de ma vie, de mon travail, de mes propres problèmes– ça fait un peu beaucoup.

Asma

Chère Asma,

À un moment, il va falloir penser à votre survie. C’est-à-dire que vous n’êtes pas psychanalyste, que vous n’êtes pas assistante sociale et que rien, à part le sentiment d’amitié, ne vous lie plus à cet homme. Vous semblez avoir de l’empathie et de la patience, qui sont des qualités, mais il ne faudrait pas que cela se retourne contre vous. Votre histoire, c’est une histoire de consentement en fait. Vous n’imagineriez pas laisser un homme vous toucher, alors que vous n’en avez pas vraiment envie, juste parce qu’il se sent seul. Cette intrusion dans votre vie fonctionne un peu sur le même principe. Vous n’avez pas le désir d’être sa confidente, et même, cela vous affecte. Ce qu’il fait là, c’est profiter de votre gentillesse. En pleine conscience semble-t-il, puisqu’il sait que vous ne lui rendrez pas la pareille en partageant avec lui autant d’informations sur votre vie.

Vous n’avez pas tort en vous comparant à une intelligence artificielle puisqu’il semble moins s’intéresser à vous, à votre quotidien, à vos limites et à votre bien-être, qu’à son besoin de partager ses propres sentiments. Probablement que le partage de son bilan mental, et l’assurance d’être soutenu en retour, le soulage. Vous êtes sa sécurité. Mais vous l’êtes en niant en partie votre individualité.

Il n’est pas question ici de rejeter le principe de partage et d’échange. Ce genre de relation avec ses amis ou avec ses petit(e)s ami(e)s, si elle est équilibrée, acceptée et même voulue, est une magnifique opportunité de créer du lien. Savoir que l’on a toujours une oreille prête à vous écouter quoi qu’il arrive est très réconfortant. Le seul problème aujourd’hui, c’est que vous ne désirez pas être cette personne pour votre ex. Que ce partage vous pèse et vous agresse.

Les tendances dépressives de cet homme ne doivent pas le protéger éternellement de la réalité. Je soupçonne même qu’au fond il a un peu conscience que son mal-être lui donne une excuse pour outrepasser cette limite avec vous. Ne pas voir que cette relation est déséquilibrée est purement et simplement de l’égoïsme. Et si avoir des tendances à la dépression est une chose, être égoïste en est une autre.

Vous dites vous-même que cet homme a eu, depuis votre rupture, des petites amies. J’imagine qu’il a également d’autres amis. En stoppant cette relation toxique, vous ne le lâcherez probablement pas dans le vide. Mais je crois que, sans totalement couper les ponts –puisqu’il compte pour vous– vous pouvez lui dire que vous avez moins de disponibilité mentale pour ses problèmes. Si vous voulez à tout prix le protéger, vous pouvez toujours trouver des prétextes. Mais vous pouvez aussi juste lui dire que vous n’avez pas la force de vous consacrer pleinement à lui en plus de vous, que ce qu’il vous demande vous affecte. Si ses tendances à la dépression sont réelles, vous pouvez aussi lui suggérer de voir un médecin. Une nouvelle fois, malheureusement, cet homme vous mettrait dans la position inconfortable de devoir vous justifier de vos sentiments, et de vous excuser d’en avoir. Mais si vous le faites avec douceur et empathie, sincérité surtout, il se pourrait bien que cela soit la dernière fois que vous ayez à faire cet effort afin de rééquilibrer cette relation d’amitié abusive.

Lucile Bellan
Lucile Bellan (185 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux.
> Paramétrer > J'accepte