MondeEconomie

Le tweet maladroit –très vite– supprimé du leader des républicains sur la réfome fiscale

Repéré par Claire Levenson, mis à jour le 07.02.2018 à 11 h 43

Repéré sur Washington Post

Le leader des républicains à la Chambre a voulu montrer que la réforme fiscale de Trump bénéficiait à la classe moyenne... en citant l'exemple d'une secrétaire qui gagnera 6 dollars supplémentaires par mois.

Manifestation contre la réforme fiscale de Trump, à Washington le 30 novembre 2017. Saul Loeb/AFP

Manifestation contre la réforme fiscale de Trump, à Washington le 30 novembre 2017. Saul Loeb/AFP

Le leader des républicains à la Chambre des représentants, Paul Ryan, a récemment tenté de défendre la réforme fiscale de Trump en racontant comment elle avait «amélioré» la vie d'une secrétaire. Sur Twitter, il a cité un extrait d'un article de l'Associated Press:

«Une secrétaire qui travaille dans un lycée de Lancaster en Pennsylvanie a dit avoir été positivement surprise de voir que son salaire avait augmenté d'1,50 dollars par semaine», a-t-il tweeté –sans ironie. 

La réforme fiscale vantée par Ryan permettant aussi aux 1% les plus riches d'économiser environ 37.000 dollars par an en réduction d'impôts, célébrer une augmentation de 6 dollars (environ 5 euros) par mois était peu judicieux.

«Il semblerait difficile pour le Speaker de la Chambre Paul Ryan d'apparaître plus coupé des réalités financières de la classe moyenne», commente Daniel Politi sur Slate.com.

Suite à un déluge de critiques, Ryan a effacé son tweet, mais le contenu supprimé était déjà partout dans les médias.

Un journaliste du Washington Post a calculé que l'augmentation de cette secrétaire –soit 78 dollars en un an– représentait moins que ce que gagne Ryan en une heure (environ 108 dollars). Et le représentant démocrate du Massachusetts Joe Kennedy a précisé que contrairement à cette secrétaire, les 0,1% des Américains les plus riches économiseraient environ 3.000 dollars par semaine en réduction d'impôts.

Peu avant le tweet de Ryan, une autre information était tombée sur l'impact de la réforme fiscale voulue par Trump (approuvée au Congrès en décembre 2017): le groupe pétrolier ExxonMobil (dont l'ancien PDG est actuellement secrétaire d'Etat) avait annoncé presque 6 milliards de dollars d'économies prévues au dernier trimestre 2017 grâce à une baisse de l'imposition des sociétés de 35% à 21%.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux.
> Paramétrer > J'accepte