Science & santéCulture

Ces gens sont devenus végétariens après avoir vu Okja

Repéré par Léa Polverini, mis à jour le 31.01.2018 à 10 h 23

Repéré sur GQ

Le réalisateur lui-même a arrêté de manger de la viande depuis la diffusion du film.

Affiche du film Okja | Allociné

Affiche du film Okja | Allociné

Dans Okja, il y a [spoiler] cette scène où l'on voit un cochon géant se faire scier en deux dans un abattoir. Efficace, la fiction marque peut-être davantage que cette multitude de documentaires ou de vidéos volées que nous avons tous un jour entraperçues ou refusé de voir, et qui montrent les coulisses de l'abattage animal.

«La science-fiction est souvent un moyen détourné de réinterpréter et d'explorer des problèmes de la vie réelle, mais les messages d'Okja sont plus percutants que d'autres», écrit GQ.

Ces moments de bascule où certaines personnes décident de devenir végétariennes sont souvent aussi divers qu'inattendus; il semble que le film ait pour sa part réussi à fédérer un mouvement.

Pour certains, la distance de la fiction a fait avancer la cause animale, et a pu servir de tremplin au développement d'une éthique personnelle relative à la consommation de viande: GQ a cherché des témoignages parmi les acteurs et spectateurs du film.

Tom Park, le réalisateur, a vu de plus en plus de ses amis s'écarter de la viande rouge pour des raisons sanitaires et environnementales. Lui-même est devenu végétarien depuis la diffusion du film:

«Cela m'a conduit à faire beaucoup de recherches assez attristantes sur l'agriculture intensive. C'était comme un film Pixar glauque et tordu. Le finale est une histoire d'horreur des familles déchirées et des conditions de vie des cochons.»

Jon Ronson, qui a co-écrit le film avec Bong Joon-ho, raconte avoir lui-même reçu de nombreux témoignages de spectateurs:

«Oh, il y a eu tant de gens. Tant d'histoires. Je me souviens avoir reçu un e-mail juste avant que le film sorte, qui disait: “Il y a des gens partout dans le monde qui ne réalisent pas qu'ils sont sur le point de devenir végétariens“. J'ai lu que les recherches Google pour le mot “vegan” avaient augmenté de 58% [c'était précisemment 65%] après Okja. Je n'ai aucune idée de s'ils ont continué à mener ce mode de vie, mais l'impact est assurément là.»

L'avantage du film sur des documentaires ou des livres théoriques tels que le manifeste Faut-il manger les animaux? de Jonathan Safran Foer est, selon GQ, qu'il ne présente jamais d'impératif moral, mais se contente de laisser opérer la fiction dans toutes ses ambiguïtés et ses imprécisions.

«Se pousser soi-même hors de sa zone de confort»

Annie McCarthy, une designer de 23 ans, a quant à elle renoué avec son végétarisme, après que le film lui a rappelé ce qui l'avait inspirée en premier lieu:

«Je m'y suis tenue depuis. Au bout d'une semaine, je suis allée par habitude dans mon restaurant vietnamien préféré et j'ai remarqué qu'ils n'avaient aucun plat sans viande. Je me suis rendue compte qu'être végétarienne allait être beaucoup plus difficile que ce dont je me souvenais.»

D'autres, comme Abbey White, ont trouvé le film puissant, mais les légumes ennuyeux:

«Je n'étais pas fan. [...] J'ai passé le mois suivant à goûter toutes les boulettes autour de moi avant de trouver des boulettes végétariennes que je puisse apprécier. C'est, pour moi, la clef pour devenir végétarien. Se pousser soi-même hors de sa zone de confort, pour trouver de nouveaux aliments réconfortants.»

La question que pose finalement [spoiler] Okja, c'est de savoir quelle est notre responsabilité dans un système que nous ne pouvons pas changer significativement. «L'achat direct d'Okja par Mija pour la sauver est aussi bien une ligne noire qu'une victoire, écrit GQ. Ce n'est qu'en participant au capitalisme de consommation draconien qui a engendré (et emprisonné) Okja en premier lieu qu'elle peut libérer son amie

Le film ne tranche pas, et laisse le spectateur face à ses propres choix.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux.
> Paramétrer > J'accepte