MondeEconomie

Aux États-Unis, des millions d'Américains sont «aussi pauvres que les plus pauvres du monde»

Repéré par Claire Levenson, mis à jour le 26.01.2018 à 12 h 06

Repéré sur New York Times

Selon un prix Nobel d'économie, les Américains aisés devraient faire des dons aux Américains pauvres plutôt qu'aux démunis des pays en développement.

Un sans-abri à New York en décembre 2017. SPENCER PLATT/AFP

Un sans-abri à New York en décembre 2017. SPENCER PLATT/AFP

Dans un éditorial pour le New York Times, le prix Nobel d'économie Angus Deaton écrit que les Américains qui font des dons à des organisations caritatives devraient donner aux Américains pauvres plutôt qu'aux démunis qui vivent dans les pays en voie de développement.

«Il y a des millions d'Américains dont la souffrance, à cause de la pauvreté et des problèmes de santé, est aussi terrible voire pire que celle des pauvres en Afrique ou en Asie.»

La Banque mondiale définit la pauvreté extrême comme le fait de vivre avec 1,90 dollar par jour, et il y a 3,2 millions de personnes dans cette situation aux États-Unis. Mais comme ces critères ne prennent pas en compte le coût de la vie dans un pays donné, Deaton explique que la frontière pour la pauvreté extrême dans les pays riches devrait être de moins de 4 dollars par jour.

«Lorsque nous comparons la pauvreté absolue aux États-Unis avec la pauvreté absolue en Inde et dans d'autres pays pauvres, nous devons utiliser 4 dollars pour les États-Unis et 1,90 dollar pour l'Inde.»

Avec cette mesure, on arrive au chiffre de 5,3 millions d'Américains en situation de pauvreté extrême. C'est donc plus que le Sierra Leone (3,2 millions) et à peu près le même nombre que le Sénégal.

Cela représente 1,7% de la population américaine. En Europe, l'Italie, l'Espagne, le Portugal et la Grèce ont plus de 2% d'habitants qui vivent dans la pauvreté extrême. Le taux est de 0,3% en France et 0% en Allemagne. 

Si les conditions de santé sont certes en général meilleures aux États-Unis que dans les pays pauvres, Deaton rappelle que ce n'est pas toujours le cas. Dans certaines régions comme le delta du Mississippi et les Appalaches, l'espérance de vie est plus basse qu'au Bangladesh et au Viêt Nam.

«Il est temps d'arrêter de penser que seuls les non-Américains sont pauvres», conclut l'économiste.

Il encourage tous ceux qui donnent pour l'Afrique ou l'Asie à se concentrer sur les États-Unis, où certains habitants sont «aussi pauvres que les plus pauvres du monde», en soulignant qu'il est également plus facile de voir l'impact de ses dons aux États-Unis que dans un pays lointain.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux.
> Paramétrer > J'accepte