Science & santéCulture

Un musée de Boston prend un chien pour repérer les mites qui détériorent les œuvres

Repéré par Camille Jourdan, mis à jour le 14.01.2018 à 18 h 05

Repéré sur New York Times

Riley, un braque de douze semaines, est le nouvel employé du musée des Beaux-Arts de Boston.

Des braques | bivoir via Flickr CC License by

Des braques | bivoir via Flickr CC License by

Après les chiens qui détectent de la drogue, des armes, des faux billets de banque ou des cadavres, voici le chien qui sera chargé de repérer les mites et autres parasites susceptibles de détériorer les œuvres d'art du musée des Beaux-Arts de Boston.

 

 

Riley est un jeune braque de douze semaines, décrit le New York Times. Tout juste recruté par le musée de Boston, il va être dressé à renifler toutes les petites bêtes qui peuvent s'infiltrer dans les galeries, comme l'a expliqué Katie Getchell, directrice adjointe du musée, au Boston Globe:

«Les insectes sont un problème récurrent pour les musées.»

Celui de Boston use déjà de diverses méthodes pour se prémunir de tous ces parasites, détaille le New York Times. Par exemple, les nouvelles œuvres sont «placées en quarantaine avant d'être exposées dans les galeries.» Mais cela n'empêchera jamais un visiteur, parmi «le million qui défile dans le musée chaque année», de ramener des mites sur son manteau...

La Direction espère donc que Riley pourra rapidement flairer la présence de ces petites bêtes. Il sera dressé pour les reprérer, puis pour s'asseoir devant l'œuvre infestée. Tout ça pendant les heures de fermeture du musée, précise Katie Getchell.

«C'est un essai», ajoute également la directrice adjointe. Un essai qui pourrait s'avérer fructueux, selon Pepe Peruyero, à la tête d'une compagnie de dressage canin, interrogé par le New York Times:

«Nous avons pu entraîner les chiens à détecter précisément et systématiquement chacun des insectes auxquels nous avons été confrontés.»

Le maître de Riley, Nicki Luongo, est également chef des services de protection du musée. Sur ABC News, il précise:

«Les braques sont extrêmement intelligents et ont un flair très développé.»

Le nouvel employé du musée des Beaux Arts de Boston a besoin d'une bonne formation avant de rejoindre son poste. Quoi qu'il en soit, il est déjà devenu une star.

 

 

 

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux.
> Paramétrer > J'accepte