Tech & internet

Comment il est devenu normal de ne pas répondre aux textos et aux mails

Repéré par Camille Jourdan, mis à jour le 14.01.2018 à 11 h 32

Repéré sur The Atlantic

Et comment l'attente d'une réponse est devenue source d'anxiété.

Smartphone gestures | Nicolas Nova via Flickr CC License by

Smartphone gestures | Nicolas Nova via Flickr CC License by

«Je répondrai plus tard». On s'est tous dit ça au moins une fois, après avoir lu un texto ou un mail. Parce qu'on avait d'autres choses à faire, parce qu'on devait d'abord répondre à cet autre message bien plus important, ou simplement parce qu'on n'avait pas envie de répondre. The Atlantic analyse dans un nouvel article notre comportement face aux messages.

Aujourd'hui, la plupart de nos échanges en ligne peuvent facilement être «instantanés», souligne le site. Comme dans une conversation réelle, nous recevons quasiment en direct les messages envoyés par texto, sur Messenger ou Whatsapp. Et comme dans une conversation réelle, nous pouvons répondre de manière quasi instantanée à ces messages. Ainsi, lorsque l'on envoie un message, quel qu'il soit, on attend souvent une réponse immédiate, comme si nous avions notre interlocuteur en face de nous. Mais devinez quoi? Tout le monde ne répond pas dans la seconde à tous les messages qu'il reçoit (!).

Les «bonnes raisons» de ne pas répondre

«Il y a plein de bonnes raisons» de ne pas répondre à un message, relève The Atlantic. Cela va du texto que l'on reçoit au milieu d'une réunion, au mail qui vient s'additionner aux 87 autres que reçoit un Américain moyen par jour. Ne pas répondre à un message peut également être un moyen de signifier son «ennui», ou sa «domination dans une relation, en prétendant être simplement trop occupé-e pour répondre», pointe très justement le site.

Le problème est que chacun sait à quel point tout le monde - ou presque - est connecté; impossible que votre patron ou votre petite amie soit passé à côté de ce mail! Pour ajouter un peu de stress à cette attente incompréhensible, les outils se multiplient: les accusés de réception, les fameux «livré» puis «vu» sur les conversations instantanées, ou «cette petite bulle avec des points de suspension qui vous indiquent quand quelqu'un est en train de taper» - et que dire de l'incompréhension générée lorsque cette bulle se referme alors qu'aucun nouveau message n'est apparu!

Répondre de suite, ne pas répondre, attendre quelques heures... Chaque réaction est soumise à interprétation, analyse Deborah Tannen, linguiste à l'université de Georgetown:

«Mais ces technologies et leurs conventions d'usage sont tellement récentes, et évoluent tellement rapidement, que même des amis très proches ont des avis divergents quant à la manière dont elles doivent être utilisées.»

Ainsi, des outils censés reproduire virtuellement nos échanges réels semblent nous compliquer la vie, en apportant un peu plus de stress à notre quotidien. Mais ces messages en ligne ont quand même un avantage sur la «vraie vie», conclut The Atlantic:

«L'ère de la communication instantanée nous permet de gérer nos conversations comme on l'entend. On peut répondre immédiatement, ou attendre deux jours, ou même ne jamais retoucher à ce message. On peut mener plusieurs conversations à la fois. On peut prétendre "Désolé, j'étais avec des amis", pour ne pas avoir répondu à un texto. Ou "Désolé, je dois absolument répondre rapidement à un message plus urgent", alors qu'on est avec des amis.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux.
> Paramétrer > J'accepte