Double XCulture

Où va le monde si on sexualise même Sophie d'«Inspecteur Gadget»?

Titiou Lecoq, mis à jour le 05.01.2018 à 11 h 13

Vieillie, amaigrie et visiblement en pleine puberté, la nièce d'Inspecteur Gadget est tristement méconnaissable dans la nouvelle version Netflix du dessin animé.

Sophie dans les années 1980 et Sophie aujourd'hui | Captures via YouTube

Sophie dans les années 1980 et Sophie aujourd'hui | Captures via YouTube

Pour commencer cette nouvelle année, partant du principe qu’elle nous réservera sûrement des tonnes d’informations anxio-déprimantes, je vais me permettre de traiter d’un sujet a priori plus léger: Inspecteur Gadget.

On se souvient du dessin animé des années 1980 qui mériterait la palme du scénario le plus exaspérant du monde, sachant que les 86 épisodes sans exception suivent la même histoire à la ligne près (comme Scooby-Doo) et qu'à la fin, Sophie résout systématiquement l’affaire, mais personne ne le sait et Gadget se targue benoîtement d’avoir réussi seul. Signalons au passage que le fait que Gadget puisse sortir n’importe quoi de son chapeau est quand même la plus grosse facilité jamais inventée en scénario.

Ils ont mis des seins à Sophie

Évidemment, ça ne m’empêchait pas d’adorer ce dessin animé. Je détestais Gadget, mais ma passion pour sa nièce Sophie compensait largement. Qui n’a jamais rêvé d’avoir un livre-ordinateur?

Capture via YouTube

Conséquemment, quand mes enfants ont découvert en traînant sur Netflix la nouvelle version d’Inspecteur Gadget, je me suis installée avec eux pour jeter un œil et voir s’ils avaient un peu rebossé les scénarios.

Spoiler: non.
C’est pareil. À un détail près: ils ont mis des seins à Sophie.
Des.
Seins.

Pas des énormes nichons, bien sûr, mais ils sont quand même là. Vous allez me dire qu’il y a un problème puisque Sophie a 8 ans et que certes il y a de plus en plus de cas de pubertés précoces, mais quand même.

Ne vous inquiétez pas, ils ont trouvé une justification: dans cette version, elle a 15 ans. Bah tiens. J’imagine qu’ils argumenteraient que puisqu’elle a 15 ans, c’est logique qu’elle ait des seins. Et que non, ce n’est évidemment pas du tout parce qu’ils avaient décidé de lui coller des nichons qu’ils l’ont vieillie.

Mais parallèlement aux protubérances mammaires qu’elle a développées, Sophie a connu une autre modification physique: elle n’a visiblement pas mangé depuis le dernier épisode de 1986.

Via Netflix

Oui, ils l’ont mise au régime! C’est vrai qu’elle se laissait un peu aller, regardez-moi ces jambes:

Capture via YouTube

Soyons impartiaux et envisageons qu'il s'agisse simplement de mettre au goût du jour un vieux dessin animé, avec une esthétique plus moderne. L'argument ne tient pas. Parce que Sophie, qui est le seul personnage féminin, est également le seul à avoir subi une telle transformation physique.  

Et le résultat, c'est quoi? C’est qu’ils ont sexualisé Sophie. Mais pourquoi diable l’héroïne d’un dessin animé pour enfants de 5/6 ans devrait-elle être sexy? Pourquoi du sexe dans Inspecteur Gadget ? Il y a eu des pétitions d’enfants de 5 ans qui réclamaient du cul? Des lettres ouvertes de parents qui exigeaient que Sophie perde du poids et se concentre un peu plus sur son apparence et un peu moins sur son livre?


On pourrait penser qu'avec une héroïne de 15 ans, le dessin animé s'adresse à un public plus âgé. Mais non, puisque les scénarios sont exactement les mêmes. 

On remet les garçons en situation de désirant et les filles de désirées

Et Sophie n’a pas que des seins, 1 mètre 20 de jambes, une taille de guêpe et un petit cul rebondi, elle a aussi un béguin. Là, vous vous demandez pour qui, vu la pauvreté du nombre de personnages. Et bien pour Tristan, le neveu de Docteur Gang. A-che-vez-moi. C’est vrai que c’était insupportable, un dessin animé dans lequel une fille n’avait pas d’intérêt amoureux.

Capture via YouTube

Vous l’aurez compris, je suis outrée. Ça m’a rappelé cet excellent papier dans Libé, qui pointait le dogme de la minceur irréelle dans les dessins animés. Ainsi les héroïnes des derniers Disney –par exemple les sœurs de la Reine des neiges– sont des personnages féminins forts, actifs, mais qui physiquement font passer Blanche-Neige pour un petit pot à tabac.

Les remakes de vieux dessins animés sont un bon exemple, puisqu’on peut concrètement comparer deux images. Ainsi de Charlotte aux fraises, avant et après son relooking à la Cristina Cordula.


 

Ou de Dora dans le reboot Dora and friends.


 
Ce n’est pas anodin. Cela participe d’un mouvement de sexualisation des petites filles, qui leur est néfaste. On leur vend des chaussures à talons pointure 25, des soutiens-gorges rembourrés en taille 65 A. On leur apprend qu’elles sont là pour plaire et pour séduire à travers leur apparence physique, et ce quel que soit leur âge. Dans ce contexte, il était sûrement invraisemblable de laisser Sophie être juste Sophie, une gamine très intelligente qui arrive à déjouer tous les plans du méchant.

Et mes enfants là-dedans? Moi qui m’étais dit qu’on attendrait qu’ils soient plus âgés pour regarder Jeanne et Serge parce que dans mon souvenir, c'était assez sexualisé... Cette sexualisation des filles les atteint forcément aussi, dans l'image physique du corps féminin et dans leur attitude à eux.

Alors que dans la version des années 1980, n’importe quel gamin pouvait s’identifier à Sophie, désormais Sophie est perçue comme autre, objet de désir potentiel. Ce qui remet les garçons en situation de désirant et les filles de désirées.

Bref. On va revenir aux Pyjamasques parce que pour l'instant, ni Bibou, ni Gluglu, ni Yoyo n'ont fait leur puberté et qu'à 5 ans, c'est chouette de regarder des histoires qui mettent en scène des enfants. 

Ce texte est paru dans la newsletter hebdomadaire de Titiou Lecoq. Pour vous abonner c'est ici. Pour la lire en entier:

 
Titiou Lecoq
Titiou Lecoq (203 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux.
> Paramétrer > J'accepte