LGBTQCulture

Le porno trans* en pleine ébullition

Annabelle Georgen, mis à jour le 17.12.2017 à 13 h 05

[Épisode 5] Confinée à l'invisibilité pendant des décennies, la communauté trans* revendique aujourd'hui une place dans l'industrie du X, loin du cliché de la «shemale» auquel le porno mainstream semble vouloir la réduire.

légende | Ted Eytan via Flickr CC License by

légende | Ted Eytan via Flickr CC License by

Cet article est le cinquième et dernier volet de notre série «Le porno autrement», pour découvrir et décrypter l'univers du X loin des clichés.

Retrouvez les épisodes précédents: 
Le porno féministe montre les femmes telles qu'elles sont et non telles qu'elles devraient être
«Interracial», le symbole du racisme qui hante l’industrie pornographique
Que risque-t-on à visionner du porno dans l’avion ou le train?
- Les petites mains du porno 

Malgré le fossé flagrant qui existe entre le sexe mis en scène dans le porno et le sexe «dans la vraie vie», l'industrie du X reflète bien souvent les inégalités qui subsistent dans nos sociétés, que ce soit à travers le rôle passif assigné d'office aux personnages féminins ou l'omniprésence de corps blancs et cis. Marginalisées au quotidien, les personnes trans* le sont également à l'écran.

Longtemps invisibles dans l'imagerie pornographique, il aura fallu attendre les années 1970 pour que les premières femmes trans* fassent leur apparition dans l'industrie du X aux États-Unis et la fin des années 1980 pour qu'un homme trans*, Les Nichols, soit enfin représenté à l'écran, grâce l'intervention de l'activiste sex-positive Annie Sprinkle. Leur film, A Female-to-Male Transexual Love Story, est toutefois resté confidentiel, comme continue de l'être la transidentité au masculin dans la pornographie.

Poitrine surgonflée, pénis imposant

Les trans* FtM (acronyme de «female to male») restent en effet sous-représentés dans le porno traditionnel, alors que les trans* MtF («male to female») sont devenues un classique de l'imagerie mainstream à travers la figure de la «shemale» (contraction des mots «she» et «male»): une femme ultra-féminine, dotée d'une poitrine surgonflée et d'un pénis imposant, dont le rôle consiste avant tout à pénétrer vigoureusement ses partenaires.

Plus de 23.000 vidéos sont disponibles sous l'étiquette «trans» sur YouPorn et 22.000 dans la catégorie «transsexuelles» sur la version française de PornHub. Et selon les chiffres rendus publics cette année par le site de streaming canadien, le tag shemale fait partie du top 20 des catégories les plus consultées en 2016.

«L’industrie porno sursexualise les trans* à travers de la figure de la femme avec un pénis. C'est la figure récurrente et hégémonique du porno trans* fait par des non-trans*», observe la chercheuse française Karine Espineira, spécialiste du traitement médiatique de la transidentité et cofondatrice de l'Observatoire des transidentités.

Conçu pour satisfaire la curiosité et les fantasmes d'un public majoritairement masculin et hétérosexuel, cet archétype de la shemale en dit long sur le regard fétichisant, exotisant que portent nos sociétés et l'industrie du X sur la transidentité au féminin.

Les scènes dans lesquelles jouent des actrices trans* sont d'ailleurs presque toujours basées sur le même motif, le fameux «effet de tromperie», comme le fait remarquer Karine Espineira. En résumé: «Cette “femme” n’est pas “une vraie femme” bien qu’elle puisse passer pour “plus femme que les femmes”. Et de plus, elle n’est pas opérée et elle se sert de son sexe».

«À l’heure actuelle, les représentations “acceptables” et “montrables” centrent le sujet sur la réassignation et l’hétérosexualité.»

Karine Espineira

En assignant les performeuses trans* qui n'ont pas subi de vaginoplastie à faire systématiquement usage de leur pénis en pénétrant leurs partenaires, l'industrie du X en fait des femmes à part, leur refusant le rôle uniquement passif qu'elle attribue généralement à leurs consœurs cis.

Comment ne pas voir dans ces représentations, en filigrane, une injonction à la binarité et à l'hétérosexualité?

«À l’heure actuelle, les représentations “acceptables” et “montrables” centrent le sujet sur la réassignation et l’hétérosexualité», observe Karine Espineira. «C'est un peu comme si se faire opérer permettait dans un premier temps à la personne trans* d’avoir une sexualité, et dans un second temps que cette sexualité soit hétérosexuelle.»

Buck Angel, «l'homme avec une chatte»

Quid des hommes trans*? Ils sont et restent les grands absents du porno mainstream. À l'exception de Buck Angel.

Pionnier et héros de la communauté trans*, cet Américain de 45 ans s'est lancé au début des années 2000 dans le domaine du X en se faisant connaître comme «the man with a pussy»:

«À l'époque, il n'y avait quasiment pas de représentations d'hommes ayant un vagin. Il y avait par contre des femmes avec des pénis. C'est comme ça que j'ai eu l'idée de me lancer dans le porno en tant que “Buck Angel, l'homme avec une chatte”, en proposant l'exact opposé», explique-t-il.

Avec son corps musclé et tatoué, patiemment sculpté en salle de muscu, son torse poilu et dépourvu de seins –après masectomie– le performeur joue lui aussi sur l'effet de surprise dans les centaines de scènes qu'il a tournées. Un choix délibéré et libérateur qu'il peut se permettre, puisqu'il produit, réalise, joue et distribue lui-même une grande partie de ses contenus. Il a même lancé récemment une gamme de sextoys destinés aux hommes trans* qui, comme lui, ont conservé leur vagin.

 

I transitioned many moons ago. I transitioned from #female to #male. My deepest #desire was to look as #masculine as I️ could. My #male inspirations have been @tomoffinlandfoundation and #gijoe. When i was a #youngbuck i had a #gijoe and would stare at him all day wishing to grow facial hair, pecs and dress in #uniforms But i was told i was a #girl and #forced to wear dresses. #depression was a constant reminder of how much i wanted to be #male . Today i have been given a #gift a gift of #masculinity that i do not take for #granted It is the reason i live a successful life filled with #love #compassion and #gratitude I feel that it is my duty as a #man to #help re-educate on what it means to be #male as we have been teaching a lot of #toxic behavior for centuries. Being #male doesn’t mean you get a #freepass to do what you like. I am #proud of my #identity Thank you for letting me #share #mylife with you. #love #tranpa #live #authentic #ftm #transsexual #55years Photo: @kwrez

Une publication partagée par Buck Angel (@buckangel) le

Bien qu'il soit devenu l'étendard d'une partie de la communauté trans*, Buck Angel ne cache pas qu'à l'origine, il s'agissait uniquement d'un business: «Au départ, c'était seulement pour gagner de l'argent. En tant que businessman, je voulais créer un nouveau marché», confie-t-il. Mais face à l'absence criante de représentations variées et inclusives de la transidentité dans l'industrie du X, Buck Angel a changé de posture vis-à-vis de sa carrière d'acteur porno trans*: «Aujourd'hui, j'estime que ce que je fais est politique. Je suis un activiste sexuel, je fais de l'éducation sexuelle».

Sa plastique avantageuse a évidemment joué un grand rôle dans son succès et lui a permis d'accomplir une mini-révolution dans le domaine du porn mainstream, en touchant un public bien au-delà de la communauté trans*. La porn star californienne a d'abord conquis un public masculin gay, et compte aujourd'hui des hommes hétérosexuels et des femmes parmi ses fans.

Une industrie du X transphobe et mercantile

À une industrie du X encore et toujours phallocentrée, Buck Angel oppose l'image d'un «vagin puissant», comme il le dit lui-même. Il se met en scène aussi bien dans des rôles actifs que passifs, explosant par là le dogme de la binarité. Il a longtemps été seul à occuper ce terrain.

«La pornographie est un monde imaginaire fait par des hommes blancs et cis qui sont là pour faire de l'argent. Il ne s'agit pas de créer un espace où nos voix peuvent être entendues, mais d'un business. »

Buck Angel

Il estime que la sous-représentation des hommes trans* dans le porno mainstream tient en partie à la communauté trans* elle-même:

«Je ne pense pas que la plupart des hommes trans* se sentent parfaitement bien dans leur corps. Faire du porno demande beaucoup de confiance en soi, pour partager son corps avec le monde.»

Mais il souligne également le caractère transphobe et mercantile de l'industrie du X: 

«La pornographie est un monde imaginaire fait par des hommes blancs et cis qui sont là pour faire de l'argent. Il ne s'agit pas de créer un espace où nos voix peuvent être entendues, mais d'un business. Ils s'en foutent. C'est pourquoi nous avons besoin de créer notre propre espace, notre propre marché.»

Nouvelle génération

Ces dernières années pourtant, une jeune génération de performeurs trans* lui ont emboîté le pas dans un esprit DIY [«Do It Yourself», ndlr]. À l'instar du Californien James Darling, qui a créé sa propre plateforme de streaming de porno gay trans*, FtmFucker, et qui était entre autres à l'affiche du Porn Film Festival de Berlin en 2015.

Parmi les autres noms qui ont le vent en poupe, le New-Yorkais Cyd St Vincent, lui aussi spécialisé dans le porno gay avec sa société de production Bonus Hole Boys basée à San Francisco, le performeur californien Viktor Belmont ou encore le performeur français basé à Berlin Kay Garnellen, devenu une figure incontournable du porno queer et du post-porn.

De la même façon que Buck Angel a ouvert une brèche en montrant que d'autres représentations des corps et des sexualités trans* étaient possibles, des actrices et activistes trans* s'attèlent également à changer l'image des femmes trans* dans l'industrie du X.

Comme la Canadienne Luna Loveless: elle a créé en 2017 la plateforme de streaming TSNaturals, qui a pour particularité de ne proposer que des contenus dont les actrices trans* n'ont pas subi d'opérations chirurgicales lourdes –telles que la pose de prothèses mammaires ou la reconstruction faciale–, le but étant «d'aider à introduire l'androgynie dans le porno mainstream», comme on peut le lire sur le site de sa société Magenta Productions. Luna Loveless entend ainsi «représenter des personnes trans*, spécifiquement des femmes trans*, sur lesquelles l'industrie [du X, ndlr] est surtout axée, d'une manière plus saine et plus réelle».

Instantané de la sexualité queer

Une autre étoile montante du porno trans* est l'actrice et productrice queer Chelsea Poe. À seulement 26 ans, la Californienne réalise et produit ses propres films; elle peut également compter sur l'appui de deux sociétés de production mythiques dans le domaine du porno queer, Trouble films et Pink & White Productions.

 

Gay in the bay

Une publication partagée par Chelsea Poe (@fakechelseapoe) le

«En offrant une vision sex-positive des femmes trans*, on peut supprimer certains des tabous qu'il y autour de nous et de nos corps, même si cela peut aussi conduire à créer des standards irréalistes à l'instar des standards de l'industrie de la mode», estime Chelsea Poe, longs cheveux auburn et corps gracile jamais passé sous le bistouri. Consciente de son rôle d'ambassadrice d'un porno queer à des années lumières des clichés sur les femmes trans* du porno classique, la jeune femme revendique aussi une vision documentaire:

«J'essaye de représenter les personnes queer et trans* de la façon la plus authentique possible dans mon travail, avec le souhait que dans 10, 25 ou 50 ans, les gens puissent regarder mes film et voir à quoi ressemblaient les personnes queer, comment elles s'exprimaient et comment elles baisaient en 2017. Je veux offrir un instantané de ce à quoi ressemble la vie queer en ce moment.»

Signe que les lignes entre mainstream, DIY, cisgenre et transgenre commencent doucement à bouger: les films de Chelsea Poe sont désormais également distribués par Trenchcoatx, la plateforme de streaming de l'ancienne star du X Stoya.

Elle fait également partie des actrices de TransSensual, un site entièrement dédié au porno trans*, qui a ouvert ses portes en 2015 à l'initiative de la femme d'affaires américaine Nica Noelle, spécialisée dans le domaine du X.

Le site joue certes à fond la carte de la «shemale» en vantant les «big tits» et les «hard cocks» de ses vedettes, mais il laisse tout de même place à d'autres performeuses aux corps et aux pratiques sexuelles différentes, ainsi qu'à quelques rares hommes trans*, tels que Buck Angel et Viktor Belmont.

Potentiel subversif

En créant une pornographie diversifiée, égalitaire et body-positive en marge d'une industrie du X qui a jusque là ignoré ou réduit les trans* à des stéréotypes peu valorisants, cette nouvelle génération de pornographes activistes donne non seulement une visibilité à la communauté trans* dans le domaine du porno, mais elle élargit également le champ des possibles sexuels de leur public –qu'il soit trans* ou cis.

«Les frontières sont toujours poreuses et dans un domaine tel que le porno, les imaginaires et les pratiques circulent et se contaminent les unes les autres», estime la chercheuse et militante queer italienne Rachele Borghi, spécialiste du porno queer et du post-porn.

«La pornographie produite et diffusée par des personnes trans* introduit une confusion des genres. Elle dépasse les déterminismes biologiques, la binarité des identités vécues et ressenties.»

Rachele Borghi

En bousculant les genres, en réinventant les rôles, le porno trans* met en évidence les limites du porno traditionnel: «La pornographie produite et diffusée par des personnes trans* introduit une confusion des genres. Elle dépasse les déterminismes biologiques, la binarité des identités vécues et ressenties», estime Karine Espineira.

Ce qui confère au porno trans* un potentiel subversif vis-à-vis de l'étroitesse d'esprit du porno classique: «L'idée qu’à telle identité (homme ou femme par exemple) correspond une sexualité (homo ou hétéro), qu’à tel sexe (l’organe) correspond telle fonction (pénétrant ou pénétré par exemple) part en éclats», poursuit la chercheuse. «La grille de lecture de la sexualité se complexifie et il devient impossible de qualifier cette sexualité, car elle ringardise les catégories mainstream.»

Sous les catégories, l'infini.

Annabelle Georgen
Annabelle Georgen (344 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux.
> Paramétrer > J'accepte