Double X

Polytechnique, le massacre qui fascine encore ceux qui ont la haine des femmes

Lucile Bellan et Thomas Messias, mis à jour le 06.12.2017 à 15 h 01

Le 6 décembre 1989, des Québécoises ont été assassinées simplement parce qu'elles étaient des femmes. Vingt-huit ans après, leur meurtrier continue d'être considéré comme un martyr ou une idole par les masculinistes les plus radicaux du pays et d'ailleurs.

Dec 5 candlelight vigil | University of the Fraser Valley via Flickr CC License by

Dec 5 candlelight vigil | University of the Fraser Valley via Flickr CC License by

Geneviève Bergeron (21 ans), étudiante en génie civil. Hélène Colgan (23 ans), étudiante en génie mécanique. Nathalie Croteau (23 ans), étudiante en génie mécanique. Barbara Daigneault (22 ans), étudiante en génie mécanique. Anne-Marie Edward (21 ans), étudiante en génie chimique. Maud Haviernick (29 ans), étudiante en génie des matériaux. Barbara Klucznik-Widajewicz (31 ans), étudiante infirmière. Maryse Laganière (25 ans), employée au département des finances. Maryse Leclair (23 ans), étudiante en génie des matériaux. Anne-Marie Lemay (22 ans), étudiante en génie mécanique. Sonia Pelletier (28 ans), étudiante en génie mécanique. Michèle Richard (21 ans), étudiante en génie des matériaux. Annie St-Arneault (23 ans), étudiante en génie mécanique. Annie Turcotte (20 ans), étudiante en génie des matériaux. Toutes sont mortes le 6 décembre 1989, simplement parce qu'elles étaient des femmes.

Ce jour-là, il y a vingt-huit ans, un dénommé Marc Lépine s’introduisait dans l’École polytechnique de Montréal. Armé d’une carabine Ruger 10/22 destinée au petit gibier, il y assassinait 14 femmes et en blessait 10 autres, avant de se suicider. Au sein de cette école mixte, ce Québécois âgé de 25 ans avait sciemment choisi d’épargner les hommes et de ne tirer que sur celles auxquelles il s’était mis à vouer une haine profonde. Pour expliquer son geste, Lépine laissa cette lettre.

«Excusez les fautes. J'avais 15 minutes pour l'écrire

Veillez noter que si je me suicide aujourd'hui 89/12/06 ce n'est pas pour des raisons économiques (car j'ai attendu d'avoir épuisé tout mes moyens financiers refusant même de l'emploi) mais bien pour des raisons politiques. Car j'ai décid
é d'envoyer Ad Patres les féministes qui m'ont toujours gaché la vie. Depuis 7 ans que la vie ne m'apporte plus de joie et étant totalement blasé, j'ai décidé de mettre des bâtons dans les roues à ces viragos. [...]


Même si l'épitète Tireur Fou va m'être attribué dans les médias, je me considère comme un érudit rationnel que seul la venu de la Faucheuse on amméné à posé des gestes extrèmistes. Car pourquoi persévéré à exister si ce n'est que faire plaisir au gouvernement. Etant plûtot passéiste (Exception la science) de nature, les féministes ont toujours eux le dont de me faire rager. Elles veulent conserver les avantages des femmes (ex. assurances moins cher, congé de maternité prolongé précédé d'un retrait préventif, etc.) tout en s'accaparant de ceux des hommes.

Ainsi c'est une vérité de la palice que si les Jeux olympiques enlevaient la distinction Homme/Femme, il n'y aurait de Femmes que dans les compétitions gracieuses. Donc les féministes ne se battent pas pour enlever cette barrière. Elles sont tellement opportunistes qu'elles ne négligent pas de profiter des connaissances accumuler par les hommes au cours de l'histoire. Elles essai toutefois de travestir celles-ci toute les fois qu'elles le peuvent. Ainsi l'autre jour j'ai entendu qu'on honoraient les canadiens et canadiennes qui ont combattus au front pendant les guerres mondiales. Comment expliquer cela alors que les femmes n'étaient pas autorisés à aller au front??? Va-t-on entendre parler des légionnaires et galériennes de César qui naturellement occuperont 50% des effectifs de l'histoire malgré qu'elles n'a jamais exister. Un vrai Casus Belli.»

La missive s’accompagne d’une liste de noms de 19 célébrités canadiennes, toutes des femmes, puis ces quelques mots:

«Ont toutes failli disparaître aujourd’hui. Le manque de temps (car je m’y suis mis trop tard) à permis que ces féministes radicals survives. Alea Jacta Est.»

Tristement mémorable

À ce jour, la tuerie de l’École polytechnique reste la plus meurtrière de l’histoire du Canada. Depuis 1975, on a répertorié dans le pays une dizaine de tueries de masse, qui ont provoqué la mort de 35 personnes et en ont blessé 66 autres. Le drame de Polytechnique a donné lieu à d’immenses et inépuisables débats dans l’espace public comme dans les sphères privées, tant sur les règles de sécurité en vigueur dans les institutions canadiennes que sur la passivité des hommes présents dans le bâtiment, dont aucun n’a essayé d’intervenir.

Dans son récit intitulé L’Homme qui haïssait les femmes, qui mêle le fiction et le documentaire, l’auteure française Elise Fontenaille évoque d’ailleurs le cas de Sarto Blais, étudiant qui ne s’est jamais remis de ne pas s’être interposé, et qui s’est suicidé pendant l’été 1990. Inconsolables, ses parents ont d’ailleurs fini par se donner eux-aussi la mort un an plus tard.

La tuerie a également été récupérée par l’extrême droite, le vrai nom de Marc Lépine étant Gamil Gharbi, né d’une mère québécoise et d’un père algérien. Il avait changé de nom à l’âge de 14 ans, pensant pouvoir s’éviter d’être la cible de remarques racistes, et souhaitant également s’affranchir d’un géniteur dangereux, qui le violentait depuis ses plus jeunes années.

Un martyr de la cause masculiniste

 

La haine entretenue par Marc Lépine à l’égard des femmes et des féministes –deux mots qu’ils considère comme synonymes– glace évidemment le sang. Dans le film Polytechnique, réalisé en 2009, le réalisateur Denis Villeneuve montre notamment avec quelle froideur Lépine fait sortir les individus masculins de l’une des salles de classe de l’école, pour ne garder avec lui que les femmes. Surtout ne faire de victimes qu’au sein de ce qu’il considère comme le camp ennemi. Pas étonnant que Lépine soit devenu le héros martyr de toute une génération de masculinistes. C’est ainsi que le 8 mars 1990, un individu armé d’un revolver s’était présenté dans une classe du Collège de Valleyfield (Québec) en annonçant aux étudiantes que Polytechnique n’était qu’un début et que leur tour était venu. La date choisie (celle de la Journée internationale des droits des femmes) n’était évidemment pas innocente.

Lépine n’imaginait sans doute pas qu’il ferait autant d’émules. Pourtant, c’est bien lui que cite le Canadien Donald Doyle lorsqu’en 2005, il envoie à de nombreuses femmes des lettres dans lesquelles il les menace de mort. Le statut d’icône de Lépine se ressent tout particulièrement dans le cas Doyle, qui se présente dans les lettres comme la réincarnation pure et simple du tueur de Polytechnique. C’est à ce titre qu’il écrit dans ses courriers: «Je veux finir ce que j’ai commencé.»

À la même époque, le Québécois Mario Morin cite lui aussi Lépine à de nombreuses reprises lorsqu’il crie sa haine des femmes, affirmant vouloir faire exploser des centres réservés à la jeunesse. Sa motivation? Une haine viscérale des femmes et le désir irraisonné de pouvoir voir sa fille de 9 ans, dont il n’a jamais eu la garde. Certains montent dans des grues: dans le cas de Morin, c’est en haut d’un panneau publicitaire surplombant le pont Jacques-Cartier de Montréal qu’il s’est installé pour crier sa détresse. Mario Morin a fini par écoper de 15 mois de prison pour cet acte, et de 10 mois supplémentaires avoir proféré des menaces de mort en direction d’employées et employés de la Direction de protection de la jeunesse, qu’il estimait responsable de la déchéance de ses droits de père.

Sentiment d'injustice

D’autres ne citent pas directement Lépine mais il est probable qu’ils aient été inspirés par ses actes. Pennsylvanie, 2009: George Sodini entre dans un cours d’aérobic où il tue 3 femmes et en blesse 12 autres avant de se suicider. Dans son journal, cette phrase: «Je suis bien habillé, rasé de près, je me lave, une touche d’eau de Cologne –pourtant, 30 millions de femmes m’ont rejeté sur une période de 18 ou 25 ans.» Si l’on en croit ses écrits, Sodini n’aurait pas eu de relation sexuelle de 1990 à sa mort.

Chez ces terroristes ne s’en prenant qu’aux femmes ou agissant au nom de leur rancœur contre elles, les similitudes sont nombreuses. Vivant dans un désert affectif et sexuel qu’ils estiment avoir tout fait pour combler, ils nourrissent également un profond sentiment d’injustice. Conscients que les combats féministes visent à les déposséder de certains de leur privilèges –qu’ils considèrent comme des acquis–, ils ont décidé d’entrer dans ce qu’ils considèrent comme de la résistance. Non seulement les femmes se refusent à eux, mais elles ont le culot de réclamer plus d’égalité et plus de considération. Le tout semble suffire à expliquer leur envie et leur besoin d’aller assassiner en masse.

«Arrêtez de rêver secrètement de tuer des hommes et de planifier leur extinction»

Vingt-huit ans après, il n’y a même pas besoin de creuser jusqu’au fin fond de l’Internet pour observer à quel point Marc Lépine est resté une référence. En 2009, l’activiste masculiniste Jean-Claude Rochefort est allé jusqu’à lui consacrer un blog (sous pseudo) pendant quelques mois afin de glorifier paisiblement celui qu’il considère comme un héros et un martyr. Le titre (qu’on peut traduire par «Marc Lépine, criminel ou héros populaire?») parle de lui-même. Il y mêle articles très premier degré et montages dits humoristiques (l'humour sera d'ailleurs son premier argument de défense une fois démasqué).

Dans l’un des paragraphes du dernier article publié (le 4 décembre 2009, soit deux jours avant le vingtième anniversaire de la tuerie), on peut lire:

«Marc Lépine affirme aux femmes et aux féministes: VOUS N'AVEZ PLUS BESOIN D'ÊTRE DES MONSTRES. Il affirme à ces milliers de femmes et de féministes qui ont volé la maison de leur conjoint, sa voiture, son argent, à celles qui ont volé les enfants et le job de leur ex-mari jusqu’à les mener au suicide: ARRÊTEZ D’ÊTRE DES MONSTRES, arrêtez de rêver secrètement de tuer des hommes et de planifier leur extinction, et peut-être qu’un jour nous nous remettrons à vous aimer. C’est un message essentiel, un message d’amour, digne d’un nouveau Christ.»

Victimisation

Sur le forum 18-25 du site jeuxvideo.com, qui fait régulièrement parler de lui pour le déferlement de haine organisée dont sont capables de faire preuve ses utilisateurs, on a longtemps pu trouver des sujets entiers consacrés à Marc Lépine. Et pas pour condamner son geste, non. Aujourd’hui, après une modération tardive et en raison d’une modification de son moteur de recherche qui rend l’exploration des archives plus compliquée (tiens donc), il n’en reste que des bribes, mais elles sont extrêmement parlantes. Il y a ceux qui trouvent assez logique le passage à l'acte du Québécois.

Il y a aussi ceux qui, en quelques mots, montrent que leur rêve secret est de contribuer à ce qu'ils estiment être une épuration nécessaire.

Un tweet concis mais glaçant qui répondait au message ci-dessous, dépourvu de toute allusion à une quelconque tuerie mais qui donne une idée assez fidèle de la frustration et du besoin de défoulement communs à de nombreux masculinistes en herbe. Le message suivant est assez représentatif de la haine qui naît chez certains jeunes gens se sentant rejetés par les femmes. Qu'une infime partie de cette population finisse par ne plus se contenter d'une simple pile de pneus n'a hélas pas grand-chose d'étonnant.

Twitter n'est évidemment pas en reste: en français comme dans d'autres langues, les tweets glorifiant l'assassin sont légion.

Même sur un réseau social comme Pinterest, qu’on imaginait naïvement être le bastion des adeptes de la décoration d’intérieur et des rainbow cakes, le visage faussement angélique de Lépine apparaît çà et là, y compris lorsqu'on utilise simplement quelques mots-clés liés à l'arme utilisée le 6 décembre 1989. Cela donne l’impression étrange que le spectre du terroriste continue à hanter l’Internet à la rencontre de ses disciples potentiels.

Le danger de l'inachevé

Dans L’Homme qui haïssait les femmes, Elise Fontenaille explique que l’après Polytechnique a été particulièrement difficile pour les 19 femmes présentes sur la liste des cibles à abattre laissée par Lépine. Dans le livre, elle interroge –en modifiant son patronyme, comme elle l’a d’ailleurs fait pour chaque protagoniste de l’affaire– l’une des celles qui a notamment insisté pour que la liste sur laquelle elle figure soit rendue publique. On comprend que si chaque 6 décembre fait souffler un vent glacial sur tout le pays, la date possède un goût tout particulier pour ces 19-là, angoissées à l’idée qu’un disciple auto-proclamé de Marc Lépine puisse avoir envie de célébrer à sa façon cet anniversaire macabre. Dans son discours du 6 décembre 2010, à l’occasion de la commémoration annuelle du drame, elle prononce ces mots, relayés par Elise Fontenaille:

«Plus de vingt ans ont passé depuis la tuerie. Pourtant, la simple mention du 6 décembre, encore aujourd’hui, nous divise comme jamais: les femmes d’un côté, les hommes de l’autre. Il y a toujours ceux qui croient que l’homme était un fou –il n’y a donc rien à comprendre– et ceux, souvent celles, qui pensent qu’il s’agit d’un acte politique, Lacroix [pseudo de Lépine dans le livre] lui-même ayant qualifié son geste d’acte politique. Malgré ce que certaines féministes ont prétendu –que la tuerie s’inscrit dans la lignée de la violence faite aux femmes–, rien ne laissait présager qu’un jeune homme cultivé, intelligent, ferait irruption dans une classe de Poly, séparerait les hommes des femmes, pour ensuite abattre celles-ci une à une. Personne n’aurait jamais pensé qu’on puisse assassiner des femmes uniquement parce qu’elles étaient des femmes! Ce 6 décembre, Lacroix s’est attaqué à ce qu’il y avait de plus nouveau dans la société, de plus fort: l’essor des femmes.»

Dans sa lettre, Marc Lépine évoque le sergent Lortie, qui en 1984 tua trois personnes à l’intérieur du Parlement québécois avant d’être maîtrisé par un agent de sécurité. Atteint de schizophrénie paranoïde, Lortie est aujourd’hui libre après avoir purgé une peine de huit années de prison. Dans l’une des cassettes enregistrées au préalable et dont l’une a été envoyée aux médias, il expliquait avoir envie de «divertir », avant d’ajouter : «Je fais du mal pour faire du bien.» Une phrase qu’un grand nombre de terroristes pourraient sans doute reprendre à leur compte.

Inspiré par Lortie, Marc Lépine a voulu par son geste immortaliser sa haine à l’encontre des femmes et des féministes, tenter d’enrayer leur progression vers un monde plus juste et plus sain, et contribuer à creuser le fossé de l’incompréhension entre les hommes et les femmes. Vingt-huit ans plus tard, qu’il soit célébré par des plaisantins inconscients ou de dangereux psychopathes, sa parole continue d’être propagée et de rendre ce monde particulièrement inconfortable pour les femmes.

Lucile Bellan
Lucile Bellan (172 articles)
Journaliste
Thomas Messias
Thomas Messias (138 articles)
Prof de maths et journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux.
> Paramétrer > J'accepte