Double XMonde

Après avoir porté plainte pour viol, elle est arrêtée pour «immigration illégale»

Repéré par Léa Marie, mis à jour le 29.11.2017 à 16 h 19

Repéré sur The Independent

Le Royaume-Uni est pourtant signataire d'une directive européenne qui oblige à traiter toutes les victimes de crimes sans discrimination.

Police londonienne | Yukiko Matsuoka via Flickr CC License by

Police londonienne | Yukiko Matsuoka via Flickr CC License by

Les faits remontent à mars 2017. Une jeune femme d'une vingtaine d'années se rend dans un commissariat londonien et explique avoir été kidnappée et violée pendant six mois durant son séjour en Allemagne, rapporte le site The Independent. Jusqu'à sa récente arrivée –illégale, avoue-t-elle– sur le sol britannique. Les policiers la transfèrent alors dans l'un des Havens de la capitale, un réseau de centres venant en aide aux femmes ayant subi des violences sexuelles. 

Peu après, la police retourne chercher la plaignante, enceinte de cinq mois, et la place en garde à vue. Les agents l'interrogent sur son statut d'immigrée et décident finalement de l'arrêter pour «suspicion d’entrée illégale au Royaume-Uni». La victime devient coupable. 

«Cette histoire choquante illustre à quel point la politique répressive de Theresa May instaure un climat hostile envers les immigrants (...) et décourage les victimes de crimes de porter plainte», déplore Politics.co.uk

S'il est déjà difficile pour les femmes ayant été agressées sexuellement de passer la porte d'un commissariat en circonstances normales, cela devient presque inenvisageable pour celles en situation irrégulière. Fizza Qureshi, directrice de l'ONG Migrants’ Rights Network, a déclaré à The Independent

«Cela doit être incroyablement traumatisant d'être arrêtée suite à une démarche initiée de son propre gré.»

L'association se bat pour que les immigrants clandestins puissent chercher de l'aide auprès de la police sans risquer d'être eux-mêmes inquiétés. «Ils font passer le respect des lois sur l'immigration avant sa situation de victime», dénonce l'activiste. 

Le Royaume-Uni est pourtant signataire de la directive européenne EU Victims Directive, qui oblige les États membres à traiter toutes les victimes de crimes de manière «respectueuse, attentive et professionnelle sans discrimination aucune».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux.
> Paramétrer > J'accepte