Tech & internet

Facebook censure-t-il des contenus journalistiques?

Repéré par Léa Marie, mis à jour le 20.11.2017 à 15 h 10

Repéré sur Quartz

Le Britannique Chris Niedenthal a fait l'amère expérience du manque de discernement de Facebook autour de certaines thématiques sensibles. Le réseau social peine encore à différencier appels à la haine et contenus informatifs. 

Manifestant d'extrême droite lors de la marche de l'Indépendance, à Varsovie, le 11 novembre 2017. Via Chris Niedenthal

Manifestant d'extrême droite lors de la marche de l'Indépendance, à Varsovie, le 11 novembre 2017. Via Chris Niedenthal

Ils étaient près de 60.000, le 11 novembre dernier, à défiler lors de la grande marche nationaliste organisée à Varsovie par l'extrême droite polonaise. C'est avec effroi que les démocrates européens découvraient alors la violence de certains slogans ouvertement racistes et xénophobes, repris pas en masse par des manifestants. Parmi ces derniers: «La Pologne pure, la Pologne blanche», ou encore «Foutez le camp avec vos réfugiés».

Les images du rassemblement –montrant notamment l'immense foule surplombée d'une épaisse fumée rouge– ont été reprises par les journaux du monde entier et largement diffusées sur les réseaux sociaux. Y compris, rapporte le magazine Quartz, sur le Facebook d'un photoreporter polonais dont les clichés ont été rapidement supprimés. Une décision qui démontre le positionnement pour le moins ambigu de la plateforme quant aux contenus qui relèvent potentiellement d'appels à la haine. Et plus largement, de ceux qui méritent –ou non– d'être censurés. 

 

Chris Niedenthal a lui aussi assisté à la marche polonaise en ses qualités de journaliste. Le jour suivant, il publie ses photos sur Facebook. Parmi elles, des portraits de jeunes hommes survoltés aux visages dissimulés sous des masques ou des foulards –souvent floqués de symboles promouvant le suprémacisme blanc– agitant leurs poings levés. Des images également jugées offensantes par Facebook, qui décide de les supprimer.

 

Remonté et déterminé, Chris Niedenthal tente de les poster à nouveau. Test qui se révèle infructeux: les images disparaissent le lendemain. Pour couronner tout le tout, le compte Facebook du reporter britannique est suspendu pendant 24 heures. 

«Naturellement, ça m'a rendu furieux lorsque Facebook a supprimé mon post, et je l'ai vécu comme de la censure. Pire encore, il s'agissait pour moi d'une censure injustifiée: un journaliste professionnel légitime ne devrait pas être sanctionné pour avoir fait son travail

Des modérateurs supplémentaires

 

Interrogé par Quartz, le réseau social été amené à justifier sa décision. Parce qu'elles contenaient des discours de haine et des incitations à la violence, ces photos enfreignaient les règles de la communauté Facebook. Par ailleurs, les légendes des clichés, jugées neutres par les modérateurs, laissaient planer le doute quant au positionnement de leur auteur. Soutenait-il le mouvement? S'y opposait-il? Ou y était-il indifférent? Autant d'incertitudes qui ont fait pencher la balance. Mais face aux vives protestations de Chris Niedenthal, Facebook a fini par reconnaître son erreur de jugement et a, après avoir fait son mea culpa, autorisé la publication des photos en question.

Ces tergiversations sont révélatrices de la difficulté du réseau social à faire la différence entre ce qui rentre dans la case de l'incitation à la haine et ce qui répond d'une démarche informative. Évidemment, la propagande terroriste, la pédopornographie et les appels au meurtre sont unanimement prohibés. D'autres posts supposent par contre, eux, d'être remis dans leur contexte. Ou sont sujets à débat comme le maintien en ligne d'images des corps de victimes d'un acte terroriste, sur le lieu de l'attaque. 

Facebook a affirmé sa volonté de préserver les contenus assimilables à de l'«actualité». Pour cela, le site entend perfectionner son système de modération en recrutant plusieurs milliers de modérateurs supplémentaires. Parallèlement, la firme de Mark Zuckerberg aura recours de manière croissante à des systèmes d'intelligence artificielle permettant de détecter avec davantage de précision les contenus problématiques, et d'ainsi optimiser le fonctionnement de son sytème modérateur. Enfin, la plateforme compte mettre l'accent sur la communication en expliquant aux utilisateurs les raisons précises de la suppression de leurs publications. Des mesures de plus en plus nécessaires alors que Facebook est soupçonné d'exercer une censure à deux vitesses

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux.
> Paramétrer > J'accepte