Monde

Osman Kavala, un «milliardaire rouge» dans le collimateur d'Erdogan

Ariane Bonzon, mis à jour le 10.11.2017 à 13 h 04

Ce nouveau bouc émissaire, un interlocuteur de la France, symbolise une sensibilité philanthropique, démocrate et libérale dont le pouvoir turc n'a plus utilité.

Capture écran via YouTube.

Capture écran via YouTube.

Celui qu'on surnommait parfois le «milliardaire rouge», en référence à sa fortune et à ses convictions de gauche, est détenu en Turquie depuis le 1er novembre. Mécène et philanthrope, Osman Kavala s’est employé depuis des années à tenter de réconcilier les Turcs entre eux, avec leur histoire, et leurs voisins. Il incarne ce courant libéral, au sens anglo-saxon, dont le pouvoir islamo-nationaliste pense n'avoir plus utilité. 

Interpellé à Istanbul le 18 octobre à sa descente d’avion, en garde à vue pendant 14 jours, l'homme d'affaires a d’abord fait l’objet d’un véritable lynchage médiatique, comme pour préparer l’opinion publique à son incarcération. En écho au Hongrois Orban qui a fait son ennemi du milliardaire juif américano-hongrois George Soros, le Président turc Erdogan s’est félicité que le «Soros de Turquie» ait été «découvert».

Accusations ridicules

Avant de l’envoyer à la prison de Silivri, près d’Istanbul, le juge a signifié à Osman Kavala les deux accusations dont il fait l’objet:  avoir été «l'organisateur et le dirigeant [….] des  événements de Gezi [en 2013, nldr], […] insurrection visant à faire disparaître l'État et le gouvernement de la République de Turquie [...], [soutenue] par [des] organisations terroristes […]» et avoir participé «à la tentative du coup d’État du 15 juillet en se mettant en relation intense avec des personnalités de nationalité étrangère et avec Henri Barkey [un expert américain présenté comme l'organisateur du coup par les autorités turques, ndlr]».

Rien n’est plus absurde que ces accusations pour ceux qui connaissent Osman Kavala ou qui ont eu à travailler avec lui. Selon Dalita Roger, l’une de ses amies en France:

«C’est quelqu’un de 100% non violentSon axe à lui, c’était d’utiliser la culture pour rapprocher des gens qui se méfiaient les uns des autres. Il était toujours à l'écoute, modeste, discret et sensible au malheur d'autrui

«Accuser Osman Kavala de financer la terreur est aussi ridicule que d’accuser une girafe d’être un crocodile», s’est exclamé dans une tribune Antony Barnett, co-fondateur de l’Open democracy de Georges Soros, qui le connaît depuis 30 ans.

Le 3 novembre, par l’intermédiaire de son porte-parolat, le Quai d’Orsay s’est dit très préoccupé par la détention d’Osman Kavala.

Étudiant à Manchester et à New York

Né en 1957 en France, dans une famille originaire des Balkans, Osman Kavala porte d'ailleurs le nom d’une petite ville portuaire de Thrace grecque. Ses aïeux puis son père ont fait fortune dans le tabac.

En traitant Osman Kavala de «Soros de Turquie», le Président Erdogan le ramène à de supposées racines juives; il l’essentialise comme un descendant de dönme –une communauté juive convertie à l’islam au XVIIIe siècle–, dont la sincérité est nécessairement suspecte aux yeux des islamistes.     

Osman Kavala étudie durant quatre ans l'économie à l’Université de Manchester, à l’époque du rapport de force entre Margaret Thatcher et les militants de l'Ira (l'Armée républicaine irlandaise). Il s'intéresse aux grévistes de la faim conduits par Bobby Sand et défile contre la dame de fer. «Osman, pendant ces années-là, avait été témoin de la dureté et de l'implacabilité de Margaret Thatcher, mais aussi des débats démocratiques parmi les étudiants», poursuit Dalita Roger. Il prend ensuite la direction de New York, où il passe deux ans à la New School for Social Research.

Ses études achevées, Osman Kavala rentre en Turquie. Quand il débarque, «allure hippie et belle barbe, la gauche de l’époque fut tentée de regarder ce “fils à papa” de haut», se souvient Nora Seni, universitaire, dont il contribua à financer le film sur les juifs d'Istanbul en 1990

«Évidemment qu’il a été snobé! Et pas seulement par les gauchistes mais par la droite, le centre et tous les autres. C’est si facile et ça ne coûte rien de tirer sur un homme honnête qui a hérité de l’une des plus grosses fortunes du pays», confirme le linguiste turc d’origine arménienne Sevan Nisanyan, lui-même incarcéré durant trois ans et demi avant de s’enfuir de Turquie à l’été dernier et de se réfugier sur une île grecque.

Plutôt pro-AKP, au début

En 1982, après le décès prématuré de son père, Osman Kavala prend sa relève tout en jouant un rôle important dans l’émergence de think tanks ou d’associations travaillant à la démocratisation du pays. En 1982-83, il permet le lancement d’Iletisim, l’une des plus importantes maisons d’édition de Turquie.

Les engagements d’Osman Kavala donnent parfois lieu à des situations paradoxales. En 1986 par exemple, quand le premier mouvement environnementaliste de Turquie planifie une mobilisation contre l’érection d’un gigantesque hôtel du Club Méditerranée sur une plage abritant des Caretta Caretta (tortues maritimes, en voie d'extinction), près de Daylan, au sud-ouest de la Turquie: les volontaires bénéficiant du soutien d'Osman Kavala tiennent leur réunion dans l’immeuble de la holding Kavala, qui construit également des hôtels de ce type.  

En 2002, il fait partie de ces personnalités de gauche ou libérales, anti-kémalistes et anti-militaristes qui voient d’un bon œil l’arrivée au pouvoir du Parti de la justice et du développement (AKP, islamo-conservateur). La même année, il lance Anadolu Kultur, une fondation destinée à promouvoir par le biais de l’art et de la culture l’émergence d’une société civile démocratique que l’élan réformiste de ce nouveau gouvernement va permettre.

La liste des réalisations d’Anadolu Kultur est longue; la fondation fait sauter quelques verrous sur les droits des Kurdes, la reconnaissance du génocide arménien et les relations avec la société civile grecque.

Un partenaire de la France

L’Université française bénéficie aussi du soutien d’Osman Kavala, puisqu’il fut le partenaire d’un programme de recherche monté à Paris 8 en 2013-2014 par l’historienne Nora Seni, sur les enjeux mémoriels de la shoah et du génocide arménien. «C’est un homme plutôt “pur”, véritablement altruiste et qui n’est pas dans les enjeux de pouvoir», décrit-elle.

Osman Kavala a également co-produit Chienne d’histoire, du cinéaste français d’origine arménienne Serge Avedikian. Basé sur un fait réel, la déportation en 1910 de 30.000 chiens errants de Constantinople sur une île de la mer de Marmara, ce film d’animation est une métaphore du génocide arménien de 1915. Il remporte la Palme d’or du court métrage à Cannes.  Serge Avedikian raconte:

«Lors de la remise des prix, Osman était assis à côté de moi. Il ne s’attendait pas du tout à ce qui nous arrivait, il était très intimidé. Mais surtout, il a réussi l’exploit, étant donné le sujet tabou, de faire distribuer le DVD du film dans toutes les écoles de Turquie.»

L'un des rêves d'Osman Kavala était d'organiser un concert de Charles Aznavour en Turquie. En signe de protestation contre la négation du génocide arménien par l'État turc, le chanteur d'origine arménienne avait toujours refusé d'y chanter; sa venue aurait été un signe fort. 

Osman Kavala parle de ce projet à Serge Avedikian, qui connait bien Aznavour:  «J'ai proposé à Charles qu’on puisse le faire sur la frontière avec l'Arménie, côté turc, mais que l'on puisse entendre aussi le son de l’autre côté. Charles était d’accord sur le principe. Seulement, les éléments de sécurité ne pouvaient pas être garantis, donc l’idée a été abandonnée», raconte le cinéaste à Slate.fr. 

Serge Avedikian (à gauche) et Osman Kavala (à droite), et Charles Aznavour en photo sur le portable. DR

Tous ceux qui connaissent Osman Kavala témoignent également de son implication sur le terrain. Travaillant avec plusieurs ONG dans le Sud-Est de la Turquie, Nurcan Baysal décrit comment Osman Kavala s’est engagé pour aider les populations réfugiées en Turquie. Sur son blog, cette jeune femme turque écrit:  

«Cet homme veillait avec la plus grande attention aux sortes de tentes que nous achetions, au bois que nous choisissions pour s’assurer que ces familles étaient bien au chaud. […] Je vous le dis, cet homme a fait de son mieux pour les hommes et les femmes syriennes, yézidies, turques, kurdes, arméniennes, assyriennes…»

Pourquoi lui?

Il est arrivé à Osman Kavala de s’interposer physiquement entre deux camps. En 2010, lors de la première commémoration —non officielle— en Turquie du génocide arménien, il est au premier rang et négocie avec la police qui veut charger les manifestants.

Il en fait de même durant le mouvement de Gezi en mai-juin 2013: c’est de là que date la première «griffure», selon le terme très «soft» utilisé par l’éditorialiste Murat Yetkin. Le gouvernement a vu que «Kavala, comme un certain nombre d’industriels turcs […], éprouvait de la sympathie à l’égard d’une des dimensions, urbaine, laïque et environnementaliste, des manifestations de Gezi

À l’époque, Osman Kavala avait encore des appuis au sein du parti islamo-conservateur au gouvernement. Mais après Gezi, ceux-là ont été progressivement écartés. Et lui est devenu un symbole à faire chuter.

Proche de l’entourage d’un des gendres de Erdogan, la chroniqueuse Hilal Kaplan monte au créneau dès 2015 et prétend que des liens d’affaires auraient uni Sedat Perker, un mafieux turc, avec Osman Kavala.

Aujourd’hui, les chefs d’inculpation qui lui ont été signifiés paraissent plus que fantaisistes. En Turquie, un comité de soutien a vu le jour le 8 novembre. Selon les articles 312 et 309 du code pénal turc qui répriment les tentatives de coup d'État, il encourt la peine maximale: la perpétuité.

Pourquoi avoir ciblé Osman Kavala? Pour nourrir un peu plus la rhétorique conspirationniste et anti-occidentale qui permet au président turc de cimenter sa base? Pour demander en échange que l’Europe livre les cadres gulénistes qui y ont trouvé asile et dont le réseau est accusé d’avoir organisé le putsch raté du 15 juillet? Pour maintenir cette atmosphère d’affrontement avec l’opposition et donc de pression sur la société dans la perspective des prochaines élections? Pour montrer que personne n’est à l’abri, quelle que soit sa fortune ou ses soutiens à l’étranger? Pour complaire au camp des kémalistes souverainistes les plus durs qu’Osman Kavala, un franc-tireur qui avait placé de l'espoir dans l'émergence du Parti démocratique des peuples (HDP, kurdo-turc), insupportait?

Il n’est pas surprenant que presque chacune des personnes interrogées formule une  hypothèse différente. Ce flou, cette incertitude, cet arbitraire sont partie intégrante des méthodes d’un pouvoir autoritaire. Il y a cependant une hypothèse plus souvent avancée que les autres. Selon celle-ci, l'arrestation d'Osman Kavala permettrait de faire pression sur les États-Unis au moment où la justice américaine traite du cas de Reza Zarrab, un homme d’affaires turco-iranien, arrêté par le FBI et suspecté d’avoir aidé le gouvernement turc à contourner les sanctions économiques imposées par les États-Unis sur l’Iran. Les confessions de cet homme seraient désastreuses pour le président Erdogan et son entourage. 

L'expert américain, Henri Barkey, celui-la même qu'Ankara accuse d'être le fomenteur du putsch raté, n'exclut pas cette hypothèse, tout en se demandant s'il y a encore un véritable enjeu: «Pour Zarrab, explique-t-il à Slate.fr, j'ai un mauvais pressentiment. Je pense que nous avons déjà abandonné l'affaire. Les gens pensent autrement, mais il y a quelquechose qui sent mauvais ici et je ne parviens pas à mettre le doigt dessus.»  

La piste économique

Paru en 2014, l'ouvrage universitaire New Capitalism in Turkey. The relationship between Politics, Religion and Business explique comment l’utilisation de la religion par certaines associations patronales turques a permis de créer de nouvelles solidarités parmi leurs membres.

Ce qui a contribué à polariser, de plus en plus, un monde des affaires en profonde transformation. Une nouvelle bourgeoisie d’affaires, islamiste, monte en puissance face à la bourgeoise d'affaires libérale, à laquelle Osman Kavala appartient –quoiqu'il s'en tienne à distance et ne soit pas membre du Médef turc, la Tusiad

On comprend grâce à ce livre en quoi l’appropriation progressive du capital par les islamistes turcs constitue un nouveau cas d’école dont Marx se serait régalé.

Or, selon Aykan Erdemir, un ancien parlementaire du Parti républicain du peuple (CHP, opposition), aujourd'hui chercheur à la fondation pour la défense des démocraties, l'arrestation d'Osman Kavala «accélère la dérive de la Turquie vers le bloc autoritaire, dont le système économique est beaucoup plus accueillant pour le régime kleptocrate d’Erdogan».

Avec la détention de ce mécène, il y aurait donc un chapitre supplémentaire à écrire dans New Capitalism in Turkey, s’il ne constituait aussi un drame personnel pour celle qui a co-signé cet ouvrage: l’économiste Ayşe Buğra, qui n’est autre que l’épouse d’Osman Kavala.

 

Ariane Bonzon
Ariane Bonzon (220 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux.
> Paramétrer > J'accepte