France

On a le groupe féministe le plus bête du monde

Titiou Lecoq, mis à jour le 03.11.2017 à 14 h 00

Des féministes revendiquées qui incendient une gendarmerie sous des prétextes mous du bulbe. Qu'a-t-on fait pour mériter ça?

La gendarmerie incendiée I JEAN-PIERRE CLATOT / AFP

La gendarmerie incendiée I JEAN-PIERRE CLATOT / AFP

Au début, j’ai cru à une blague quand j’ai lu ça:



Je me suis dit que Le Figaro avait fumé du crack. Ils allaient quand même pas essayer de me faire croire que des féministes avaient foutu le feu à des bagnoles de flics? Je ne suis pas débile, je sais que ce monde est fou mais ça, c’est un bon gros fake.

Bon. C’était pas un fake. Un groupe de féministes anarchistes a bien revendiqué d’avoir découpé le grillage de l’enceinte d’une caserne de gendarmerie, d’avoir versé 10 litres d’essence et d’avoir mis le feu aux voitures personnelles des gendarmes. «Nous avons ciblé les voitures privées des flics […] parce qu’on avait envie de s’attaquer plutôt aux individus qui portent l’uniforme qu’à leur fonction, plutôt à leurs bien personnels qu’à leurs outils de travail. Nous pensons que les rôles existent parce qu’il y a des personnes pour les remplir. Si derrière l’uniforme il y a un humain, c’est à lui que nous avons cherché à nuire.» Et aussi, parfois, derrière le flic, il y a une femme qui avait besoin de la voiture pour aller bosser mais visiblement leur raisonnement n’est pas allé jusque-là. Et j’allais oublier, elles expliquent également avoir cadenassé l’accès voitures pour, je cite toujours le communiqué, «faire une blague aux pompiers». Lolilol.

De la pyromanie, oui

 

Vous en voulez encore? Allez. «Nous aurions besoin de figures fortes pour nous en sortir, de médecins pour nous soigner, d’hommes pour nous épauler, d’enfants pour nous épanouir, de flics pour nous protéger. Notre éducation ancre ces foutaises dans nos têtes et nous finissons par les intégrer.» Cette phrase n’était pas compliquée à écrire, oui, on apprend aux femmes qu’elles sont faibles. Mais quel est le rapport avec le fait de déclencher un incendie? Je me sens puissante parce que j'ai craqué une allumette? Perso, j'appelle juste ça de la pyromanie.

Et pourquoi elles parlent des médecins? La médecine, ça fait partie des foutaises? Bien sûr qu'on a besoin de médecins pour nous soigner. Ça n’a rien à voir là-dedans. J'imagine qu'elles ont confondu avec le débat sur les violences médicales. Je suis affligée.

Bordel de foutredieu, qu’est-ce qu’on a fait de mal pour avoir droit à ça? On devait déjà se coltiner les sexistes de tous bords mais maintenant, en plus, va falloir qu’on se tape les «féministes» ravagées du bulbe. Je revendique le droit de les appeler ainsi puisqu’elles écrivent elles-mêmes: «Nous ne voulons pas être définies par les particularités de nos corps mais bien par ce qui résulte de nos choix, nos éthiques et nos actes.» Donc les meufs revendiquent le fait d’être définies par la connerie absolue de leur incendie, on est d’accord?

«Après un câlin, on a coupé le grillage»

 

Franchement, les féministes, je ne sais pas ce qu’on a fait dans nos vies antérieures, mais on se tape quand même un karma de merde. Les meufs croient prendre le pouvoir en brûlant quatre voitures, en réalité elles viennent de cramer des années de boulot laborieux de féministes. Je suis rage et dégoût.



En fait, j’ai envie de vous copier l’intégralité du truc tellement c’est affligeant de bêtise. Et le pire, c’est que leur texte est sexiste. Elles auraient au moins pu réussir à produire un texte politique non genré. Mais non. Elles écrivent: «Après un dernier sourire et un câlin, on a coupé le grillage. Avec dix litres d’essence, on s’est –discrètement– lancées à l’assaut du parking.»

Y’a rien qui vous choque? On va cramer des voitures mais comme on est quand même des filles, on se fait des sourires et des câlins. Et vous y êtes allées avec un costume de la Reine des neige, non? Autre forme de sexisme, cette espèce de poésie dégoulinante et mièvre qui conclut leur «revendication»: «Pour qui donne du combustible aux flammes du fond de ses yeux». Sérieusement? Je suis désolée mais quand je lis ça, ça me donne presque envie de dîner avec Éric Zemmour.

Ce texte est paru dans la newsletter hebdomadaire de Titiou Lecoq. Pour vous abonner c'est ici. Pour la lire en entier:

 
Titiou Lecoq
Titiou Lecoq (193 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux.
> Paramétrer > J'accepte