Science & santé

Comment le manque de sommeil vous tue

Repéré par Diane Frances, mis à jour le 25.09.2017 à 16 h 33

Repéré sur The Guardian, The Independent

Un neuroscientifique spécialiste du sommeil alerte sur l'augmentation des risques de cancer, crise cardiaque et maladie d'Alzheimer liée à la privation de sommeil.

Un homme fatigué assis sur un lit. | Mic445 via Flickr CC License by

Un homme fatigué assis sur un lit. | Mic445 via Flickr CC License by

«Il n'y a pas un élément de notre constitution biologique que la privation de sommeil n'affecte pas.» Dans une interview au Guardian, le professeur Matthew Walker, directeur du Centre for Human Sleep Science à l'université de Berkeley, expose les causes et conséquences de ce mal moderne très répandu qu'est le manque de sommeil.

De nombreux paramètres contribuent à favoriser les privations de sommeil, considérées comme telles lorsque l'on dort moins de sept heures par nuit. Ce sont entre autres l'éclairage artificiel, les écrans, des trajets de plus en plus longs et une frontière de plus en plus floue entre le temps de travail et le temps personnel. Ils sont à l'origine de ce que le scientifique qualifie d'«épidémie de manque de sommeil catastrophique».

Sans sommeil, peu d'énergie et des maladies

S'il utilise un vocabulaire aussi alarmant, c'est que le manque de sommeil provoque des maladies graves: cancers, diabète, maladies cardiaques, accidents vasculaires cérébraux, maladie d'Alzheimer, obésité, problèmes de santé mentale, etc. 

«Je dors moi-même huit heures par nuit, et c'est non négociable, déclare Matthew Walker. Je prends mon sommeil très au sérieux parce que je connais les risques. Quand vous comprenez qu'après seulement une nuit de quatre ou cinq heures, le nombre de vos cellules tueuses naturelles -qui éradiquent les cellules cancéreuses apparaissant dans votre corps chaque jour- chute de 70%, ou que le manque de sommeil est lié aux cancers de l'intestin, de la prostate et du sein, comment voulez-vous faire autrement?»

Dans son livre Why we sleep, à paraître début octobre, le chercheur dresse des constats simples et sans appel à partir d'une vingtaine d'études épidémiologiques qui établissent toutes la même relation causale:

«Sans sommeil, peu d'énergie et des maladies. Avec sommeil, vitalité et santé. Plus votre temps de sommeil est court, plus courte sera votre vie.» 

Par exemple, les adultes de plus de 45 ans dormant moins de six heures par nuit augmentent leurs risques de subir une crise cardiaque ou un AVC de 200% par rapport à ceux dont les nuits durent sept ou huit heures.

«Pourtant, personne ne fait rien pour y remédier», déplore Matthew Walker. «Avez-vous déjà vu une affiche du NHS [le système de santé publique du Royaume-Uni, ndlr] exhorter les gens à dormir? Un médecin inciter ses patients à dormir au lieu de leur prescrire des somnifères?»

Une personne sur deux dort six heures ou moins par nuit

Cette inaction en matière de politique de santé publique peut s'expliquer, selon le neuroscientifique, par l'association stigmatisante que nous avons créée entre sommeil et paresse. Nous voulons toujours paraître occupés et ne pouvons pas, socialement, montrer un quelconque signe qui serait assimilé à de la fainéantise ou de la faiblesse. 

«Personne ne dirait à propos d'un bébé endormi: “Quel bébé paresseux!” Le sommeil est primordial pour un bébé, mais cette notion est vite abandonnée lorsque nous grandissons. L'humain est la seule espèce qui se prive délibérément de sommeil sans raison apparente.»

Mais pourquoi? Que s'est-il passé au cours des soixante-quinze dernières années? En 1942, note Matthew Walker, moins de 8% de la population dormaient six heures ou moins par nuit. En 2017, c'est le cas d'une personne sur deux. 

Les raisons de cette évolution régissent certains aspects de nos modes de vie, font partie intégrante de notre quotidien. Il s'agit notamment de l'accélération du temps -on en a moins pour profiter de ses proches ou se divertir, donc on grapille sur celui qui devrait être dédié au sommeil- et de l'injonction à la productivité, qui mène au cocktail explosif anxiété-alcool-caféïne, tous ennemis du sommeil.

Quelques solutions

- Pour les individus: éviter les nuits blanches (au bureau ou en boîte de nuit), considérer le sommeil au même titre que le sport, se rappeler que «minuit» signifie «au milieu de la nuit», mettre des «réveils» qui indiquent l'heure de se coucher;

- Pour les institutions: les écoles devraient retarder l'heure du début des cours, les entreprises réfléchir à une façon d'encourager leurs employés à dormir, les médecins éviter de prescrire des somnifères.

À terme, il l'espère: «le sommeil sera considéré comme de la médecine préventive».

sommeilfatigueprivationscancerAVC
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux.
> Paramétrer > J'accepte