Science & santé

«J'en suis à me tester en regardant des pornos gays»

Lucile Bellan, mis à jour le 26.09.2017 à 14 h 19

Cette semaine, Lucile conseille Simon, un jeune homme en couple avec une femme qui s'interroge sur sa sexualité.

Les Baigneurs  | par Paul Cezanne via wikimedia CC License by

Les Baigneurs | par Paul Cezanne via wikimedia CC License by

«C’est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes. Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Pour retrouver les chroniques précédentes, c’est ici.

Je m’appelle Simon, je viens d’avoir 21 ans et je pense être hétérosexuel. Je suis actuellement en couple avec ma petite amie, nous venons de nous remettre ensemble après de nombreuses ruptures pour cause d’infidélités de ma part. Le sexe est assez nouveau pour moi et ma copine; elle a fait sa première fois avec moi. Quant à moi, j’ai eu deux-trois histoires d’un soir qui n’étaient pas très concluantes. Après avoir couché avec ces femmes, je me suis senti dégoûté par elles et rien que le fait qu’elles restent dans mon lit me frustrait. Par ailleurs, j’apprécie le sexe avec ma copine et je ne ressens aucun sentiment de dégout envers elle.

Mais depuis peu je ressens au fond de moi la crainte d’être homosexuel. Je développe une véritable peur, tout d’abord de briser mon couple et de faire du mal à un être qui m’est cher. Mais aussi que mes amis me jugent, si c’était le cas. Je ne comprends pas d’où vient cette crainte. Mes parents sont des gens très ouverts comme la plupart des membres de ma famille et je pense que si j’avais des désirs homosexuels, je les aurais assumés. Aujourd’hui, je suis très inquiet car j’y pense en permanence et cela me bloque pendant que je fais l’amour à ma copine. Elle aussi s’inquiète beaucoup pour notre couple.

J’essaie de me convaincre qu’à mon âge énormément de jeunes se posent des questions sur leur sexualité, mais je continue de ressentir cette crainte. J’en suis donc venu à me tester en regardant des pornos gays et je n’ai même pas pu me toucher car cela provoquait chez moi un sentiment de profond dégoût. Cela devrait suffire a me convaincre de mon hétérosexualité mais je continue à me poser de plus en plus de questions. Je pense de plus en plus à aller voir un sexologue mais j’ai trop peur qu’on me mette en tête l’idée d’une homosexualité refoulée. Je vous écris donc aujourd’hui afin que vous me conseillez sur la démarche à suivre ou si tout bonnement je me «prends trop la tête» sur un sujet qui est normal à mon âge, notamment pendant la «découverte» des rapports sexuels.

Simon

À LIRE AUSSI

«Là, avec mon gynéco, je ne sais pas comment dire, c’était différent»

Cher Simon,

Je suis incapable de décider pour vous, sur la foi de votre témoignage, de la nature de votre orientation sexuelle. Je crois aussi que les mots ne sont que des mots sur cette question, que l’apprentissage de la sexualité est aussi l’apprentissage de la fluidité. Vous êtes actuellement avec une femme et cette relation vous comble. Pour le moment, c’est tout ce que vous devriez avoir en tête.

Vous avez beaucoup à expérimenter ensemble, y compris des pratiques que vous pourriez ne pas considérer au premier abord comme «hétérosexuelles». Avec votre partenaire, que vous aimez et désirez, rien n’est impossible (dans la limite de son consentement et du vôtre). Je crois que l’étiquette vous fait peur mais vous pourriez être homosexuel aussi bien que bisexuel, qu’hétérosexuel dit curieux ou juste hétérosexuel qui n’a pas envie de coups d’un soir. Et rien de tout ça n’est honteux. Vous auriez même tout à fait le droit de ne pas avoir les mêmes désirs tout au long de votre vie et cela ne doit pas vous faire peur.

Vous mettez des mots et des angoisses là où vous devriez ne penser qu’au désir et à l’absence de celui-ci. Écoutez vos envies. C’est une véritable richesse que celle de sentir que les portes ne sont pas fermées, que vous pourriez bien avoir une vaste palette de sentiments et de désirs à votre disposition. Et d’avoir la curiosité d’aller voir ailleurs ce qui se passe.

Mais, je vous en prie, ne vous arrêtez pas au porno pour décider que le sexe entre hommes ne vous attire pas. Avec tout ce qu’il peut comporter de bien, le porno reste une œuvre très éloignée de la réalité. J’imagine qu'il vous semble absurde de comparer les rapports sexuels que vous partagez avec votre compagne à ce qui peut se faire dans le porno hétérosexuel traditionnel. Dites-vous qu’il en est de même pour les relations homosexuelles. Les films pornographiques tels qu’on les trouve en grande majorité aujourd’hui ne reflètent pas la diversité des corps, la variété des pratiques, et les montées de désir. Même si certaines productions indépendantes tentent de corriger cet état de fait.

Cela peut vous paraître flou et effrayant mais si vous retirez cette angoisse de l’incertitude, vous vous rendrez compte qu’il n’est ici question que de sentiments et de désirs. Deux éléments qui doivent contribuer à votre bonheur. C’est tout à fait normal, à votre âge, de découvrir un peu plus loin qui vous êtes. Dites-vous qu’on peut très bien aussi bouleverser ses certitudes à 30, 40, 50 ou 60 ans. Et que c’est une bonne chose. Oui, il y a des doutes, et des conversations difficiles (ou pas!) avec ses proches. Mais vous n’en êtes pas là. Vous êtes jeune. Vous avez devant vous une infinité de désirs et de plaisirs. Et ces questions que vous vous posez, c’est une richesse, je vous assure.

Lucile Bellan
Lucile Bellan (173 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux.
> Paramétrer > J'accepte