Monde

Dans les yeux d'Irma et de José

Repéré par Diane Frances, mis à jour le 12.09.2017 à 12 h 03

Repéré sur Quartz, Atlas Obscura

Des satellites permettent de scruter le monde à travers l'œil d'un cyclone ou de voir les éclairs exploser autour de lui.

L'œil de l'ouragan Jose le 9 septembre 2017 vu depuis un satellite | Antti Lipponen via Flickr CC License by

L'œil de l'ouragan Jose le 9 septembre 2017 vu depuis un satellite | Antti Lipponen via Flickr CC License by

Alors que la Floride est en proie aux trombes d'eau et aux rafales violentes de l'ouragan Irma qui a dévasté les Antilles la semaine dernière, les météorologues surveillent étroitement une autre tempête de grande ampleur dans l'Atlantique: l'ouragan José, actuellement placé en catégorie 2 sur l'échelle de Saffir-Simpson, et dont la trajectoire est encore incertaine.

Pour avoir une idée plus concrète de ce qui se passe sous l'œil des ouragans, souvent matérialisé sur des cartes par une tâche de couleur vive, un chercheur de l'Institut météorologique finlandais a utilisé un satellite pour scruter la Terre à travers l'œil de José, explique Quartz


Cette photo en très haute résolution a été prise samedi 9 septembre, alors que l'ouragan se trouvait à près de 80 kilomètres de Barbuda, l'une des îles des Petites Antilles les plus durement frappées par Irma.

À travers la perspective de Sentinel-2A, un satellite de l'Agence spatiale européenne, Antti Lipponen a pu mettre en évidence les contours de l'œil de l'ouragan et découvrir les crêtes blanches des vagues, indiquant un océan fortement agité.

Sauver des vies

 

Des images animées de la Nasa, enregistrées en continu entre le 4 et le 7 septembre, ont elles aussi permis de distinguer l'œil d'un ouragan, celui d'Irma cette fois, depuis l'espace. Le satellite GOES-16, conçu pour cartographier la foudre, a fourni ces images impressionnantes de l'ouragan se déplaçant nuit et jour dans l'Atlantique Nord et sur les îles des Caraïbes, accompagné d'une multitude d'éclairs:


Un phénomène rare, comme le précise Atlas Obscura, puisque «la foudre ne fait généralement pas partie du répertoire» des ouragans. En effet, «ils manquent de vents verticaux qui, en frottant les cristaux de glace aux gouttes d'eau, génèrent de l'électricité».

Quand un ouragan produit des éclairs de la sorte, comme l'a fait Irma, ce n'est pas bon signe. Certaines études suggèrent que lorsque la foudre survient dans l'œil, la tempête tend à s'intensifier un jour plus tard.

Le dispositif géostationnaire de cartographie de la foudre dont fait partie GOES-16 est pour le moment trop récent: son tout premier enregistrement d'éclairs dans un ouragan remonte à Harvey, qui a ravagé le Texas et la Louisiane à la fin du mois d'août. Mais c'est un outil prometteur pour anticiper le comportement des ouragans et, peut-être, sauver des vies.

ouraganoeilmétéosatelliteNASA