Culture

Un homme meurt brûlé au Burning Man

Repéré par Mélissa Bounoua, mis à jour le 04.09.2017 à 11 h 33

Repéré sur BBC, The Telegraph, CNN

Un participant de 41 ans a passé la sécurité et s'est retrouvé dans les flammes du célèbre festival culturel américain.

Un homme au Burning Man, le 6 septembre 1998, aux États-Unis |
MIKE NELSON / AFP

Un homme au Burning Man, le 6 septembre 1998, aux États-Unis | MIKE NELSON / AFP

Lancé au début des années 1990, le festival «Burning Man» («homme qui brûle» en anglais) est organisé en plein désert, à Black Rock City, dans le nord du Nevada aux États-Unis. A l'origine, les créateurs avait organisé la crémation d'une structure en bois sur une plage à San Francisco à la fin des années 1980, le festival s'est ensuite déplacé dans le désert pour accueillir des installations d'artistes et davantage de festivaliers –les burners, en version originale. À la fin de la semaine de festivités, ce qui est devenu le «Burning Man» est marquée par le «burn», où la mascotte est brûlée, comme le veut la tradition. 

 

 

Samedi soir, des milliers de participants étaient donc réuni pour assister à la crémation qui donne son nom à l'événement. Malheureusement, les organisateurs n'avaient pas prévu qu'Aaron Mitchell, 41 ans, franchirait le double périmètre de sécurité pour tomber dans les flammes du «Burning Man» ce samedi. Les pompiers ont miraculeusement réussi à l'extraire des flammes, après avoir attendu qu'une partie de la structure –de 12 mètres de haut– ne s'effondre pour pouvoir accéder à lui. Ils l'ont ensuite emmené en hélicopter se faire soigner, mais il est mort dimanche matin au service des grands brûlés de l'hopital du University College Davis à Sacramento en Californie. D'après le personnel médical, il n'était pas sous l'influence de l'alcool, et l'analyse toxicologique est toujours en cours, rapporte CNN. C'était sa première fois au Burning Man, précise USA Today, qui a interrogé la mère d'Aaron Mitchell. L'homme marié, né aux États-Unis, vivait en Suisse avec sa femme.

Les feux ont été arrêtés samedi soir jusque dimanche midi. Les organisateurs ont rapidement réagi et publié un communiqué: «Notre communauté est en deuil après l'incident survenu hier au “Burn”. Voici notre réponse

Les membres de la sécurité sont habitués à gérer des festivaliers en état d'ébriété ou sous l'emprise de drogue, mais l'atmosphère reste toujours joyeuse, rappelle USA Today. L'événement culturel a réuni 70.000 personnes pour cette édition 2017. Avec les années, le Burning Man a gagné en célébrité, les séries photos de cette atmosphère apocalyptique aidant. Un comité de soutien psychologique a été mis en place pour les équipes et les participants. Seul le dernier événement du festival dimanche, le «Temple Burn» a été maintenu.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux.
> Paramétrer > J'accepte