Tech & internetSports

Comment les pronostiqueurs en ligne gagnent de l'argent sur vos pertes

Repéré par Jean-Marie Pottier, mis à jour le 02.09.2017 à 12 h 31

Repéré sur The Guardian

L'importante commission qu'ils touchent sur les pertes de leurs «clients» peut les inciter à proposer des paris risqués.

Les Pays-Bas ont échoué à trouver le chemin des filets face à la France en éliminatoires de la Coupe du monde 2018. CHRISTOPHE SIMON / AFP.

Les Pays-Bas ont échoué à trouver le chemin des filets face à la France en éliminatoires de la Coupe du monde 2018. CHRISTOPHE SIMON / AFP.

Si vous aimez parier en ligne sur des matchs de football et avez suivi l'avis de la majorité des pronostiqueurs avant la large victoire de la France sur les Pays-Bas jeudi (4-0), vous avez gagné de l'argent. Peut-être, en voulant faire un pari plus ciblé, avez-vous en revanche suivi la recommandation d'autres pronostiqueurs sur les réseaux sociaux et parié, à 2 contre 1, que les deux équipes trouveraient le chemin des filets. Un pari qui s'est révélé perdant à une barre transversale d'Arjen Robben près et qui vous a coûté de l'argent... mais en a peut-être rapporté au pronostiqueur malheureux.

Comme l'explique le Guardian, les sites ou comptes de réseaux sociaux «référents» qui renvoient leurs visiteurs vers des sites de paris en ligne conseillent parfois délibérément des paris risqués afin de toucher une importante commission de la part du site auprès duquel ils sont affiliés. «Des pronostiqueurs anciens et actuels, des groupes de pression et des organisation caritatives ont décrit comment ces opérateurs avaient un intérêt caché à voir leurs paris se révéler perdants, car ils peuvent toucher jusqu'à 30% des pertes que leurs visiteurs essuient chez les bookmakers», explique le quotidien, qui a notamment interrogé Matt Zarb-Cousin, membre d'une organisation appelée Campaign for Fairer Gambling:

«Les sociétés de paris en ligne ont besoin d'un flux constant de nouveaux joueurs, vu qu'une importante proportion de leurs clients connaît des pertes significatives et perd davantage qu'elle ne peut se le permettre. Les sites affiliés se font passer pour des pronostiqueurs mais vu qu'ils touchent une partie des pertes des clients, ils ne sont de leur côté qu'en apparence.»

Cette enquête s'inscrit dans le cadre d'une série publiée par le quotidien britannique sur les dangers des paris en ligne, qui a déjà évoqué la façon dont l'industrie cible les personnes aux revenus modestes et les joueurs «repentis» et l'étendue de l'addiction aux paris.

En juin 2016, la BBC abordait déjà le même problème, pointant notamment le flou entre ce que vendent concrètement ces pronostiqueurs à leurs suiveurs (un conseil sur un événement sportif à faire fructifier sur un site de paris précis) et ce qu'ils leur promettent: «un bavardage sportif joyeux et un sentiment de communauté». «Cela paraît un peu étrange de les voir donner des conseils financiers à des gens alors qu'ils vont en fait gagner de l'argent sur leurs pertes, mais c'est vraiment ce qu'ils font. Sur le long terme, ils veulent vraiment voir des parieurs perdants s'inscrire à travers leurs liens car ils vont toucher de l'argent dessus», expliquait alors Chris Meredith, responsable d'un site d'évaluation des parieurs.

À la même période, Vice avait par exemple disséqué pendant plusieurs semaines les conseils d'un parieur précis, qui compte plus de 100.000 followers sur Twitter, et déterminé que pour chaque livre sterling, euro ou dollar parié, ses suiveurs en avaient perdu 12,43, sur lesquels 3,73 lui étaient retournés.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux.
> Paramétrer > J'accepte