Boire & manger

Vous venez de vous faire virer? Burger King a peut-être un Whopper gratuit pour vous

Repéré par Diane Frances, mis à jour le 30.08.2017 à 15 h 44

Repéré sur Business Insider, Delish, Adweek

La chaîne de fast-food offre 2.500 burgers aux employés fraîchement virés qui annoncent leur licenciement sur LinkedIn.

Un Whopper avec supplément de fromage | Lombroso via Wikimedia Commons License by

Un Whopper avec supplément de fromage | Lombroso via Wikimedia Commons License by

Vous venez de perdre votre emploi? Pas de panique, le roi du burger a tout prévu pour vous aider à digérer. Mardi 29 août, la chaîne de restauration rapide Burger King a annoncé le lancement de l'opération de la dernière chance, la «Whopper Severance» («Indemnité Whopper» en français) aux États-Unis seulement. Un coup de pub lot de consolation aux petits oignons pour remonter le moral des amateurs du célèbre sandwich fraîchement licenciés.

«Vous vous êtes déjà fait virer? Le feu, c'est notre truc. Saisissez votre chance de remporter un Whopper grillé à la flamme gratuit.»

La traduction française ne permet malheureusement pas d'apprécier toute la subtilité du jeu de mots («fire» en anglais signifie à la fois «renvoyer» et «feu»), et donc de comprendre le lien entre la fin de votre gagne-pain et l'opportunité de, justement, gagner du pain (fourré de steak hâché, cornichons, ketchup, oignons, tomates, mayo, laitue et additifs de conservation).

Quand bien même vous seriez English-fluent, «quand vous pensez au licenciement, des burgers grillés à la flamme vous viennent-ils à l'esprit?» s'interroge Adweek.

«On sait que se faire virer, ça craint, mais avoir un Whopper gratuit, non»

Pour comprendre ce lien de causalité légèrement tiré par les cheveux, le magazine a interrogé Fernando Machado, le directeur de publicité de la marque. «On sait que se faire virer, ça craint, mais avoir un Whopper gratuit, non», a-t-il entamé avant d'ajouter:

«Notre intention derrière cette idée, c'était de rappeler que Burger King cuisine au feu. Et en même temps, nous offrons des Whopper et l'opportunité d'obtenir des conseils d'experts en gestion de carrière à un certain nombre de participants.» 

Tant qu'on parle de chiffres: 2.500 burgers seront distribués aux nouveaux chômeurs affamés en trois jours (l'opération s'arrête vendredi 1er septembre), et «les 100 premiers participants pourront bénéficier d'une session coaching de trente minutes avec un conseiller de The Muse, un site de recherche d'emploi et de plannification de carrière», note Delish.

Plutôt alléchante, cette offre. Mais un simple clic sur le lien inscrit dans le tweet annonciateur de réjouissances gustatives pourrait refroidir les amoureux du fast-food voire, carrément, couper l'appétit. 

Eh oui, pour prétendre à l'acquisition d'un bon d'achat pour un hamburger, vous devez «avouer publiquement que vous avez été viré», explique Business Insider. Publiquement, et pas n'importe où: sur LinkedIn, ce réseau social professionnel où rôdent vos futurs et/ou ex-patrons à l'affût du moindre post qui réduirait leur appétence pour vos compétences comme Burger King réduit ses pommes de terre dans l'huile.

La minute confession (en ligne)

 

Pour aller au bout de l'expérience, j'ai testé pour vous l'aveu-public-sur-LinkedIn-selon-lequel-oui-je-me-suis-fait-virer-et-par-conséquent-j'ai-le-droit-à-mon-Whopper.

J'ai quand même pris un risque pour réaliser cette petite démonstration, comme le remarque Delish: «Si vous n'avez pas été viré, il n'y a pas de mal à participer, à part potentiellement semer la confusion dans l'esprit de votre boss.»

Pour éviter ce genre de dommage collatéral qui aurait pu me mener à écrire «Je me suis fait virer. Je veux un Whopper gratuit» pour de vrai, j'ai supprimé mon post. Mais les petits veinards qui jouent le jeu à fond en racontant les conditions de leur limogeage pourront recevoir, en plus du Graal gourmand, un message d'un autre boss, le King en personne:

Et, pourquoi pas, trouver un nouvel emploi? «Après tout, ils vont regarder votre CV», avance Adweek. La réponse de Fernando Machado ouvre la porte des possibles:

«Nous sommes toujours prêts à recruter de nouveaux talents dans notre entreprise. Nous avons bien expliqué comment les gens pouvaient postuler chez Burger King, et ça restera ouvert à tous ceux que ça intéresse.»