Tech & internetCulture

En musique, désormais, ce sont les playlists qui donnent le la

Repéré par Grégor Brandy, mis à jour le 24.08.2017 à 16 h 24

Repéré sur The Guardian

Une place dans une liste de lecture populaire sur Deezer ou Spotify peut faire d'un titre inconnu un tube. Ce qui pourrait signer la fin des albums.

Spotify easter eggs | Jon Åslund via Flickr CC License by

Spotify easter eggs | Jon Åslund via Flickr CC License by

«Les playlists sont plus populaires que les albums.» En 2016, une étude de la Music Business Association, relayée par la BBC, montrait le pouvoir grandissant des listes de lecture, et notamment celles gérées par les plus importants services de streaming, comme Spotify. Un an plus tard, le Guardian se demande si ces mêmes sélections musicales ne vont pas détruire les albums.

Il faut dire qu'en plaçant certains morceaux dans les playlists les plus écoutées, Spotify a la possibilité de faire du morceau d'un artiste inconnu un tube en puissance.

Visiblement, beaucoup de monde a déjà compris l'intérêt de ces listes, souligne le quotidien britannique, qui indique que plusieurs versions d'un même morceau sont parfois enregistrées pour atterrir dans autant de sélections différentes que possible. Et comme certains artistes écrivaient des morceaux taillés pour les tops des radios il y a encore une quinzaine d'années, d'autres s'adaptent aujourd'hui en écrivant des morceaux en ayant en tête les playlists dans lesquelles ils pourraient bien marcher. Leur succès pousse par ailleurs déjà certains chanteurs à repenser la façon dont ils publient leurs morceaux, comme l'écrivait déjà la BBC l'année dernière. L'album n'est pas un passage obligé pour tous. Et le succès des listes de lecture fait que «les albums n'ont plus à conserver une entité fixe».

Si vous vous demandez pourquoi Spotify tient tant à mettre en avant ses playlists plutôt que les albums, le patron d'une entreprise d'une agence de marketing numérique croit tenir une réponse:

«Spotifiy n'a pas la totalité du catalogue, donc il doit avoir un levier de pression à un autre niveau. Ils pourraient chercher à détruire l'album en tant que format si on va à l'extrême, et le remplacer avec des playlists.»

Reste que pour les artistes, atterrir dans ce genre de sélection ne veut pas dire nécessairement que l'on deviendra riche et célèbre dans les heures qui suivent. Mais, conclut l'article, «si vous n'êtes pas dans l'une d'entre elles, alors vous pourriez tout aussi bien ne pas exister».