Tech & internet

«Safety Check» va être accessible de façon permanente sur Facebook

Repéré par Grégor Brandy, mis à jour le 22.08.2017 à 17 h 33

Repéré sur TechCrunch

La fonctionnalité va devenir un onglet toujours disponible sur le site et dans l'application.

Capture d'écran du «Safety check» de Facebook pour les attentats de Paris.

Capture d'écran du «Safety check» de Facebook pour les attentats de Paris.

Le «Safety Check» de Facebook pourra désormais être accessible en permanence. L'entreprise américaine a annoncé qu'un endroit précis rassemblera toutes les activations de sa fonctionnalité, ce qui permettra d'être informé sur certains endroits «et d'être potentiellement en mesure de venir en aide à certaines zones touchées». Une photo montre qu'il y aura désormais un onglet spécial dans le menu déroulant pour que les utilisateurs puissent accéder à la totalité des «Safety Checks» activés par le réseau social.

Là, explique TechCrunch, «on pourra accéder à un flux de désastres, des informations sur nos amis qui ont indiqué qu'ils étaient en sécurité, et des propositions d'aide. Une section “dans le monde” sera présente et montrera où “Safety Check” a récemment été activé.»

Mashable poursuit en écrivant que, selon Facebook, cela permettra d'éviter les fausses alertes et aidera «les gens à obtenir de meilleures informations sur les incidents en cours et réduire les probabilités de panique s'ils voient la fonctionnalité dans leur flux».

Comme nous l'expliquions en janvier 2016, avec ce service, Facebook s'est mis dans l'étrange position qui lui permet de décider ce qui est une tragédie et ce qui ne l'est pas. Et les critiques s'abattent régulièrement contre le réseau social en fonction des non-activations ou des activations de «Safety Check». Par ailleurs, souligne TechCrunch, si elle permet d'être plus au courant, la présence continue de cet onglet a aussi des inconvénients.

«“Safety Check” a déjà été critiqué parce qu'il touchait parfois trop de gens, dans les cas où les gens reçoivent l'alerte d'une tragédie en cours alors qu'elle a lieu à quelques kilomètres d'où ils sont, ou parfois plus loin. Cela produit un stress additionnel que la fonctionnalité initiale était censée réduire. Étant donné qu'elle est désormais un onglet du site et de l'application, et qu'elle est toujours accessible, ces problèmes-là risquent de ne pas se régler tout de suite.»