Monde

À Singapour, il risque deux ans de prison pour avoir fixé des cure-dents sur le siège d'un bus

Repéré par Rodrigue Arnaud Tagnan, mis à jour le 09.08.2017 à 12 h 27

Repéré sur The Guardian

Les autorités singapouriennes durcissent de plus en plus le ton contre les crimes et délits mineurs.

Capture d'écran Facebook

Capture d'écran Facebook

Avec son faible taux de criminalité, Singapour est considérée comme la deuxième ville la plus sûre au monde après Tokyo. Et pour conserver son rang et son image de marque, les autorités locales ne badinent pas avec les règles. D'après le Guardian, la police a ouvert une enquête contre un homme de 60 ans suspecté d'avoir placé des cure-dents dans le siège d'un bus de transport en commun. Il encourt jusqu'à deux ans de prison ferme pour méchanceté volontaire. 

«Grâce à des enquêtes approfondies et avec l'aide des séquences de vidéosurveillance, les agents de police ont pu établir l'identité du suspect», annonce la police dans communiqué diffusé mardi 8 aôut ajouant que les investigations se poursuivent pour le retrouver.

Il y a environ trois semaines, des photos de trois cure-dents, fixés séparément sur un siège de bus, avaient été publiées par une internaute sur Facebook. «Les gars! N'oubliez pas de vérifier votre siège la prochaine fois que vous voulez vous asseoir dans un bus», avait-elle commenté. Sa publication a été partagée plus de 2.500 fois sur la toile.

12.000 euros d'amende pour avoir jeté des mégots de cigarette

Actuellement, le slogan le plus en vogue du gouvernement singapourien est que «Faible taux de criminalité ne signifie pas du tout absence de crime.» Face à la montée de la petite délinquance, les autorités ont décidé de s'attaquer avec force aux crimes et délits de toute nature tels que les actes de vandalisme qui sont punissables de châtiment corporel. 

Dans le soucis de maintenir la salubrité dans les espaces et lieux publics, Singapour a interdit depuis 1992 l'importation et la vente du chewing-gum pour son caractère non biodégradable, sauf dans un but thérapeutique. Il y a de cela deux ans, un fumeur avait reçu une amende de 19.800 dollars, soit environ 12.000 euros pour avoir jeté des mégots par sa fenêtre à plusieurs reprises.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux.
> Paramétrer > J'accepte