Tech & internet

Les «coasters» de la Silicon Valley, ces ingénieurs payés à ne rien faire (ou presque)

Repéré par Juliette Mitoyen, mis à jour le 08.08.2017 à 15 h 19

Repéré sur Business Insider

Ces employés qui passent leurs journées à se reposer et à regarder leurs actions prendre de la valeur fleurissent chez tous les géants de la Silicon Valley, de Facebook à Google en passant par Microsoft.

Le campus de Google | Fotinakis via Flickr CC License by

Le campus de Google | Fotinakis via Flickr CC License by

Il y a des ingénieurs d'entreprises de la Silicon Valley pour qui les journées de travail ressemblent à des vacances sans fin. Business Insider a enquêté sur ces employés, appelés des «coasters», qui pratiquent le «rest and vest»: on travaille un peu, mais surtout, on se repose et l’on observe ses actions –offertes par l’entreprise en plus d’un salaire mensuel– progresser. Une culture si répandue que la chaîne américaine HBO lui a même consacré une série, Silicon Valley.

Manny Medina, aujourd’hui directeur de la start-up Outreach à Seattle, a lui-même été l’un de ces ingénieurs lorsqu’il travaillait à Microsoft. Il affirme à Business Insider que les «coasters» étaient nombreux chez le géant de l’informatique, comme dans la plupart des riches entreprises de la Silicon Valley.

«Mes journées commençaient à 11 heures, et je prenais de longues pauses repas. Microsoft payait très bien, et gardait ainsi des talents tout en empêchant leurs concurrents d’y avoir accès. C’est une mesure défensive.»

Dans d’autres entreprises, certains ingénieurs sont considérés comme des employés puissance 10. C’est-à-dire qu’ils sont dans l’entreprise depuis assez longtemps pour faire partie de ceux qui la connaissent le mieux et qui travaillent plus rapidement et efficacement que leurs collègues. Ils peuvent ainsi travailler dix fois moins et passer une grande partie de leur temps à se reposer.

«La plupart de mes amis de Google travaillent quatre heures par jour, a déclaré un ingénieur anonyme. Ils connaissent le système, ils optimisent leurs performances et n’ont pas à travailler dur.»

Un ingénieur travaillant depuis plusieurs années à X, une branche de Google spécialisée dans la recherche et le développement, a expliqué à Business Insider qu’à son niveau, les employés gagnaient entre 250.000 et 600.000 dollars par an.

«Vous gagnez tellement qu’au bout d’un moment, vous n’avez plus vraiment de raison de travailler dur. La vie est belle, vous êtes en vacances. Je viens travailler quand je le veux. Et l’entreprise a tellement d’argent qu’elle ne ressent pas l’urgence du travail.»

Le côté obscur de l'oisiveté

Jouer à la console, profiter des infrastructures sportives de l’entreprise, passer une heure en pause café... Les avantages et les conditions de travail des «coasters» dans ces riches entreprises peuvent ressembler à un rêve.

Interrogé par Business Insider, un ingénieur de Facebook qui a fait l’expérience d’un burn-out au travail affirme que son manager lui a tout simplement conseillé de «ne pas travailler» et de se reposer. Le payer à ne rien faire était selon lui une manière d’acheter son silence concernant les conditions de travail difficiles auxquelles sont soumis beaucoup d’employés des Gafa.

Manny Medina met en garde contre le retour de bâton de cette pratique qui peut facilement «tuer une carrière». «Ces ingénieurs sont très bien payés, mais aucune autre entreprise n’en voudrait.» L’ancien ingénieur de Microsoft a connu cette situation et affirme qu’on ne peut pas rester sans rien faire –ou presque– indéfiniment. «Au bout d’un moment, on s’en lasse et l’on décide de travailler pour de vrai.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux.
> Paramétrer > J'accepte