Monde

Quand le président du Turkménistan se la joue Schwarzenegger

Repéré par Fanny Arlandis, mis à jour le 05.08.2017 à 14 h 53

Repéré sur The Guardian

Il apparaît dans une vidéo, immédiatement tournée en dérision sur internet, où il tire au pistolet et lance des couteaux.

Capture d'écran de la vidéo publiée par Chronicles of Turkmenistan.

Capture d'écran de la vidéo publiée par Chronicles of Turkmenistan.

Après le président tchétchène en chevalier, les inombrables images de propagande de Kim Jong-Un ou de Vladimir Poutine afin de vanter leurs mille actes de bravoure, c'est au tour du président turkmène de dévoiler ses talents.

Gurbanguly Berdymukhamedov est apparu, mardi 1er août, dans une vidéo en tenue de commando et lunettes de soleil. Dans ces images, tournées lors d'une inspection des troupes dans le sud de la capitale, Achgabat, on le voit tirer au pistolet automatique et lancer des couteaux sur des cibles.

Ce n'est pas le premier coup d'éclat du président turkmène, élu à 98 % des voix l'année dernière. Il s'était fait connaître il y a quelque mois en poussant la chansonnette, guitare à la main, devant un groupe de travailleurs. 

Au Turkménistan, l'un des pays les plus isolés au monde avec la Corée du Nord comme le rappelle le Guardian, la presse est entiérement contrôlée. L'agence de presse officielle turkmène a donc immédiatement vanté l'adresse du président et l'acuité de ses compétences militaires. Mais une autre vidéo publiée par le média d'opposition Chronicles of Turkmenistan a été très vite bien plus partagée encore sur les réseaux sociaux. Elles tournent le président en dérision et montre, intercalées, ces images et celles d'un film d'Arnold Schwarzenegger. L'acteur américain lace ses chaussures, s'applique du maquillage de camouflage et prépare sa ceinture de munitions.

Gurbanguly Berdymukhamedov est arrivé au pouvoir après la mort du précédent président, Saparmurat Niyazov. Ce dernier avait, lui aussi, un problème d'égo certain. L'une de ses décisions politiques avait consisté à renommer les mois de janvier et avril en son nom et celui de sa mère.

L'actuel président suit la droite ligne de son prédécesseur. En 2015, une statue de 21 mètres de haut le représentant sur un cheval avait été coulée en bronze et recouverte de feuilles d'or de 24 carats. L'année dernière, précise aussi le Guardian, la constitution a été réécrite pour étendre le mandat présidentiel à sept ans au lieu de cinq et supprimer l'âge limite pour se présenter aux élections. Il est maintenant possible que Gurbanguly Berdymukhamedov reste président à vie.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux.
> Paramétrer > J'accepte