Tech & internetMonde

2017, année de la chèvre (sur internet)

Repéré par Juliette Mitoyen, mis à jour le 29.07.2017 à 9 h 22

Repéré sur The New York Times

Vous aussi vous voyez des chèvres partout?

Un bébé chèvre dans un rayon de soleil | Eric Kilby via Flickr CC License by

Un bébé chèvre dans un rayon de soleil | Eric Kilby via Flickr CC License by

Laissez tomber les chatons qui ont peur des concombres et les chiens qui parlent. Car la nouvelle star incontestable d’internet, c’est la chèvre, note le New York Times.

Ces petits caprinés sont en effet devenus particulièrement populaires sur la toile, grâce à YouTube et Instagram –goatstigram, un compte dédié aux chèvres réunit 35.000 abonnés. En même temps, comment ne pas rire devant cette compilation de chèvres qui crient –qui a dépassée les 20 millions de vues– ou ne pas être attendri par ces chevreaux à la démarche chancelante?

Les chèvres sont tellement à la mode qu’aux États-Unis, de plus en plus de cours de yoga proposent de faire participer ces animaux à l’exercice. Vous pouvez donc vous faire allègrement piétiner les cervicales par les sabots de ces bêtes qui sautent de dos en dos sans aucune considération pour vos vertèbres.

 

À Los Angeles, la société Party Goat, propose ses animaux à la location pour des cours de yoga, mais aussi des films, des publicités, des anniversaires et toutes sortes d’événements. 

Goat is the new dog

Le New York Times explique également qu’en plus d’être populaires parmi les internautes, les chèvres s’invitent petit à petit dans les foyers des Américains. L'American Goat Society a (la Société américaine des chèvres) a relevé une augmentation de 7.5% en trois ans du nombre de chèvres-naines domestiques, la race la plus privilégiée en raison de sa petite taille et de son caractère sociable. Et leurs propriétaires les exposent fièrement sur les réseaux sociaux.

William Kowalik, un représentant de l'American Goat Society interviewé par le New York Times, affirme que les chèvres ont longtemps été victimes de stéréotypes infondés:

«On dit qu’elles mangent les déchets et qu’elles sentent mauvais. C’est faux. Elles ressemblent beaucoup à des chiens. Ce sont de très bons animaux de compagnie. Elle arrivent à sentir votre humeur et peuvent permettre aux gens de s’ouvrir.»

Angela Bailey, une Américaine qui a sauté le pas, a fait part au New York Times de sa joie d’avoir adopté deux chèvres naines: «Elles secouent leurs queues lorsqu’elles sont contentes. Elles adorent qu’on les grattent et être près de nous.» Et, détail important: «leur caca ne sent pas mauvais», assure-t-elle.