France

Antisystème, le flou qui cache un loup

Gaël Villeneuve, mis à jour le 06.08.2017 à 15 h 43

Et si la présidentielle 2017 s'était fait sur le dos d'un ennemi imaginaire?

Lego Rebel | Lydia via Flickr CC License by

Lego Rebel | Lydia via Flickr CC License by

Le Pen, Mélenchon, Hamon, Fillon, Asselineau, Poutou et consorts n’ont de cesse de vilipender le système, ce bouc émissaire au contour flou. Partons à sa recherche, car l'animal est sous le coup d'un mandat d'arrêt international. Aux États-Unis, Donald Trump le combat activement, lui qui a été porté au pouvoir avec la promesse de le tailler en morceaux. En Europe, le «système» a été chassé d'Espagne, puis de Grèce, par Podemos et Syriza, dont il a tout de même réussi à faire échouer la politique.

On l'aurait vu dernièrement, en Grande-Bretagne, ferrailler contre les partisans du Brexit. Sa défaite l'aurait poussé à franchir le Channel pour faire une brève halte en France, le temps d'une élection présidentielle. Mais là, malheureusement pour lui, il n'avait aucune chance: tous les prétendants à la magistrature suprême avait promis de lui faire rendre gorge. Une fois Emmanuel Macron élu il a dû fuir. Vers où?

Peut-être n'a-t-il tout simplement jamais bougé. Peut-être est-il resté, tapi là dans chacun des pays donc on aurait voulu le chasser. Patient, calmement revanchard, inépuisable. C'est du moins ce que pense l'auteur de la définition du terme «système» dans le Robert grand format. Parmi les nombreuses exceptions données à ce mot se cache la cible de nos antisystème: «l'armature économique politique morale d'une société donnée considéré comme aliénante contraignante». Haro sur l'armature!

Le pouvoir d'une caste arrogante?

 

Encore que nous ne sommes pas bien avancés. Des armatures contraignantes, les sociétés occidentales en ont beaucoup, entrelacées. Parle-t-on ici du «système» de représentation politique, en l'occurrence le vote? Tous les pays que l'on vient de citer ont en effet ce système en commun. Et bien non! Syriza, Podemos, Trump, les partisans du Brexit et les candidats aux élections françaises ont en commun un impeccable légalisme. Ils ont faire reconnaître leur formation auprès des instances qui encadrent les compétitions électorales. Ils ont mobilisé leur public pour qu'ils participent aux élections et se servent de leur droit de vote. Ils ont même, dans leur ensemble, coopéré avec les journalistes chargés de couvrir les élections… encore que ce dernier point soit plus problématique, nous y reviendrons. En tout cas, il est évident que le système électoral représentatif n’est pas l’adversaire abhorré de nos antisystèmes. Mais alors, ce système tant ciblé, où le trouve-t-on?

Nous disposons de quelques indices: le système est une «caste», «arrogante», qui «bloque», qui se «reproduit»: hauts fonctionnaires, grands financiers, syndicalistes, eurocrates de Bruxelles, rayez la mention inutile. Le «système» est constitué, pour synthétiser les propos de nos rhéteurs, d'un très grand nombre de gens, disposant chacun d'un certain pouvoir et qui, lorsque le courageux «antisystème» cherche à faire appliquer sa politique, se coalise en une entité compacte et hostile. Parfois, on trouve parmi les coalisés un certain nombre de journalistes, ce qui explique que ces derniers se font siffler ou rudoyer par des militants déterminés à se faire antisysteme eux-mêmes. Notez qu'à ce moment du discours, le système est devenu une hydre à mille têtes, un cauchemar paranoïaque. Et notre orateur, preux combattant solitaire, nous semble être le seul recours. C'est le moment de se réveiller!

Un espace pluraliste

 

Peut-être ce cauchemar est-il venu de ce que le mot système est un peu lourd à digérer. Le mot système, cet aggloméré confus d'adversaires, apparaît comme un substitut simpliste pour désigner la somme d’adversaires –inévitablement nombreux– que tout acteur politique se fait en poussant son action. Mais pourquoi, dans ce cas, tant d’acteurs politiques emploient-t-il ce non-mot? Pourquoi ne pas prendre le temps d'expliquer les difficultés prévisibles qui attendent leur action?

Serais-ce par bêtise? Par défaut d'analyse? Parfois, on pourrait se le demander. Surtout que les acteurs politiques disposent d’un espace éditorial pour les laisser analyser calmement les problèmes collectif. Les chaînes de télévision sont très nombreuses, la presse écrite va très mal mais ne refuse jamais une interview électorale. Surtout, il y a internet, cet espace éditorial infini à portée de clic.

Et si le problème c'était le temps? Il ne s'agit pas d'articuler ici une énième plainte sur le peu de temps dont disposent nos politiques pour nous expliquer ce qu'il souhaiteraient faire. Le temps que les candidat aux mandats électifs consacrent à fournir du contenu aux médias est aujourd'hui bien supérieur à ce qu'il pouvaient y consacrer il y a quarante ans, du fait de la multiplication des canaux disponibles.

Accepter la complexité

 

Ce n'est pas non plus le manque de temps des électeurs: en 2017, les très nombreux débats télévisés ont été très suivis. Les réseaux sociaux ont largement été investis de questions politiques, et les électeurs pas encore trop dégoûtés par la politique ont cumulé en 2017 un temps de lecture et de visionnage de contenu partisans largement suffisant pour accéder à une vision complexe de la situation.

Seulement, pour se faire une idée claire d'une situation complexe, encore faut-il que le message vous y incite... et que vous en ayez vous-même le désir. Et sur ce point, nos antisysteme de tous les pays en sont le symptôme: le temps de la complexité et de la prise en compte de l'ampleur des problèmes à résoudre n'est pas vraiment à l'agenda.

J'ai été sollicité, ayant fait ma thèse sur les débats télévisés pour commenter le formidable retour de ce format télévisuel à l'occasion de la campagne 2017. Quasiment un débat par mois depuis septembre 2016, si l'on compte les primaires! Je dois dire que ces débats ne m'ont pas fait forte impression. En les comparant à ce que j'avais visionné pour ma thèse, j'avais l'impression d'assister au retour d'un collègue, longtemps en arrêt maladie, bourré d'antidépresseur.

Les candidats m'ont semblé shootés à l'invective, employant leur temps de parole à lancer des formules ciselées, efficaces. Leurs bons mots avaient le goût des friandises qui monte à la tête sans qu'on ait trop à s'interroger sur leur goût. La parole politique qui vous arrache son adhésion, cela porte un nom: c'est la parole du maître, celle qui vous conduit depuis les brumes de l'hypnose. Dans sa psychologie des foules, Freud évoque la parenté entre le tribun et l'hypnotiseur, dans une analyse qui me semble plus que jamais d'actualité.

Prendre le temps de l'explication

 

Les antisystèmes sont donc selon mon raisonnement des tribuns engagés auprès de leurs publics dans un rapport de maîtrise. En désignant le système comme l'ennemi à abattre et le responsable des difficultés que l'on rencontre, ces professionnels de la politique se placent dans la position de celui qui sait comment ça marche, quelles sont les causes, pour désigner les responsables des maux de ceux qui ne savent pas. L'absence de temps nécessaire à l'explication et au débat s'explique facilement de cette manière: le maître n'attend pas.

Le discours antisysteme me semble en cela révélateur d'un lien social au politique marqué de façon croissante par la subordination des représentés aux représentants. Sous prétexte d'efficacité immédiate, en agitant le chiffon système, on offre aux électeurs un blanc-seing à signer. Dans ce contrat de dupe, le terme «système» est à la fois le but –imprécis– de l'action, et la raison –bien commode– d'explications d'un échec.

Tout cela devrait nous inciter à adopter une ligne d'action simple: exiger du politique qu'il explique précisément de quoi il parle quand il se met à parler du système auquel il s'oppose. Imposer le temps de l'explication, refuser de se le tenir pour dit, c'est le moins que l'on puisse faire. Ce serait notre contribution active face à celles et ceux qui nous représentent, pour éviter de tomber dans le jeu de la soumission volontaire –un jeu qui se joue à deux.

Gaël Villeneuve
Gaël Villeneuve (6 articles)
Docteur en sciences politiques
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux.
> Paramétrer > J'accepte