Tech & internet

Lassée des incivilités, la «vélosphère» se rebiffe

Alexis Magnaval, mis à jour le 25.07.2017 à 15 h 37

Lassés du comportement des automobilistes, les pro-vélo militent à coups de messages ironiques ou rageux contre les incivilités des véhicules motorisés, et pour une meilleure cohabitation sur la route.

Une femme fait du vélo, le 3 juin 2010 sur une piste cyclable à Paris | DAVID FRITZ / AFP Montage graphique Slate.fr

Une femme fait du vélo, le 3 juin 2010 sur une piste cyclable à Paris | DAVID FRITZ / AFP Montage graphique Slate.fr

Désormais armés d'une caméra embarquée sur le casque ou le guidon, les cyclistes documentent chaque jour les incivilités qui émaillent leurs trajets. Voitures stationnées sur les pistes cyclables, queues de poisson, priorités grillées…  De quoi récolter des preuves en cas de conflit, interpeller les collectivités sur le manque d’infrastructures, alerter les entreprises dont les véhicules sont #GCUM (pour #GaréCommeUneMerde). Sur les réseaux se développe ainsi depuis plusieurs années une «vélosphère», communauté dynamique d'une à deux centaines de comptes qui partagent, témoignent et dénoncent. 

Et il y a de quoi faire. Selon «Bilook le cycliste», usager de longue date du forum velotaf.com, le portail francophone le plus actif en la matière, c’est de pire en pire. Depuis 20 ans, ses 26 kilomètres par jour lui ont permis de voir s’instaurer «une violence de plus en plus banalisée, un vélo-bashing généralisé. Ça m’est arrivé de devoir interposer mon vélo entre la personne et moi parce que j’avais fait remarquer à un scooter qu’il circulait sur une piste cyclable en contresens, illustre ce quadragénaire parisien. Tous les jours, on s’en prend plein la gueule.» 

Et les chiffres dévoilés cette semaine par la sécurité routière ne risquent pas d'apaiser le débat: selon l'Observatoire national interministériel de la sécurité routière, alors que le nombre de personnes ayant perdu la vie dans des accidents de la circulation le mois dernier a augmenté de 15,4 % par rapport à juin 2016, ce sont les cyclistes qui accusent la plus grosse augmentation du nombre de victimes: +22 % sur les douze derniers mois par rapport à 2010. De quoi raviver les récriminations des cyclistes contre les automobilistes, eux-mêmes pointant pour se défendre l'imprudence des deux-roues.

Le dernier fait marquant, raconté par le cycliste Narno, date du 12 juillet à Paris. Alors qu’il se promenait à vélo avec sa compagne, celle-ci a été agressée à coup de pied dans le vélo, pour avoir signifié au chauffeur d’une berline qu’il était stationné sur une piste cyclable.

 

 

L’année passée, un des membres les plus engagés, Cinquante euros (qui a adopté un pseudo rappelant le prix d’un vélo correct sur Le bon coin...et un certain rappeur américain) s’est fait tabasser par un automobiliste dans les rues de Rouen. Après l’altercation, relayée par des captures d’écran, il a subi un second passage à tabac, numérique cette fois, par des trolls qui l'interpellaient. «J’étais «la victime», «le babtou fragile», «le justicier», tout le champ sémantique du forum 18-25 de jeuxvideo.com».

Des cibles, il y en a aussi de l'autre côté. Des avocats spécialistes de la défense des automobilistes sont régulièrement apostrophés par la vélosphère. Mais le principal dépositaire des invectives reste Pierre Chasseray, délégué général de «40 millions d’automobilistes», qui a bloqué des dizaines de ces comptes pro-vélo. L’intéressé assure à Slate bloquer des personnes «uniquement en cas d’insultes» et déplore l’acharnement et la violence dont il est victime. «Discuter oui, insulter non. En revanche, je parle à des gens qui ont un prénom, pas un pseudo.»

Dans leur guérilla qui démarre sur le bitume et se poursuit en ligne, les armes sont des sitckers estampillés «#GaréCommeUneMerde», qui fleurissent sur les pare-chocs des voitures mal garées. Cinquante euros en a même créé sa propre version. «Le but c’est de faire chier le propriétaire de la voiture, mais il faut qu’il sache pourquoi.»

 

 

«Ce n’est pas bien méchant, c’est une pichenette, un moyen facile d’exprimer son ras-le-bol. On n’est pas justicier, on est révolté», explique-t-il, suivi par Le Délateur Casqué, pseudo en forme de clin d’oeil ironique aux reproches portés à ses vidéos. «Mon but n’est pas de choper 20 personnes pour faire un raid et aller péter des rétros. J’ai juste envie d’alerter, d’aller au travail le matin et revenir vivant le soir.»

Mais les moyens d’actions sont parfois plus virulents. Cassage de rétros et dégonflage de pneus sont des exemples isolés. «Un aveu de faiblesse», pour Narno. «On l’a tous un peu fait mais c’est très con, même si ça soulage sur le coup.» Où placer le curseur entre militantisme et vandalisme? «La limite c’est la violence, définit Cinquante euros. Hors de question de s’en prendre physiquement aux gens.»

«La limite, c’est la violence»

Cinquante euros, membre actif de la vélosphère

Face aux «vélotafeurs» (ceux qui vont au taf en vélo), les automobilistes se défendent. Parmi leurs arguments, le fameux «J’en ai pour 5 minutes» du chauffeur qui empiète sur une piste cyclable, ou encore le «Oui, mais les cyclistes grillent les feux rouges». Ce à quoi Voyageur ordinaire répond: «Si personne n’avait jamais grillé un feu rouge, on n’aurait pas aujourd’hui des panonceaux permettant de tourner à droite au rouge en vélo.»

D’autres stéréotypes visent le statut social des personnes sur deux roues. «La voiture a longtemps été assimilée à un signe de réussite, explique Cinquante euros. Quand tu es en vélo, tu es un chômeur ou tu n’as rien d’autre à faire. Certains me répondent «va trouver un travail»! Donc filmer ça, c’est du militantisme et un peu du divertissement, au moins on se marre», sourit le trentenaire.

Raisonnements hâtifs liés aux réseaux sociaux

Le dialogue avec les automobilistes reste compliqué, et c'est avec un poil de provoc' et beaucoup de second degré que ces militants sur deux roues jouent avec les arguments de leurs détracteurs, notamment dans leurs bio Twitter: «délateur casqué», «khmer vert», «cyclo-intégriste»... «Mieux vaut adopter le sarcasme et la dérision plutôt que d’attaquer frontalement», estime Cycliste urbain. Pour pouvoir donner libre court à leur monomanie du vélo, beaucoup ont fait le choix de segmenter en ouvrant un autre compte dédié uniquement aux questions de mobilité. Sous pseudonyme, car il y a de l'animosité dans les débats. 

Voire un peu de mauvaise foi, pour Romain Rissoan, consultant en transformation numérique, qui a observé la bulle cycliste enfler sur Twitter. «Il y a une volonté de changer les choses mais on peut s’interroger sur la validité de leur raisonnement en observant les exclamations à tout-va, l’agressivité sans diplomatie… Il y aussi une volonté d’être influent: avec les raisonnement hâtifs liés aux réseaux sociaux, c’est facile d’avoir l’adhésion de tout le monde sur des choses scandaleuses comme une voiture garée sur une piste cyclable.»

Cet hiver, une vidéo postée par Cyclo Castor,  cycliste convaincu, a mis un coup de projecteur sur leur combat quotidien. Postée sur Youtube en février 2017, elle se déroule à Lille. La caméra du cycliste enregistre d'abord son altercation (non violente) avec une automobiliste qui le double juste avant un feu rouge, au volant d'un véhicule siglé de la ville de Lille. Peu après, deux agents de police municipale (suivis par la voiture de la ville de Lille) s'arrêtent devant lui et lui conseillent de se calmer, entraînant une discussion animée.

 

 

Cette vidéo aux 280.000 vues a déclenché une cascade de commentaires. Pour le cycliste, sensibilisé dans la vraie vie aux questions d’aménagement de par ses études de géographie, cette vidéo a eu un réel impact sur la médiatisation de leur cause. «J’ai l’impression que ça tourne beaucoup en circuit fermé entre nous, mais c’est bien que ça sorte de ce cercle-là pour toucher plus de monde.» 

Voyageur ordinaire, un autre compte actif, se défend de son côté de servir un intérêt marginal: «On agit au bénéfice de tous, y compris les automobilistes qui sont les premiers concernés par le surplus de voitures et les bouchons.» En milieu urbain, il y a en moyenne 1,06 personnes par voiture, selon une tribune parue dans les Échos.

Là pointe l’impossible dialogue entre pro-vélo et pro-auto, conséquence de discours confinant parfois à la caricature ou au radicalisme. Au sein de la communauté, plusieurs écoles se côyoient. Et de l’aveu même d’un vélotafeur, il y a «des ultras, une frange écolo pour qui la voiture est le mal.»

Approche libertaire de l’espace urbain

Poing serré en photo de profil, VéloCorbeau milite avec une approche libertaire de l’espace urbain. «Empereur autoproclamé du bitume francilien», annonce sa bio. 4000 kms par an en Île-de-France, affiche son compteur. Ancien motorisé, il se dit aujourd’hui ouvertement anti-voiture. «Il y a un prosélytisme de ma part, mais je ne vois pas en quoi ce serait un gros mot, le militantisme. La voiture à Paris, c’est environ 13% des déplacements au total et la moitié de l’emprise sur la voie publique. Qui a encore besoin d’une voiture? Cyclo Castor, cycliste convaincu, tempère: «Évidemment qu’on ne s’adresse pas à la grand-mère qui fait 20 bornes pour aller chercher son pain au fin fond du Cantal ou de la Lozère.»

«Cyclo-gaucho», «bobo-écolo», «khmer vert»… Les surnoms des détracteurs ne manquent pas et sont tournés en dérision. «Mais on l’est quand même un peu malgré nous, ironise 50 euros. Même quand on observe les élus réceptifs, une couleur politique semble se dessiner. Il est vrai qu’Éric Piolle (maire EELV de Grenoble) n’est pas chez les Républicains, Anne Hidalgo (maire PS de Paris) n’est pas au FN.» Mais à vrai dire, la mobilité à vélo ne semble pas être une cause politique. «On s’en fout de qui mange le plus de tofu ou qui trie ses déchets. On est tous branché vélo, c’est un état d’esprit plus qu’une opinion.» Cyclo Castor confirme: «On peut être sensible à ces questions sans être un écolo pur et dur.» Dans le lot, beaucoup sont des cyclistes pragmatiques et pédalent parce que c’est plus rapide. «On n’est pas tous des écolo-terroristes, fait remarquer Bilook. Je ne fais pas du vélo par souci écologique, mais avant tout parce que c’est pratique.»

Plutôt que le «tout-vélo», les «vélotafeurs» semblent défendre la cohabitation des modes de transport, avec le piéton au centre de la ville. Car comme la plupart le mentionne, «on est tous piéton à un moment donné».

Pour être plus audible, des démarches positives émergent, comme avec les «sellefies» (selle+selfie), une des dernières tendances de juillet sur Twitter. Guidon dans une main, téléphone dans l’autre, des dizaines de «vélotafeurs» se prennent en photo sur le chemin du travail, en tenue civile. 

 

 

 

 

L’initiative, partie du compte Auprès de ma selle, veut montrer que point n’est besoin de revêtir une tenue particulière pour se mettre à pédaler. Bilook le cycliste tient lui une chaîne YouTube sur laquelle il poste des tutos.

La nébuleuse de cyclistes urbains n’a en tout cas pas vocation à être représentative de la France du vélo, selon Le Délateur Casqué. La plupart échange via un groupe Slack, la plateforme de messagerie en ligne. Le 17 juin 2017, le rassemblement Mon vélo est une vie, organisé à Bastille, a été l’occasion pour certains de se rencontrer en vrai et de poser des visages sur les pseudos. «Dans la rue, on voit des femmes avec des sièges bébé, des costards sur vélo pliant, des personnes âgées en vélo électrique, des sportifs du dimanche matin en lycra.  Sur Twitter, on n’est qu’une petite portion à vouloir faire bouger les choses.» Mais pour eux, «la réappropriation de la rue est en marche», conclut Cinquante euros.

Alexis Magnaval
Alexis Magnaval (3 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux.
> Paramétrer > J'accepte