Tech & internet

À Taïwan, une femme obtient le divorce parce que son mari a ignoré ses messages

Repéré par Rodrigue Arnaud Tagnan, mis à jour le 18.07.2017 à 17 h 53

Repéré sur BBC

Le tribunal a reconnu comme preuve les petites «coches bleues» de l'application de messagerie Line, qui montrent que les messages ont bien été lus.

Deux petits signes qui veulent dire beaucoup. / Montage Slate.fr

Deux petits signes qui veulent dire beaucoup. / Montage Slate.fr

Le tribunal du district de Hsinchu a statué au début du mois en faveur de Mme Lin, une Taïwanaise âgée d'une cinquantaine d'années. D'après la BBC, pendant six mois environ, cette femme a envoyé de nombreux messages à son mari quarantenaire, via la messagerie en ligne Line, que ce dernier a royalement ignorés. C'était sans compter sur le fait que certaines applications telles que WhatsApp ou Line utilisent des notifications sous forme d'icônes (qu'on appelle «coche bleue») pour indiquer si son interlocuteur a vu ou non ses messages. En anglais, le fait d'ignorer ainsi son interlocuteur a fait apparaître le terme de "blue-ticking" (ou "cocher bleu" en français).

Grâce à ces notifications, le juge du tribunal des affaires familiales détenait les preuves de la mauvaise foi de l'homme, concluant naturellement à une altération du lien conjugal pour accorder le divorce à la femme.

Accident de la circulation 

Après plusieurs mois d'ignorance, Mme Lin a été admise aux urgences hospitalières pour un accident de circulation. Elle a envoyé un message à son mari pour l'en informer et lui demander pourquoi il lisait ses textos sans lui répondre. Bien que ce dernier lui ait rendu visite une fois, le juge a conclu que son ignorance subséquente des messages de son épouse constituait un motif valable pour le divorce.

«Le mis en cause ne s'est pas enquis de l'état de sa femme. D'autant que les messages envoyés par la plaignante ont été lus par le mis en cause qui n'a pas daigné lui répondre», argumente le tribunal. 

Deux mois après l'accident de Lin, le mari lui a finalement envoyé un bref texto. Mais il s'agissait de questions liées à leur chien et à son courrier.

Selon le juge, en plus du manque d'interaction, le couple marié depuis cinq ans connaissait d'autres difficultés connexes. Ils partageaient leur appartement avec la famille du mari et la femme assumait seule les dépenses de la maison dans la mesure où l'homme n'avait pas de revenus stables. Cependant, à en croire le tribunal, la belle-famille de Mme Lin se montrait très hostile à son égard.

Manque de considération

Mme Lin estime qu'il n'est pas possible de vivre ainsi en couple. Selon elle, le silence de son mari face à ses différents messages est bien la preuve de son manque de considération:

«Maintenant que la communication sur internet est très répandue, les conversations peuvent constituer des preuves. Avant, nous aurions eu besoin d'une preuve écrite sur papier

Absent de toutes les audiences, le mari de Mme Lin peut toujours faire appel de la décision du tribunal, même si cela semble peu probable. D'après le juge, celui-ci ne s'est présenté à aucune des audiences et n'a répondu à aucun des autres avis du tribunal. Mais contrairement aux différentes conversations avec sa femme, le tribunal ne peut pas certifier qu'il les a lus ou non.

TaïwandivorceLine