Tech & internet

Sur Internet, les femmes et les jeunes s'autocensurent le plus

Jon Penney, traduit par Peggy Sastre, mis à jour le 16.07.2017 à 14 h 11

Nous ne sommes pas égaux face à la peur de la surveillance d'État en ligne

NSA | Mario Antonio Pena Zapatería via Flickr CC License by

NSA | Mario Antonio Pena Zapatería via Flickr CC License by

À la mi-juin, le directeur du renseignement national américain, Dan Coats, revenait sur la promesse de révéler le nombre de communications domestiques prises dans les filets de la surveillance massive et non-autorisée de cibles étrangères. Selon Coats, même au prix d'efforts «herculéens» de la part de la NSA, il aurait été impossible d'établir la somme d'Américains surveillés de la sorte –que Reuters chiffre à plusieurs millions.

Le problème n'est pas circonscrit aux États-Unis. Dans le monde entier, le contrôle des activités en ligne ne cesse de gagner du terrain. La surveillance numérique est désormais monnaie courante autant au sein des gouvernements que des entreprises. Par exemple, avec mes collègues du Citizen Lab de l'université de Toronto, nous avons récemment publié un rapport montrant que le gouvernement mexicain se servait de spywares pour pister et surveiller des journalistes, des défenseurs des droits de l'homme et des militants. Le cyber-harcèlement est, lui aussi, à la hausse.

Depuis longtemps, juristes comme activistes démontrent que ces activités et ces menaces sont susceptibles de paralyser nos droits et nos libertés. Si le scepticisme est toujours de mise quant à l'existence réelle de tels processus –les effets sont souvent subtils, difficiles à mesurer et les gens ne savent pas bien comment ils peuvent en être affectés– plusieurs études récentes ont documenté le phénomène. Mes propres travaux observent ainsi que les révélations d'Edward Snowden sur la NSA ont pu jouer sur la façon de consulter Wikipedia.

Effet paralysant

 

Reste que nos connaissances demeurent lacunaires, notamment sur la manière dont certaines personnes, certains groupes ou certaines activités spécifiques sont susceptibles d'être davantage «refroidis» que d'autres. Ou encore sur l'effet relatif de différentes activités gouvernementales et autres entraves réglementaires.

En réalité, ces menaces ont probablement un effet paralysant sur nos activités numériques quotidiennes –les discussions que nous pouvons avoir, les messages que nous pouvons poster, en passant par les recherches que nous pouvons faire sur internet ou les contenus que nous pouvons partager. Et certains groupes ou individus –les femmes et les jeunes, en particulier– y semblent plus sensibles que les autres.

Telles sont les principales conclusions de ma nouvelle étude sur l'effet paralysant, publiée dans la revue peer-reviewed Internet Policy Review et fondée sur des données empiriques collectées auprès de mes doctorants à Oxford. L'étude comporte un sondage exclusif administré à plus de 1.200 internautes adultes vivant aux États-Unis. Le questionnaire a été spécifiquement conçu pour explorer différentes dimensions de l'effet paralysant, en comparant et en analysant les réponses à des scénarios fictifs qui, en théorie, peuvent produire un tel effet ou de l'auto-censure. Les participants sont globalement représentatifs des internautes américains, à quelques exceptions près –l'échantillon est sexuellement paritaire, mais les répondants sont un peu plus jeunes, un peu moins riches et un peu plus éduqués que la moyenne. Les réponses ont été compilées, comparées et statistiquement analysées.

Effets directs et indirects

 

Mes observations laissent entendre qu'en ayant conscience de diverses menaces, les individus sont moins tentés par diverses activités en ligne. Par exemple, s'ils pensent être surveillés par le gouvernement, un pourcentage significatif de participants va avoir moins tendance à dire ou écrire certaines choses, à partager des contenus personnels, à rester sur les réseaux sociaux et, sur les moteurs de recherche, ces individus feront plus attention à leur requêtes ou à la formulation de celles-ci. En d'autres termes, «l'effet paralysant» est manifeste. D'autres menaces fictives ont un effet comparable –comme une loi criminalisant certains contenus et propos, ou un avertissement officiel, relatif à un contenu précis, envoyé personnellement à l'internaute.

Par exemple, sur le plan de la liberté d'expression, 62% des participants répondent qu'ils auraient «bien moins tendance» (22%) ou «un peu moins tendance» (40%) à «s'exprimer sur certains sujets» à cause de la surveillance. En outre, 78% des participants sont «tout à fait» (38%) ou «relativement» d'accord (40%) avec l'idée qu'ils se montreraient plus prudents dans leur expression numérique s'ils se savaient surveillés par le gouvernement. De même, 75% des participants estiment qu'ils auraient «bien moins tendance» (40%) ou «un peu moins tendance» (35%) à «s'exprimer sur certains sujets» s'ils avaient reçu un avertissement officiel relatif à une publication antérieure.

81% des participants sont «tout à fait» (50%) ou «relativement» d'accord (31%) avec l'idée qu'ils feraient plus attention à leurs propos après avoir reçu ce genre de mise en garde. J'ai même pu consigner des effets paralysants indirects: des internautes ont moins tendance à s'exprimer sur tel ou tel sujet ou à partager tel ou tel contenu si une de leurs connaissances s'est vu notifier un avertissement officiel.

Les femmes et les plus jeunes, premières victimes

 

Par ailleurs, j'ai pu observer que les participants les plus au courant des affaires entourant la NSA étaient davantage paralysés par la surveillance d’État. Si d'autres études, y compris la mienne, avaient déjà fait état d'une telle association, c'est la première fois que la corrélation est documentée d'une manière statistiquement significative.

Mais ce n'est pas tout. Mes données indiquent aussi que l'effet paralysant est d'autant plus fort chez les femmes et les internautes les plus jeunes.

Pour tous les scénarios envisagés, j'ai trouvé un effet d'âge statistiquement significatif: plus le participant est jeune, plus l'effet paralysant est fort. Une association d'autant plus solide avec les scénarios relatifs à la surveillance d’État.

Un phénomène remarquable, vu qu'on estime en général que les internautes les plus jeunes sont les moins préoccupés par la surveillance ou la protection de la vie privée. Mes travaux suggèrent le contraire –si les jeunes se moquent de leur vie privée, pourquoi sont-ils davantage paralysés? En réalité, des chercheurs spécialisés dans les réseaux sociaux, comme Danah Boyd, ont déjà montré que la vie privée était une notion importante pour les plus jeunes. Par rapport aux adultes, leurs préoccupations s'expriment juste différemment. De fait, à l'ère post-Snowden, il est bien possible –comme l'estiment Boyd et ses collègues Alice Marwick et Claire Fontaine– que le lexique et la théorie de la surveillance, bien plus que la vie privée, permettent de mieux expliquer les comportements des jeunes sur internet, en réaction à un écosystème numérique complexe où leurs données courent de nombreux risques.

J'ai aussi trouvé que les femmes sont plus susceptibles d'être paralysées par des scénarios relatifs à la surveillance d’État et aux menaces personnelles, avec une corrélation statistiquement plus forte dans le second cas. Si elles sont plus souvent victimes de harcèlement numérique, mes travaux laissent entendre que les femmes sont aussi plus négativement affectées par des entraves légales et réglementaires.

Refroidissement social

 

Reste que lorsque vous êtes préoccupé par la surveillance d’État ou par la mise en garde officielle que vous venez de recevoir, il vous est toujours possible de chercher à vous défendre. Malheureusement, mes travaux détectent une corrélation négative statistiquement significative entre le fait d'être une femme et/ou jeune et la propension à vouloir se défendre face à une menace officielle considérée comme injuste (en prenant un avocat, en menant l'affaire devant les tribunaux ou en répondant par écrit, par exemple). Pour le dire autrement, les internautes féminines et les internautes les plus jeunes sont les moins susceptibles de vouloir se défendre.

Quand les citoyens sont libres de parler, de débattre, de rechercher des informations sur internet et de partager leurs créations librement, notre culture s'enrichit, notre délibération publique est plus robuste et notre démocratie plus solide. Mon étude suggère qu'un effet paralysant, lié à la surveillance d’État et à différents types de menaces réglementaires et/ou juridiques, mettent toutes ces libertés en péril, d'une manière aussi subtile qu'injuste, en affectant davantage certains individus et certains groupes plutôt que d'autres.

De nombreux travaux seront nécessaires pour comprendre la nature, l'ampleur et la persistance d'une telle paralysie, surtout sur internet. C'est, à tout le moins, la première étape pour éviter un avenir où le «refroidissement social» se fait de plus en plus sentir. Et avec lui l'auto-censure, le conformisme, la réserve, la prudence et la peur qu'il implique.

Jon Penney
Jon Penney (1 article)
Chercheur
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux.
> Paramétrer > J'accepte