Science & santéBoire & manger

Plus que tout autre continent, les Européens boivent de l'alcool à en mourir

Repéré par Juliette Mitoyen, mis à jour le 07.07.2017 à 13 h 40

Repéré sur Bloomberg

Aucun des 28 pays de l’Union européenne ne consomme en moyenne moins d’un verre par jour et par personne.

Verre de bière. Image Catalog via Flickr CC License by

Verre de bière. Image Catalog via Flickr CC License by

L’étude de la United European Gastroenterology, relayée par Bloomberg, va –peut-être– vous faire réfléchir à deux fois avant de vous resservir un second verre de vin entre le plat et le fromage. D’après les recherches des scientifiques de cette organisation, qui se sont basés sur les données de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), un Européen moyen boit entre un et quatre verres de boisson alcoolisée par jour, soit assez pour que toute la population européenne soit qualifiée de «buveuse modérée». Aucun des 28 pays de l’Union européenne ne consomme en moyenne moins d’un verre par jour et par personne.

Avec 11,2 litres d’alcool pur par an, les Européens font la course en tête devant le contient américain (8,3 litres par an) ou l’Afrique (6 litres par ans). Bien loin derrière, on retrouve l’Asie du sud-est (3,5 litres) et le Proche-Orient (0,7 litre). L’étude montre également qu’un Européen sur cinq boit «beaucoup», soit plus de quatre verres par jour au moins une fois par semaine.

Les Lituaniens en pole position

Les plus gros buveurs européens et mondiaux ne sont autres que les Lituaniens, avec une moyenne de 3,2 verres par jour et 18,2 litres d’alcool pur par an et par personne. Principalement de la vodka et de la bière.

L’alcoolisme est d’ailleurs un mal qui ronge ce petit pays balte et contre lequel le gouvernement a décidé d’agir. En janvier 2018, la loi la plus restrictive d’Europe en matière d’alcool y entrera en vigueur: interdiction des publicités relatives à l’alcool, âge légal pour boire élevé à 20 ans –contre 18 auparavant– et interdiction de vendre de l’alcool entre 20 heures et 22 heures.

Un facteur qui augmente les risques de cancers

L’idée lituanienne ferait bien d'inspirer ses voisins, car les chercheurs de la United European Gastroenterology affirment que les habitudes de consommation d’alcool des Européens accroissent grandement le risque de développer des cancers de l’appareil digestif.

«La majorité des gens ne savent pas que l’alcool est un facteur à risque impliqué dans le cancer, explique à Bloomberg le Professeur Helena Cortez-Pinto, gastroentérologue à l’hôpital universitaire de Santa Maria à Lisbonne. Cette évidence épidémiologique est pourtant claire.»

Cancers colorectaux, de l’oesophage, du foie, du pancréas ou de l’estomac... ils tuent environ 3 millions de personnes par an et tous peuvent être engendrés par une consommation trop importante d’alcool. L’Union européenne souffre d’ailleurs de la plus haute proportion de maladies et de morts prématurées liées à la boisson… En 2014, l’OMS affirmait qu’une mort sur 4 dûe à un problème gastro-intestinal pouvait être attribuée à l’alcool.

La Société Américaine du Cancer a validé les affirmations du rapport en esimant que «limiter la consommation d’alcool à un maximum de deux verres par jour pour les hommes et un pour les femmes pouvait avoir de nombreux bénéfices sur la santé, et permettrait de réduire les risques de cancer, colorectal principalement».

Une idée que partage Markus Peck, docteur en gastroentérologie et membre de la United European Gastroenterology. Il affirme que les États européens devraient mettre en œuvre des mesures comme la loi votée en Lituanie:

«Des actions politiques telles que mettre un prix minimum sur l’alcool ou réduire l’accès à l’alcool doivent être prises pour éviter des problèmes futurs.»