France

«15 minutes pour convaincre», le résumé par candidat, en graphiques

Sophie Gindensperger, mis à jour le 21.04.2017 à 9 h 15

À trois jours de la présidentielle, les 11 candidats se sont succédé face aux journalistes sur le plateau de France 2. L'émission a été perturbée par l'attentat commis sur les Champs-Élysées, qui a coûté la vie à un policier.

DataYolo

DataYolo

C'est Jean-Luc Mélenchon qui a ouvert l'émission dès 20 heures. L'ordre de passage avait été tiré au sort. Il a notamment évoqué sa vision de l'Europe.



La candidate Lutte Ouvrière lui a succédé. Chacun des onze prétendants à l'Élysée était invité à apporter un objet qui lui tienne à cœur et qu'il garderait avec lui une fois élu. Nathalie Arthaud a choisi une photo de Tommie Smith et John Carlos, le poing levé aux JO de Mexico en 1968, à mettre «sur son bureau» ou «derrière, sur la bibliothèque»

Vient le tour de la candidate du Front national, Marine Le Pen.

Puis François Asselineau, candidat de l’UPR, qui a ramené un rameau d’olivier, «un symbole de paix et de la République».

Pendant le passage de Benoît Hamon commence à circuler en ligne l'information selon laquelle un policier a été blessé sur les Champs-Élysées. 

Après avoir parlé de handicap et d'Europe, le candidat de Debout la France a critiqué la couverture médiatique de la campagne en montrant une série de unes consacrées à Emmanuel Macron, puis a lu un texto de «boycott» que lui a adressé «un grand patron de presse» proche de François Fillon. L'intéressé confirmera après l'émission qu'il s'agissait d'un message de Serge Dassault.

Philippe Poutou, le candidat du Nouveau parti anticapitaliste, n'a pas baissé son débit depuis le denier débat. Il est interrogé notamment sur son rapport aux chefs d'entreprises. 

Les informations selon lesquelles un policier est décédé sur les Champs-Élysées se confirmant, Emmanuel Macron choisit d'y consacrer le temps de son «objet» (et n'amène pas son livre de grammaire). 

Sur le plateau règne par ailleurs une certains confusion, David Pujadas annonçant la mort d'un deuxième policier, ce que le ministère de l'Intérieur dément par la suite. Jacques Cheminade, lui, reste fidèle à ses sujets de prédilection.

Au tour de Jean Lassalle, dont les quinze minutes paraissent longues à Léa Salamé et David Pujadas.

La piste de l'attentat se confirmant, François Fillon consacre quasiment tout son temps de parole à la lutte contre le terrorisme et annonce ne pas poursuivre sa campagne après les événements de la soirée. Sans évoquer ses péripéties judiciaires, donc. 

Forcément bousculée par l'attentat sur les Champs-Élysées, la soirée a cependant suivi son cours quasi normalement, les journalistes en plateau étant soucieux de respecter le temps de parole des candidats. Les spectateurs, eux, avaient probablement déjà basculé sur d'autres chaînes ou sur le Net pour en suivre les derniers développements.

Sophie Gindensperger
Sophie Gindensperger (13 articles)
Journaliste indépendante, elle a travaillé à arretsurimages.net et à Libération, où elle a notamment cofondé le P'tit Libé.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux.
> Paramétrer > J'accepte