Culture

Comment Mark Twain a prédit sa propre mort

Elise Costa, mis à jour le 13.04.2017 à 15 h 10

Un écrivain peut-il prédire la date de sa mort? Retour sur un cas d’école d’astrologie littéraire.

Mark Twain dans le laboratoire de Nikola Tesla | via Wikimedia CC License by

Mark Twain dans le laboratoire de Nikola Tesla | via Wikimedia CC License by

Slate.fr vous propose une série d'histoires mystérieuses autour de grands écrivains. Pour retrouver les récits précédents, cliquez ici

Lors d’un discours prononcé en 1899, Mark Twain fit cette déclaration:

«Je suis désolé de voir mon nom cité parmi les grands auteurs, parce qu’ils ont tous la sale manie de mourir. Chaucer est mort, Spencer est mort, Milton aussi, tout comme Shakespeare, et moi-même je ne me sens pas très bien

S’il n’est plus nécessaire de présenter le père de Tom Sawyer et de Huckleberry Finn, les dates sont importantes: Mark Twain naît le 30 novembre 1835 dans le Missouri, et quitte ce monde le 21 avril 1910. Tout comme une autre personnalité, moins connue du grand public mais véritable star de l’astronomie: la comète de Halley.

Il peut s’agir d’une simple coïncidence. Mark Twain a poussé son premier cri deux semaines après l’apparition de la comète dans le ciel de 1835 et expulsé son dernier souffle un mois avant sa réapparition en 1910. La comète de Halley voyage sur une orbite elliptique et montre le bout de sa queue tous les soixante-quinze ans environ. Un temps équivalent à beaucoup d’existences humaines.

En 1985, à l’approche du prochain passage attendu de Halley, une série de timbres est imprimée à l’effigie de la comète et de Mark Twain pour fêter leurs anniversaires respectifs. Un papier du New York Times exhume alors une phrase écrite par l’auteur américain un an avant sa mort:

«Je vins au monde avec la comète de Halley en 1835. Elle reviendra l’année prochaine, et je m’attends à partir avec elle. Le Tout-Puissant a dit: “Voyez donc ces deux monstres inexplicables; ils sont venus ensemble, ils doivent repartir ensemble”.»

La réflexion sera reprise pour son autobiographie publiée à titre posthume en 1926.

Le cœur lâche

Dans une biographie de 1.000 pages rédigée par Albert Bigelow Paine, l’écrivain enfonce le clou:

«J’ai une sorte de maladie cardiaque et Quintard ne veut pas me dire si c’est une maladie du genre à emporter un homme d’un coup ou à le faire tenir bon en souffrance durant vingt ans ou plus. J’espérais que Quintard me dise que j’allais plus vraisemblablement mourir à tout instant; mais il ne l’a pas fait. Il m’a juste dit que ma pression artérielle était trop élevée. Il ne m’a donné aucune date, mais je m’attends à partir avec l’arrivée de la comète de Halley.»  

Mark Twain avait raison. Même si, d’avis des gens qui le connaissaient, son cœur l’a lâché avant tout sous le poids de la tristesse. Après avoir perdu, plus jeune, un garçon peu de temps après sa naissance, sa fille Susan mourut des suites d’une méningite. Il enterra ensuite sa femme, Olivia Langdon Clemens, suivie de sa fille benjamine dont il était très proche, Jean. C’est plus qu’un homme peut supporter.

À noter que la comète de Halley est associée à de nombreux événements historiques à chacun de ses passages. Sa dernière apparition en 1986 coïncide notamment avec la naissance de Lady Gaga.

Elise Costa
Elise Costa (84 articles)
Journaliste