Science & santé

«L'homme de mes rêves m'a proposé de passer la nuit avec lui mais, vierge à 27 ans, je ne cesse de me dégonfler»

Lucile Bellan, mis à jour le 11.04.2017 à 13 h 45

Cette semaine, Lucile conseille Marie, une jeune femme qui ne sait si elle doit ou non accepter un rendez-vous avec l'homme sur lequel elle fantasme.

Le Songe d'une nuit d'été | par John Simmons via Wikimedia CC License by

Le Songe d'une nuit d'été | par John Simmons via Wikimedia CC License by

«C’est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes. Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Pour retrouver les chroniques précédentes, c’est ici.

Je m'appelle Marie, j'ai 27 ans, je suis cadre dans une grande boîte, en CDI, passionnée, hyper investie, vierge et sentimentalement handicapée.

Soyons claire, dans la vie, il faut savoir ce qu'on veut. Je voulais un boulot de rêve, je l'ai eu, à force de travail et en donnant un grand coup de serpe dans ma vie amoureuse. Résultat, à 27 ans, je suis vierge et compte seulement quelques flirts à mon actif.

Pourtant, je prends soin de moi, on me dit jolie, et, adorant me cultiver, j'ai un peu plus de conversation qu'un poisson rouge, mais ceux qui s'approchent ne trouvent pas grâce à mes yeux.

Et oui, je suis exigeante! Mon idéal masculin? Appelons-le Mr B. Il est plus âgé que moi, écrivain à succès, homme de lettre, séducteur, pas très beau mais exigeant, voyageur et passionné.

Blogueuse à mes heures, j'ai eu l'occasion de rencontrer Mr B pour l'interviewer et je peux vous assurer que son charme n'est pas une légende... bien au contraire! Qu'est-ce que j'aurais donné pour que cet homme me regarde un jour! Pour compter ne serait-ce qu'un moment à ses yeux.

Mais la vie à le sens de l'humour! Plusieurs mois après notre dernière rencontre, il m'écrit une série de messages sans équivoque: je lui plais et si je suis d'accord, il aimerait beaucoup passer une nuit avec moi. D'abord flattée, surprise, surexcitée, j'accepte le rendez-vous, mais, les jours passant, je ne cesse de mon dégonfler: Et si je n'étais qu'un objet pour lui? Est-ce bien juste pour moi? Mais après tout, un peu de folie, c'est innocent non? Mais si je ne le revoyais jamais? Mais il dégageait un tel magnétisme lors de notre dernière rencontre… Et si ce «rendez-vous» était finalement très glauque? Qu'en pensez-vous? Que dois-je faire?

Marie

Chère Marie,

Je suis fondamentalement convaincue qu’il est impossible de savoir comment finit une histoire tant qu’elle n’est pas écrite, comme il n’est pas possible de savoir où mène une aventure sexuelle ou amoureuse tant qu’on ne l’a pas vécue. Et au jeu des suppositions, des probabilités et des théories, on peut jouer longtemps… au risque de rater son tour de vivre.

C’est normal d’avoir des craintes. D’appréhender le regard de l’autre, les couacs d’un instant qu’on voudrait parfait, les conséquences et les mauvaises surprises. C’est le lot de tous sur le marché de la séduction. Et je ne compte plus le nombre de fois où j’ai vomi d’angoisse avant un rendez-vous (mais je suis un cas un peu extrême). Toutes ces questions que vous vous posez, elles sont normales et elles sont saines. Seulement il faut faire le tri entre celles qui sont légitimes et celles qui sont juste des excuses pour rester dans votre zone de confort.

Est-ce qu’il est probable que vous soyez un objet pour lui? Très sincèrement, oui. Mais cela ne vous empêche pas de le traiter de la même manière. Chacun a ses propres intentions dans la dynamique de séduction: s’il désire du sexe sans lendemain avec vous et si votre désir est le même, rien ne vous empêche de vous donner du plaisir ensemble. Dans cette configuration, l’équilibre est respecté. Vous n’avez qu’à vous demander ce que vous attendez vraiment de cette rencontre.

Est-ce juste pour vous? Vous voulez dire, d’accepter de réaliser un fantasme avec l’homme de vos rêves? C’est une opportunité dont, je pense, vous pourriez tirer quelque chose à titre personnel. Un peu de folie, est-ce innocent? Oui, j’en suis convaincue. En fait, je crois que ces coups de folie sont nécessaires, qu’ils sont le matériau avec lequel on écrit les histoires, les belles comme les moins belles (il faut bien le dire). Et si vous ne le revoyiez jamais? C’est un risque à prendre. C’est assez absurde de ne pas le voir pour ne pas le risquer de ne jamais le revoir, non?

Et si le rendez-vous était finalement glauque? C’est la question la plus épineuse. Oui, ce rendez-vous peut être glauque. C’est un élément que vous ne maîtrisez pas. Par contre, vous avez tout à fait le droit de vous excuser et de prendre congé si vous ne le sentez pas ou même en plein milieu du sexe si quelque chose vous dérange. C’est votre droit et même vous devez le faire.

Ce que je crois c’est que «100% des gagnants ont tenté leur chance», c’est-à-dire que vous devez donner sa chance à l’instant. Vous rendre à ce rendez-vous ne vous oblige à rien en retour, par contre il vous donne l’opportunité de vivre un moment qui marquera le début d’une histoire, ou qui en sera une en soit. 

Lucile Bellan
Lucile Bellan (168 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux.
> Paramétrer > J'accepte