Science & santéCulture

Les méchants de cinéma ont une vilaine peau

Repéré par Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 11.04.2017 à 12 h 43

Repéré sur JAMA Dermatology

Verrues, cernes, cicatrices… 

Le méchant de Austin Powers.

Le méchant de Austin Powers.

On le pressentait, c’est désormais scientifiquement établi: les méchants des films américains ont souvent des problèmes de peau. C’est le résultat d’un examen comparatif des dix méchants et des dix héros les plus emblématiques de l’histoire du cinéma, réalisée par une équipe de dermatologues et publiée en ligne.

Obtenu à partir de la liste des 100 plus grands méchants et héros réalisée par l'American Film Institute, le relevé des dermatologues révèle que les méchants souffrent de verrues, de cernes, de cicatrices ou encore d’alopécie (accélération de la chute des cheveux ou des poils).

Le tableau ci-dessous recense les traits du visage et les éventuelles maladies ou problèmes de peau identifiés sur les méchants de fiction.

Les méchants les plus physiquement marqués sont le personnage principal de L'Exorciste Regan MacNeil, la Reine de Blanche Neige et bien entendu, Darth Vader. Au final, six des dix méchants étudiés feraient l'objet d'un diagnostic s'ils consultaient leur dermatologue, contre aucun des dix plus grands héros (parmi lesquels Ellen Ripley dans Alien, ou Indiana Jones).

Comme le notent les auteurs, la condition dermatologique des personnages de fiction est utilisée pour représenter visuellement une dichotomie entre le bien et le mal, ce qui peut avoir comme conséquence de renforcer les stigmates associés aux maladies de peau. La dégradation de la peau est aussi utilisée lors de la transition du personnage du bien vers le côté obscur...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux.
> Paramétrer > J'accepte