FranceHistoire

Parmi les auxiliaires de la rafle du Vél d'Hiv, un futur numéro 2 du FN

Nicolas Lebourg, mis à jour le 10.04.2017 à 17 h 25

Les 16 et 17 juillet 1942, la police française était assistée lors de la rafle de centaines de militants du Parti populaire français, dont Barthélémy était le numéro deux. Avant de devenir, trente ans plus tard, celui du FN de Jean-Marie Le Pen...

Détail d'une affiche de propagande du Parti populaire français (PPF) de Jacques Doriot.

Détail d'une affiche de propagande du Parti populaire français (PPF) de Jacques Doriot.

Pour Pessah, la Pâque juive, Marine Le Pen a décidé d'ouvrir une polémique sur la rafle du Vél d'Hiv, dont elle a estimé que la France n'était pas responsable. Ce thème lui permet de s'adresser à l'électorat conservateur sur un segment qui lui convient, la grandeur de la France contre la repentance, alors que cet électorat s'avère rétif à son programme économique et européen. Le débat des onze candidats avait vu la présidente du FN perdre son rôle de candidate anti-système; les sondages placent désormais quatre d'entre eux dans la marge d'erreur donnant un ticket pour le second tour; Nicolas Sarkozy, Jean-François Copé et Manuel Valls n'étant pas là, le débat porte sur l'économique et le social et non sur les burkinis: Marine Le Pen avait donc besoin d'une polémique a minima. Il lui fallait se resituer comme candidate seule contre tous, et ses soutiens dépensent leur énergie sur les réseaux sociaux à essayer de faire prendre la polémique.

Cette dernière est quelque peu vintage, car aujourd'hui, ce n'est plus Vichy mais la guerre d'Algérie qui sert de base au régime mémoriel. Mais les lepénistes, voulant peut-être maladroitement préempter le souvenir gaulliste pour l'entre-deux-tours, rappellent ainsi à notre souvenir un homme-clef de cette période: Victor Barthélémy. Car la rafle du Vél d'Hiv ne fut pas faite que par la police française: cette dernière était aidée, les 16 et 17 juillet 1942, par plusieurs centaines d'hommes du Parti populaire français de Jacques Doriot, PPF dont Barthélémy était alors le numéro 2. Avant de devenir, trente ans plus tard, le numéro deux du Front national. Son trajet est celui d'un siècle.

Du communisme au fascisme

Né en 1906, Victor Barthélémy provient d’une famille de gauche. Républicain varois, son grand-père est déporté en Algérie après le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte le 2 décembre 1851. Pacifiste et socialiste, son père s’enthousiasme pour la révolution russe de 1917. Le jeune Victor Barthélémy partage sa foi enthousiaste, quoiqu’il ne dédaigne pas, en sus de L’Humanité, la lecture de L’Action française de Charles Maurras. Il adhère à la Section française de l’Internationale communiste, ancêtre du Parti communiste français. Après avoir eu pour mission de mener une agitation antimilitariste et anticolonialiste à Marseille, il est envoyé suivre à Bruxelles un stage de formation de l’Internationale communiste. Il poursuit ensuite, en 1928, sa formation à Moscou.

En 1935, la signature du pacte d’assistance mutuelle franco-soviétique entre Staline et le ministre des Affaires étrangères Pierre Laval est suivie de déclarations de foi patriotique et de soutien à l’armée de la part du parti. Pour Barthélémy, pareils légalisme et soumission à l’ordre induisent que l’horizon révolutionnaire n’est plus qu’un leurre. Que faire? Il cherche la révolution ailleurs, songe que, somme toute, «le fascisme était un socialisme qui se réalisait…». Quand, en 1936, Jacques Doriot fonde le Parti populaire français, Barthélémy participe à l'aventure et devient son bras droit. Dans les débats du Conseil national, il synthétise ce que doit être l'action: «Les moyens doivent être simples, catégoriques, violents.»

Le basculement a lieu quand l'Allemagne rentre en guerre contre l'Union soviétique à l'été 1941. Doriot pousse à la constitution de la Légion des volontaires français contre le bolchevisme (LVF) et s'y engage. Il charge Barthélémy de porter à l'ambassade d'Allemagne une lettre de remerciements à Hitler, ainsi que de faire fonctionner le parti pendant son absence. Barthélémy synthétise en quelques mots les nouveaux objectifs:

«Pour une politique intérieure antiparlementaire, antidémocratique, antijuive, antimaçonnique, hardiment socialiste, dans le cadre d’un État totalitaire, pour une politique extérieure de reconstruction européenne par la réconciliation franco-allemande et la collaboration avec tous les États d’Europe.»

À la fin de la guerre, il se réfugie en Allemagne, puis en Italie. Il tente de mettre en place des commandos à introduire en France. Arrêté le 2 mai 1945, il est renvoyé dans son pays. Il obtient d’être traduit devant un tribunal militaire, lui qui fut toujours un civil, et n’est condamné qu’à quelques mois d’emprisonnement.

Reconstruire l'extrême droite

Très lié aux néofascistes italiens, Barthélémy est de toutes les tentatives de reconstruction de l'extrême droite radicale à l'échelle européenne. En France, la guerre d'Algérie paraît pouvoir redonner des perspectives: il entre donc au comité directeur du Front national pour l'Algérie Française fondé par Jean-Marie Le Pen en 1960. Ce dernier anime la campagne de Jean-Louis Txier-Vignancour à l'élection présidentielle de 1965, et, là encore, l'ancien du PPF participe à la direction. Face à l'insuccès, Barthélémy s'efface, et ne réapparaît que lorsque le mouvement néo-fasciste Ordre nouveau décide de lancer le FN en octobre 1972.

Entre les jeunes radicaux et le président du parti, le courant passe mal. Barthélémy est l'homme qui arrange la situation, faisant des allers-retours de conciliation. En avril 1973, une convocation interne à Ordre nouveau invite ainsi les militants à une conférence sur le PPF présidée par lui et qu’il anime avec André Dufraisse, un ancien de la LVF. Rien de nostalgique, mais une perspective fonctionnelle: «Il ne s’agit pas pour les nationalistes en 1973 d’évoquer les expériences passées, mais d’analyser les causes de l’échec de notre famille politique, afin d’en tirer un enseignement indispensable à tout engagement politique.» Le mois suivant, Jean-Marie Le Pen tente d'éviter l'explosion de l'alliage entre le FN et Ordre nouveau en déclarant lors d'un meeting: «Vous maurassiens, vous intégristes, vous anciens fascistes, laissez de côté vos querelles, venez sous la bannière du Front national défendre la droite nationale, sociale et populaire.»

Rien n'y fait: après la dissolution par l’État d'Ordre nouveau en juin 1973, le conflit entre le président du FN et l'ex-équipe d'Ordre nouveau finit devant les tribunaux pour savoir à qui appartient le nom du mouvement. Barthélémy choisit de soutenir le président plutôt que les jeunes néo-fascistes. Secrétaire administratif du FN depuis 1973, il occupait en fait des fonctions de secrétaire général qu'il obtient officiellement au congrès de 1975. Pour Jean-Marie Le Pen, c'était là un choix logique: «Dans mon esprit, le Front national visait à rassembler les patriotes. Qu’elles qu’aient été leurs options personnelles, politiques ou historiques précédentes. À condition qu’ils n’aient pas agi par esprit de lucre, ni qu’ils aient servi d’autres pays que le leur…, m'expliquait-il en 2012, ainsi qu'à Joseph Beauregard, pour notre livre Dans l'ombre des Le Pen. Une histoire des numéros 2 du FN. Victor est disponible, à la retraite, et a une connaissance technique de la marche d’un mouvement, modéré, efficace, se faisant accepter de gens plus jeunes que lui… C’était un bon organisateur, un bon technicien, qui avait une expérience politique, révolutionnaire d’abord, ensuite qui avait exercé des responsabilités nationales dans un grand parti politique, et qui n’essayait pas de faire prévaloir son passé politique mais qui se mettait à la disposition des initiatives nouvelles.»

Il est vrai que Barthélémy n'est pas enfermé dans le passé. Alors que l’immigration n'est pas la préoccupation essentielle du FN à sa naissance en 1972, il tenait déjà, quant à lui, à expliquer qu’il s’y opposait par solidarité avec les immigrés. En effet, il affirmait alors qu'elle les transformerait «en sous-hommes victimes de l’exploitation des négriers; coupés la plupart du temps de leurs familles, isolés dans des ghettos, ils n’ont pas la possibilité de s’épanouir, tout en constituant une menace pour la sécurité dans de nombreux quartiers». Défense des identités, lien entre immigration et insécurité urbaine: le discours dépréciant la promiscuité inter-ethnique se réinventait, et cet homme qui n'était plus jeune était à l'avant-garde de ces discours-là.

Barthélémy reprend donc les structures du PPF pour réorganiser le FN. Il crée des fédérations départementales et des inspections régionales, met en place en 1975 une série de commissions. Il dote le parti d’institutions, un comité central et un bureau politique, dont les dénominations sont évocatrices du mouvement ouvrier. Il met en place avec Dufraisse des associations destinées à servir de courroies de transmission au Front national, sur le modèle de l’action du PCF. Il élimine toute trace de collégialité pour faire remonter toutes les structures au président.

L’homogénéité interne va de pair avec une unification externe. C’en est fini des affiches où le nom de «Le Pen» se mêle à celui d’autres orateurs. Toute la propagande est personnalisée autour du tribun: le Front national doit être identifié comme «le parti de Jean-Marie Le Pen». À l’intérieur il faut un chef, aux masses il faut présenter un sauveur.

En 1976, Victor Barthélémy se retire dans le Midi. Il rédige son autobiographie, publiée en 1978, y faisant montre d’une plume élégante et de fortes amnésies, sur la question de l’antisémitisme tout particulièrement. Il meurt en 1985. S’il est trop sulfureux pour que le Front national puisse évoquer son souvenir, il ne disparaît pas pour autant totalement des esprits –Jean-Marie Le Pen n’est pas homme à abandonner la mémoire de ses amis. Quand, en 1994, il prononce l’hommage funèbre de Dufraisse, il déclare: «Et toi, tu marches avec les anges, avec tes copains disparus. Ceux de ta jeunesse et de ton âge mûr: Jacques, Victor, Pierre. Et puis d’autres, encore plus près: François, Jean-Pierre…» Jacques Doriot, Victor Barthélémy, l'ex-Waffen SS et premier trésorier du FN Pierre Bousquet, François Duprat, Jean-Pierre Stirbois.... On n'est pas certain qu'aucun de ceux-là aurait défendu une position «gaulliste» sur la responsabilité de Vichy et du PPF dans la rafle du Vél d'Hiv. O tempora, o mores. 

Nicolas Lebourg
Nicolas Lebourg (64 articles)
Chercheur en sciences humaines et sociales
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux.
> Paramétrer > J'accepte