Histoire

Et si vous arrêtiez d’interrompre votre interlocuteur et écoutiez vraiment?

Repéré par Florian Adam, mis à jour le 07.04.2017 à 14 h 52

Repéré sur Quartz

Il existe deux styles d’individus. Les personnes qui écoutent et les personnes qui parlent.

Capture d'écran YouTube, Taxi driver.

Capture d'écran YouTube, Taxi driver.

Kira Bindrim fait partie de la deuxième catégorie. Elle parle. Beaucoup. Interrompt les gens au milieu de leur phrase. Elle raconte que: «Mes proches parlaient toujours en même temps que les autres, les règles familiales dictant que quiconque parle le plus fort est celui qui a le plus de chance de faire valoir ses arguments»Mais la journaliste du site Quartz essaie d'abandonner cette mauvaise habitude et a besoin d'aide pour ça, admet-elle.

Elle a donc sollicité les conseils de Deborah Tannen, linguiste à l’université de Georgetown spécialiste des styles conversationels depuis plus de 30 ans. Deborah Tannen est l’auteur de New York Jewish conversational style, un livre consacré à la façon caractéristique qu’ont les juifs de New York de parler, résume que: 

«Chaque fois que deux personnes parlent, elles doivent avoir un moyen d'évaluer quand l'autre personne a terminé de parler et que c’est à l’autre de commencer. S'il n'y a même qu’une légère différence de timing, la personne qui s'attend à une pause plus courte finit par interrompre.»

Deborah Tannen explique que deux styles sont identifiables. Les personnes qui se contentent d’une pause courte pour parler sont des individus à «haute implication» dans la conversation. Cette façon de parler se caractérise par «une élocution rapide, un évitement des pauses intermédiaires et un échange rapide de la parole entre interlocuteurs», ainsi qu'un «ton de la voix changeant, une variation d'intensité, forçant la voix et l'accent [...]». Au contraire, les personnes respectant de longues pauses ont une «forte considération» pour leur interlocuteur. 

Soyons honnête, on connaît tous une personne dans notre entourage qui a cette manie désagréable. Dites-vous que ce n’est pas entièrement de sa faute, l'influence familiale ou culturelle pouvant jouer. Fort heureusement, il y a quelques astuces qui permettent d’y remédier, comme l’explique Kira Bindrim qui a interrogé une formatrice d’entreprise et consultante. Rhonda Scharf indique que le fait de parler en même temps, d’interrompre une conversation peut être signe d’un manque d’écoute pouvant menacer une relation. Pour éviter de «s’approprier la conversation», compter jusqu’à deux avant de parler, et excusez-vous lorsque vous coupez la parole. Dernière solution, extrême: mordez-vous la langue.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux.
> Paramétrer > J'accepte