Boire & mangerMonde

La mafia tient plus de 5.000 restaurants en Italie

Repéré par Robin Panfili, mis à jour le 05.04.2017 à 16 h 47

Repéré sur La Stampa, The Local

Le principal syndicat agricole du pays alarme sur l'emprise des réseaux mafieux sur le monde de la restauration et de l'agriculture.

Une terrasse de restaurant en Italie (image d'illustration) | Skitterphoto via Pexels CC License by

Une terrasse de restaurant en Italie (image d'illustration) | Skitterphoto via Pexels CC License by

L'implication des groupes mafieux italiens –'Ndrangheta, Camorra, Cosa Nostra, notamment– dans des activités criminelles diverses (le racket, le trafic d'armes ou d'œuvres d'art), l'immobilier ou la crise des migrants est déjà un fait connu et avéré. Désormais, c'est l'échelle de leur emprise sur l'agriculture et le monde de la restauration semble démesurée.

Dans un communiqué, Coldiretti, la confédération des entrepreneurs agricoles italiens, affirme qu'au moins 5.000 restaurants à travers l'Italie sont tenus et possédés par des réseaux mafieux, rapporte The Local et La Stampa. Le communiqué intervient quelques jours seulement après un vaste coup de filet de la police contre la mafia sur le territoire italien. L'opération de police a notamment permis de faire la lumière sur les liens étroits qui unissent des restaurants touristiques de renom avec le crime organisé.

Parmi les restaurants visés par les autorités italiennes, on retrouve le célèbre Donna Sophia dal 1931, un restaurant touristique de Milan, planté entre le Duomo et les canaux de la ville, ou encore la Villa delle Ninfe, une structure spécialisée dans l'accueil de mariages et de grands événements à Naples.

L'«agromafia» en pleine croissance

L'utilisation par la mafia de restaurants ou de bars pour dissimuler des activités criminelles n'est pas un phénomène nouveau. On se souvient, par exemple, de la fermeture de deux restaurants touristiques reconnus (La Rotonda et Er Faciolaro) à Rome en 2015, pour ses relations avec le crime organisé, ou encore de la découverte de liens entre une célèbre pizzeria de New York avec la mafia calabraise.

Néanmoins, souligne Coldiretti, cela a pris de plus en plus en ampleur ces dernières années. La mafia italienne s'infiltre aujourd'hui dans toutes les strates de la restauration: des bars huppés aux chaînes de restaurants, jusqu'aux unités de production et aux exploitations agricoles.

La Stampa parle de «chiffres alarmants». Au total, la criminalité dans le monde agricole (ou «agromafia») a rapporté près de 21,8 milliards d'euros au crime organisé, précise le quotidien qui cite les estimations du principal syndicat agricole. C'est 30% de plus que les estimations de l'année passée.

«L'agriculture est devenue l'un des domaines d'investissement prioritaires pour la pègre. Ils ont compris que c'est un domaine stratégique en temps de crise, dans la mesure où elle leur permet d'infiltrer la société civile de manière généralisée et de conditionner le quotidien de la population.»

Les réseaux mafieux utilisent l'extorsion afin de forcer les exploitants agricoles à vendre à bas prix et les commerces à acheter leurs produits. Un processus qui, en bout de chaîne, leur permet de créer une situation de contrôle, mais surtout de monopole.