Double XMonde

Trump déclare avril mois officiel de prévention des agressions sexuelles

Repéré par Claire Levenson, mis à jour le 02.04.2017 à 9 h 22

Repéré sur Huffington Post

Le président, qui a été accusé d'agressions sexuelles par une dizaine de femmes, a affirmé qu'il lutterait contre les agressions sexuelles. Beaucoup ont cru à un poisson d'avril.

Donald Trump lors d'un panel sur l'empowerment des femmes le 29 mars 2017 à la Maison-Blanche. NICHOLAS KAMM/AFP.

Donald Trump lors d'un panel sur l'empowerment des femmes le 29 mars 2017 à la Maison-Blanche. NICHOLAS KAMM/AFP.

En 2009, Barack Obama a été le premier président à officiellement déclarer avril comme mois de prévention des agressions sexuelles, et son successeur, Donald Trump, a repris la tradition.

«Pendant le mois d'avril, nous allons attirer l'attention sur les agressions sexuelles, ainsi que nous réengager à les combattre», a déclaré Trump à la Maison-Blanche.

Mais comme le président a été accusé d'agressions sexuelles par une dizaine de femmes, et qu'il est connu pour avoir dit que quand on «est une star», les femmes vous laissent «les attrapper par la chatte», l'annonce est plutôt mal passée.

En effet, beaucoup ont cru à une blague, comme ici, la commentatrice politique Ana Navarro:

«Quand j'ai lu que Trump avait déclaré avril mois national de prévention des agressions sexuelles, j'ai cru que c'était un poisson d'avril.»

«Il a aidé la prévention à sa façon»

 

Malgré l'ironie du geste, certains ont noté qu'après tout, on pouvait vraiment dire que Trump avait permis d'attirer l'attention sur les agressions sexuelles. 

«En effet, Trump a lancé de nombreuses discussions sur les agressions sexuelles, donc d'une certaine manière, il a aidé à la prévention», a tweeté la journaliste Elise Foley.

Comme le précise Emma Gray dans le Huffington Post, en 2016, la déclaration d'Obama contenait les mots suivants: 

«Ensemble, nous devons résister et nous exprimer afin de changer la culture qui remet en question les actions des victimes plutôt que celles de leurs assaillants».

Par contre, le texte de l'actuel président n'évoque pas le sujet de la crédibilité des victimes. Trump a toujours dit que ses accusatrices mentaient, et une des femmes qui l'accuse d'agression sexuelle a porté plainte pour diffamation.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux.
> Paramétrer > J'accepte