Science & santéScience & santé

Le chimiste le plus renseigné et avancé sur la question du cannabis n'a jamais fumé un joint

Repéré par Robin Panfili, mis à jour le 30.03.2017 à 15 h 17

Repéré sur Quartz, Culture Magazine

La curiosité intellectuelle de ce «monument» scientifique s'est toujours limitée aux aspects théoriques des effets du cannabis.

Raphael Mechoulam en 2016 à Tel Aviv (Israël). JACK GUEZ/AFP

Raphael Mechoulam en 2016 à Tel Aviv (Israël). JACK GUEZ/AFP

Au sein de la communauté scientifique, le professeur et chimiste Raphael Mechoulam est considéré comme un monument. Depuis plusieurs années déjà et après une cinquantaine d'années d'étude sur la structure, les effets du cannabis et sur la synthèse de ses composés, on le décrit comme le «père» de la recherche dans le domaine. Dans une interview accordée à Culture Magazine, il revient sur son parcours, ses travaux et ses plus grandes découvertes.

Les premières recherches de Raphael Mechoulam sur le cannabis ont débuté dans les années 1960, alors que personne ne s'intéressait vraiment à la plante, à ses effets et à ses potentiels bienfaits médicaux, écrit le magazine.

«Je suis chimiste. Je travaille avec des produits naturels. J'ai été surpris de constater que la morphine avait pu être isolée de l'opium cent cinquante ans plus tôt, tout comme la cocaïne des feuilles de coca, mais que la chimie du cannabis restait inexplorée. Je me suis dit que c'était un bon sujet sur lequel lancer mes recherches.»

Scientifique et militant

À partir de ce moment, toujours installé en Israël, il n'a jamais cessé de s'intéresser aux facultés et aux propriétés du cannabis, mais il assure n'en avoir jamais fumé. Pas même un joint. Il se souvient de débuts chaotiques. Comme cette fois où il a été contraint de s'excuser auprès du ministère de la Santé pour avoir récupéré de manière illégale, grâce à une connaissance, un morceau de résine de cannabis –destiné à être étudié– confisqué et consigné dans un commissariat.

Par la suite, depuis l’université hébraïque de Jérusalem, il s'illustre par une série de découvertes qui poseront les fondations de la recherche sur le cannabis. Parmi les près de 300 articles scientifiques publiés au cours de sa carrière, il parvient enfin à isoler le principe psychoactif du cannabis, le THC (tétrahydrocannabinol), puis le CBD (cannabidiol). Une première.

En marge de ces travaux, Raphael Mechoulam a poussé et milité pour un usage médical raisonnable et adapté du cannabis. En Israël, il a été «un acteur discret, mais majeur» de la politique israélienne de santé qui a permis à plus de 11.000 patients d’avoir accès au cannabis, écrivait Libération en 2014.

Pour aller plus loin, n'hésitez pas à regarder «Le Scientifique», un documentaire d'une heure consacrée au chimiste et à ses découvertes.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux.
> Paramétrer > J'accepte