Science & santé

Votre animal de compagnie peut vous faire vivre plus longtemps

Repéré par Galaad Wilgos, mis à jour le 24.03.2017 à 11 h 19

Repéré sur Psychology Today

De nouvelles données viennent prouver scientifiquement qu’avoir un animal de compagnie permet de vivre plus longtemps.

Hannibal Hanschke/AFP

Hannibal Hanschke/AFP

Grâce à de nouvelles découvertes, Rififi et Choupette vont peut-être éviter un séjour à la fourrière. En effet, des scientifiques ont récemment avancé de nouvelles preuves validant ce que le bon sens nous enseigne: avoir un animal de compagnie est source de bien-être. Et bien cela permettrait aussi d'augmenter l'espérance de vie, nous apprend un article du magazine américain Psychology Today. C'était la bonne nouvelle qui nous manquait alors qu'on savait déjà qu’avoir un chien était bon pour le cœur; que cela améliorait d'ailleurs la santé de manière significative, comme l'avait conclu l'American heart association; et que des animaux étaient utilisés pour aider les vétérans victimes de stress post-traumatique ou les autistes.

Pour l’auteur de l'article de  Psychology Today, grand amateur de chiens lui-même, les résultats de la récente étude sont incroyables. Une équipe de chercheurs dirigée par Enayet Chowdhury au département d’Epidémiologie et de médecine préventive de l’université de Monash, à Melbourne en Australie, a récolté des données auprès d'un groupe de personnes âgées vulnérables. Pour l’étude, 4.039 personnes diagnostiquées comme ayant de l’hypertension et âgées de 65 à 84 ans, ont été sélectionnées. Ces dernières furent étudiées durant 11 ans afin de voir si la possession d’un animal de compagnie affectait leur survie. Pendant ces 11 années, 24% de ces personnes moururent, dont la moitié de problèmes cardiovasculaires. 36% d’entre elles possédaient au moins un animal de compagnie durant l’étude –45% un chien et 26% un chat–, et 86% en avait eu au moins une fois dans leur vie.

«Des bénéfices pas si éloignés que ceux vantés pour des médicaments pour la tension artérielle»

Le résultat de l'étude fut une belle surprise pour les propriétaires d'animaux de compagnie. Le taux de survie était supérieur chez eux, qu’ils en possèdent un ou en ai possédé un dans le passé:

«Ce que j’ai trouvé de plus stupéfiant, nous dit Stanley Coren, c’était l’impact qu’un animal pouvait avoir sur la survie. Sur les 11 années où ces gens à haut risque ont été étudiés, le taux de survie s’était amélioré de 26% pour les individus qui possédaient un animal, et plus surprenant encore: cela s’était amélioré de 22% pour les individus qui en avaient eu un. Il y a des bénéfices incroyablement haut, qui ne sont pas si éloignés que ça des niveaux d’amélioration que certaines compagnies pharmaceutiques vantent pour certaines médicaments utilisées pour contrôler la tension artérielle et réduire les décès dues à des causes cardiovasculaires.»

Par ailleurs, l’autre découverte tient au fait que, contrairement aux études précédentes qui montraient qu’avoir un chien était plus bénéfique qu’avoir un chat, celle-ci a trouvé des effets relativement égaux. Les meilleures améliorations en terme de survie ont toutefois été observées du côté des personnes qui possédaient un chien et les sortaient pour faire des ballades régulièrement.

Cette dernière données conforte l’hypothèse avancée par les auteurs de cette étude: avoir un chien promeut une vie plus active et qui mène à d'avantage d'interactions sociales. Combiné avec la compagnie de l'animal, cette stimulation aurait donc des effets positifs sur l’état émotionnel et sur le niveau de stress. Or, c'est de première importance, puisque le stress est un des facteurs importants des problèmes cardiovasculaires.