Science & santé

«Quand nous nous retrouvons avec une tierce personne, ma compagne œuvre avec un plaisir intense»

Lucile Bellan, mis à jour le 21.03.2017 à 14 h 12

Cette semaine, Lucile conseille Laurent, un homme qui constate la baisse de libido de sa femme à son égard depuis qu'ils ont goûté aux jeux à trois.

Horace et Lydia | par Thomas_Couture via Wikimedia CC License by

Horace et Lydia | par Thomas_Couture via Wikimedia CC License by

«C’est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes. Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse:[email protected]

Pour retrouver les chroniques précédentes, c’est ici.

Mon amie et moi sommes ensemble depuis maintenant plus de cinq ans. Depuis cette période où nous nous sommes connus, nous continuons à nous aimer intensément. Nous avons deux magnifiques enfants et avons même décidé de nous unir par les liens sacrés prochainement.

Seulement voilà, au début de notre rencontre jusqu'à il y a très peu de temps, nous avions un appétit sexuel débordant, ce qui je vous l'avoue me comblait. Nous avons poussé notre aventure dans un jeu coquin avec un deuxième partenaire, car dans l'idée cela nous excitait beaucoup et avons pris beaucoup de plaisir.

Ce jeu s'est produit trois fois pour le moment et je constate que l’envie de faire l'amour de ma compagne, uniquement avec moi, ne s'alimente plus ou presque plus. Quand nous nous retrouvons avec la tierce personne, elle s'enflamme à l'idée et œuvre avec un plaisir intense.

Du coup je ne sais plus quoi penser, elle dit qu'elle m'aime plus que tout et je n'en doute pas mais cette envie "avec moi" de câlins et autres actes sexuels est en berne de son côté et j'en souffre car j'ai intensément envie de faire l'amour et nos pauses sont actuellement de deux semaines et les actes souvent rapides.

Laurent

Cher Laurent,

Vous semblez être quelqu’un d’ouvert d’esprit attaché aux désirs de sa compagne et prompt à les satisfaire et je vous en félicite. Seulement vous devez accepter que ces désirs ne sont pas constants. Et que les couples traversent des périodes d’inactivité ou de baisse d’activité qui sont naturelles et souvent dues à des facteurs tels que le stress ou la fatigue.

Vous avez des désirs communs et forts, il y a déjà eu beaucoup de plaisir entre vous, c’est une chance et vous ne devez pas l’oublier. Cette question n’est pas problématique dans le cadre de votre couple. Vous savez que vous partagez ça, ou que vous avez su le faire. Il n’y a aucune raison que ça ne revienne pas.

Seulement vous ne pouvez pas comparer l’excitation et l’enthousiasme de votre compagne entre un événement qui a eu lieu trois fois et votre vie sexuelle de cinq ans. Si vous me présentez des huîtres, ne doutez pas que je serais plus enthousiaste que pour un plat de pâtes. Et je n’ignore pourtant pas qu’un bon plat de pâtes bien exécuté peut être inoubliable. Ce n’est pas contre les pâtes, ni contre celui qui les aura préparées et je serais ravie d’y retourner par la suite, mais les huîtres quand même… c’est juste autre chose. Un plaisir exceptionnel qu’on apprécie aussi pour sa rareté.

«Vous restez le compagnon privilégié de son désir. Même si celui-ci évolue. C’est par le dialogue que vous vous en sortirez. En restant connectés, en partageant ensemble»

Ce ne sont pas les mêmes plaisirs et peut-être a-t-elle juste du mal à faire le lien entre les deux. Si vous avez vraiment peur pour votre couple, n’hésitez pas à en parler ensemble à un professionnel. Sinon, prenez votre mal en patience en n’oubliant jamais que c’est avec vous qu’elle a partagé autant, c’est avec vous qu’elle a eu tant de plaisir. Vous restez le compagnon privilégié de son désir. Même si celui-ci évolue. C’est par le dialogue que vous vous en sortirez. En restant connectés, en partageant ensemble ce qui vous passe par la tête, même si les corps s’éloignent momentanément.

Ne laissez pas la frustration et la peur de la perdre, casser ce lien qu’il y a entre vous. Parlez-lui de votre désir pour elle, sans l’étouffer ou l’obliger, invitez-la à partager ses envies, ses idées. Ce genre d’expérience aussi agréable soit-elle n’est jamais aussi légère qu’on l’imagine. C’est une leçon à retenir. Et chaque étape nécessite un temps pour se retrouver. Je ne doute pas qu’avec un peu de patience et beaucoup de mots, vos peaux et vos pensées sauront se retrouver. 

Lucile Bellan
Lucile Bellan (150 articles)
Journaliste