Monde

Pourquoi nous allons ressusciter les mammouths laineux

Repéré par Xavier Ridel, mis à jour le 15.03.2017 à 18 h 03

Repéré sur The Atlantic

D’ici une dizaine d’année, le mammouth laineux pourrait refaire son apparition et être intégré au Pleistocene Park, en Sibérie. Dans quel but?

Source : Wikimédia https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Ice_age_fauna_of_northern_Spain_-_Mauricio_Ant%C3%B3n.jpg

Source : Wikimédia https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Ice_age_fauna_of_northern_Spain_-_Mauricio_Ant%C3%B3n.jpg

Ressusciter des animaux de l'ère glaciaire et les placer dans un parc? L’histoire a l’allure d’un mauvais remake de Jurassic Park, version écologique. Détrompez-vous. Tout ça est en réalité très sérieux: le mammouth laineux pourrait revenir fouler notre chère planète d’ici peu de temps. Un courageux journaliste de The Atlantic s'est (très) longuement plongé sur le sujet en se rendant là où tout est en train de se passer, dans les plaines de Sibérie.

Bienvenue dans le Pleistocene Park. Avec ce nom, le parallèle avec le film de Spielberg devient encore plus évident. Pour ceux qui auraient oublié leurs cours de SVT du collège, le terme pleistocene désigne l’ère glaciaire, qui a couru de 2,58 millions à 11.700 années avant le moment où ces lignes sont écrites. L’être humain est notamment apparu à cette période de l’histoire.

Dans ce parc, donc, entre l’Alaska et le Yukon, une gigantesque bande de glace est en train de fondre. Et si cela arrivait, elle libérerait chaque année autant de gaz à effet de serre que les 4x4, les avions de ligne, les bateaux containers, et les usines d’Amérique. Des scientifiques russes ont décidé de se battre contre cette catastrophe annoncée, en commençant à fonder ce parc, ayant pour but de décélérer le dégel.

Moins d'arbres, et des centaines de mammouths

Et pour ce faire, Nikita Zymov et son père, Sergey, affirment qu’il faut déraciner les arbres dans les forêts. Et ce, afin de faire revenir une étendue d’herbe dont la fonction serait de refléter les rayons du soleil, au lieu de les absorber. Une chose qui permettrait au sol d’arrêter de chauffer. Le piétinement des animaux serait également d’une grande aide, et Nikita aurait donc besoin d’un maximum d’herbivores. Soit des chevaux sauvages, des bisons, des élans et des prédateurs pour garder les animaux en troupeaux. Mais aussi de mammouths laineux, notamment pour continuer à briser les arbres.

Nikita affirme:

«Demandez à n’importe quel enfant où vivent les animaux, et ils vous répondront: “dans la forêt”. C’est ce à quoi pensent les gens quand on leur parle de la nature. Ils pensent aux oiseaux qui chantent dans la forêt, mais devraient penser aux prairies

Pour ressusciter l'animal, les scientifiques n’ont pas forcément besoin de son ADN, et un échantillon parfaitement conservé de ce dernier est d’ailleurs introuvable. George Church et son équipe d’Harvard tentent donc de le recomposer à partir de la double hélice de l’éléphant d’Asie, en y ajoutant les traits caractéristiques du mammouth. Beth Shapiro, la plus grande experte mondiale sur le sujet des ADN des espèces disparues, affirme:

«George Church est formidable. Il est sur la bonne voie, personne n’a jamais été aussi avancé que lui là-dessus

Elle nuance néanmoins ses propos en disant que le nombre de gènes pose problème, afin de ressusciter totalement l’animal. Sauf que Church n’est pas obligé de créer un mammouth parfait. Il doit simplement faire en sorte que l’éléphant d’Asie puisse survivre à l’hiver sibérien, et pense pouvoir y arriver d’ici une décennie.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux.
> Paramétrer > J'accepte