HistoireMonde

Le vieux mythe de la base nazie secrète en Antarctique refuse de mourir

Repéré par Grégor Brandy, mis à jour le 14.03.2017 à 10 h 36

Repéré sur Motherboard

Dix ans après son débunking dans un article scientifique, il continue d'être relayé.

Antarctica | ndreas Kambanis via Flickr CC License by

Antarctica | ndreas Kambanis via Flickr CC License by

C'est une histoire vieille de plus de soixante-dix ans, un mythe qui refuse de mourir. Motherboard revient sur le hoax de la base nazie à ovnis en Antarctique. Le mythe est tenace –il a été repris l'année dernière par au moins deux tabloïds–, alors qu'un chercheur de Cambridge, Colin Summerhayes, avait publié il y a dix ans un article scientifique pour le débunker une bonne fois pour toutes.

Comme toute bonne théorie conspirationniste, elle se base sur des événements qui ont bien eu lieu (une expédition nazie en Antarctique en 1939, des opérations militaires américaines après la guerre...) avant de partir ensuite dans des zones beaucoup plus louches et fausses (l'établissement d'une base secrète, la présence d'ovnis développés par les nazis, une opération américaine pour s'attaquer à la base nazie à partir de 1947, l'explosion de trois bombes nucléaires pour détruire la base...).

Puissance de la crédulité

Le tout est longuement décrit puis débunké (il aurait fallu plus de temps pour construire une telle base, l'opération américaine était en réalité un entraînement dans la perspective d'une guerre face à l'URSS, une bombe nucléaire a bien explosé, mais à 2.400 kilomètres de là...) dans l'article.

Et comme le conclut Motherboard, il ne faut pas s'étonner que cette histoire continue de marcher aussi bien:

«Summerhayes a réussi à débunker l'existence de la base nazie à ovnis en Antarctique, mais le fait que la rumeur persiste une décennie plus tard ne devrait pas être une surprise. À l'ère du pizzagate et des fausses informations, nous ne savons que trop bien que la séduction des théories du complot piégera toujours quelques croyants qui sont prêts à accepter l'apparente absurdité d'une histoire tant que tous les points sont connectés.»