Tech & internetParents & enfants

Sur YouTube, des adultes se déguisent en super-héros pour divertir les enfants (et c'est effrayant)

Vincent Manilève, mis à jour le 28.02.2017 à 8 h 00

Dans des vidéos surréalistes destinées aux plus jeunes, on voit par exemple l'homme-araignée inquiet d'apprendre que la Reine des Neiges, sa femme, attend peut-être un enfant avec un Hulk maléfique.

Image extraite d'une vidéo YouTube du compte Toy Monster.

Image extraite d'une vidéo YouTube du compte Toy Monster.

La page Tendances de YouTube est un paradis et un enfer à la fois; faiseuse de rois et de reines dans le monde du pouce bleu, elle est aussi bien conspuée qu'adulée. Car, en plus de favoriser les comptes les plus suivis, tenus essentiellement par des hommes ou d'importantes chaînes de télévision, il arrive régulièrement que d'étranges vidéos s'y fasse une place et accumulent des vues sans que l'on comprenne bien pourquoi.

C'est ainsi que, ces dernières semaines, en France et dans le monde, plusieurs vidéos perturbantes et montrant des adultes déguisés en super-héros ont commencé à apparaître. Ainsi, récemment, les internautes ont pu admirer «AMAZING FANTA CHALLENGE! Movie Kids Toys w/ Spiderman, Hulk & Joker SODA Taste Minions in Real Life», dans laquelle, entre autres facéties, un faux Spiderman empile des cannettes de Fanta avant d'être attaqué par un faux dinosaure et secouru par un faux Minion.


Difficile, en temps qu'adulte, de ne pas être consterné face à l'absence totale de dialogues, les situations surréalistes ou le malaise ambiant de ces saynètes. Que penser du Joker qui se balade avec un œuf Kinder géant, ou de Spiderman qui conduit une mini Jeep avec une sucette XXL à la main? Le plus incroyable ne concerne même pas le contenu de la vidéo. On constate assez vite que, si le pourcentage de «likes» est assez faible, le compteur de vues dépasse les cinq millions. Il est encore plus effrayant de découvrir que ces vidéos d'adultes déguisés en héros de la culture populaire est un concept à part entière sur YouTube. Il suffit pour cela de se perdre dans celles suggérées lorsque l'on en a finit une du genre.

Elsa et Spiderman attendent des enfants, Elsa et Spiderman boivent dans les toilettes...

Les comptes sur lesquels se trouvent ces saynètes absurdes ont été lancés il y a deux ans environ, dépassant bien souvent le million d'abonnés et le milliard de vues cumulées, ce qui permet à de nombreux YouTubeurs de vivre de leur «art». Web & Tiars, Toy Monster, SuperHero Reality TV, Super Spiderman & Friends… En France, ces chaînes existent à une petite échelle, et il existe aussi des versions animées (en dessins ou pâte à modeler) de ces histoires. Mais les super-héros déguisés, que certains appellent «super-héros IRL», dominent le genre. Et le concept reste le même à chaque fois: des adultes se transforment en héros et méchants adulés des enfants et interprètent une farandole de situations simplistes et sans dialogue, à rendre malades les scénaristes hollywoodiens en charge des blockbusters Marvel, Disney et DC. Le plus souvent, le couple parfait au cœur de l'intrigue rassemble Spiderman (héros parfait pour les garçons) et Elsa, la Reine des Neiges (véritable impératrice du box-office et du marketing). Ainsi on les voit après qu'ils ont eu des enfants, divorcé et retrouvé l'amour avec d'autres super-héros. Elsa s'est aussi réveillée un jour avec des pieds de poulet. Une version sirène de Spiderman a combattu un vilain requin. Les sujets scatologiques sont aussi très populaires: voilà par exemple la princesse affrontant ses propres excréments, transformés sans prévenir en balle de couleurs, ou Spiderman en train d'évacuer des flammes...


A regarder, c'est insupportable. Il n'est pas rare que la barre des «likes» et l'espace commentaires soient bloqués pour que les internautes ne puissent pas exprimer leur profond et juste désarroi. Mais les créateurs de ces chaînes n'ont que faire de l'opinion et l’opiniâtreté des adultes; leurs cibles sont, évidemment, bien plus jeunes.

Les enfants, base insoupçonnée d'utilisateurs de YouTube

C'est quelque chose que l'on conçoit peu, mais les enfants consomment YouTube dès leur plus jeune âge, et en masse, notamment depuis la démocratisation des smartphones et des tablettes (avec parfois de terribles dérives). Il y a quelques jours à peine, la plateforme célébrait les deux ans de YouTube Kids, une application qui cumulent «plus de 30 milliards de vues à ce jour et 8 millions d'utilisateurs actifs chaque semaine». Sur YouTube Kids, il suffit de taper «spi» pour que les vidéos «Spiderman et la Reine des Neiges» ne soient suggérées.

Et un peu comme les histoires, que les enfants réclament en boucle une fois au lit, ces vidéos sont visionnées à répétition. «Pour ce que j'ai vu, s'ils obtiennent autant de vues, c'est que les enfants, et surtout les plus jeunes, ont tendance à vouloir regarder une chose encore et encore, expliquait à The Verge Phil Ranta, représentant l'un de ces comptes YouTube à succès. Certaines de ces vidéos sont probablement vues cinquante fois par le même enfant. Cela aide vraiment à augmenter les chiffres.»

Eloge du consumérisme et de la malbouffe

Cette base d'internautes acharnés est, pour les YouTubeurs qui en profitent, un filon inépuisable et ne nécessitant que peu moyens financiers et créatifs. Tubefilter, site spécialisé sur YouTube qui a été l'un des premiers médias anglo-saxons à analyser cette mode début février, a interrogé Davey Orgill, père d'une famille de vloggers chrétienne et créateur en 2015 de SuperHero Reality TV, qui compte presque 1,8 million d'abonnés. «Les trucs d'enfants sont énormes en ce moment. Ces vidéos rassemblent toutes les choses que les enfants aiment —des bonbons géants, de la musique fun, des pistolets à eau, des lasers, des gens qui volent, Spiderman, Elsa— [...] C'est absolument incroyable pour moi.»

Avec les vidéos de «super-héros IRL», on assiste à l'évolution logique de la mode des vidéos «d'ouverture de jouets» (toy unboxing), où des enfants et leurs parents testaient des jeux fournis par les marques. Désormais, ce sont les super-héros qui, de manière déguisée et plus ou moins assumée, font usage de leur impact sur les jeunes pour promouvoir des produits dans des vidéos qui ne signalent à aucun moment d'éventuels partenariats publicitaires. Après tout, qui de mieux que Spiderman ou Elsa pour nous encourager nos chers enfants à se ruer sur des biscuits Oreo ou supplier leurs parents de leur offrir une bouée gonflable licorne pour leur anniversaire? Et même, sans aller jusqu'à agiter un produit sous le nez de la caméra, tout dans ces vidéos est fait pour créer un environnement de jeu idéal et fantasmé grâce aux produits consuméristes et aux bonbons sur-glucosés. 

Quel impact ces vidéos peuvent-elles avoir sur l'éducation et même la santé des enfants qui, seuls face à leur tablette, n'ont pas encore le recul nécessaire pour discerner ce que cachent ces vidéos? Quand nous avons sollicité Louise Tourret et Nadia Daam, deux contributrices de Slate.fr et mères de jeunes enfants, elles nous ont expliqué ne pas avoir connaissance de ces vidéos. «Mes enfants ont sept et neuf ans et YouTube est vraiment un souci, nous a expliqué Louise Tourret. On a beaucoup moins de contrôle, et sur les iPod je ne regarde pas l'historique et je n'ai aucune envie de me taper les vidéos pour surveiller. Je demande aux enfants de rester dans la même pièce que moi ou pas loin pour surveiller d'une oreille.»

«Elle pourrait tomber dessus parce que c'est le genre de choses qu'elle recherche (super-héros etc.)», ajoute de son côté Nadia Daam à propos de sa fille de 10 ans. «Il y a quelques années, elle regardait des “Dora l'exploratrice” sur YouTube et elle est tombée sur une vidéo doublée avec de sympathiques insanités (genre “grosse salope”).» 

Une inquiétude d'autant plus justifiée que certains YouTubeurs ont décidé de transformer ces vidéos d'adultes déguisés en super-héros, qui reposent beaucoup sur les tenues en lycra il faut le dire, en objets fétichistes à connotations sexuelles. 

Déournement fétichistes, sexuels, et violents

TubeFilter et le YouTubeur h3h3Productions ont ainsi repéré la chaîne Toy Family, qui reprend quasiment le même nom et le même design que Toy Monster. Sauf que, contrairement au compte qui l'a inspiré, Toy Family (300.000 abonnés) n'est en rien destiné aux enfants. Sous des airs innocents, leurs créateurs glissent des contenus fétichistes, sexuels et/ou parfois violents. On tombe ainsi sur deux Spiderman (dont l'un en tenue rose) en train d'embrasser les pieds d'Elsa ou le Joker faire caca sur le visage de Blanche-Neige.


A chaque fois, ces moments représentent une infime partie des vidéos, mais ce sont celles qui sont mises en avant dans les titres et les aperçus. C'est ainsi que les créateurs de ces chaînes grappillent des vues, en détournant un concept déjà bien étrange destinés à des enfants. Et là encore, pas sûr que ces derniers, et leurs parents avec, ne comprennent vraiment ce qui se passe vraiment sous leurs yeux. 

Vincent Manilève
Vincent Manilève (351 articles)
Journaliste