Boire & manger

Voilà pour vous 20 bons restaurants parisiens à moins de 30 euros

Nicolas de Rabaudy, mis à jour le 05.02.2017 à 12 h 07

Histoire de bien manger sans que l'addition ne vienne gâcher le plaisir.

Salle du restaurant Lazare

Salle du restaurant Lazare

Le Michelin, en prélude au guide national à paraître à la mi-février 2017, publie un guide de 645 tables à moins de 32 euros dans l’Hexagone. C’est le bon moment à l’heure où les additions coups de fusil (560 euros le menu et les vins chez Jean-François Piège, 75008) font froid dans le dos. La grande cuisine suppose des coûts importants côté matières premières et personnels: c’est le luxe gastronomique. La vague de la bistronomie, de 30 à 50 euros, permet d’accéder à de vrais plaisirs de bouche, d’où son succès à Paris et chez les disciples de Brillat-Savarin.
 

1.Lazare

Dans la galerie marchande de la gare éponyme, Éric Fréchon, chef triple étoilé au Bristol, a inventé une brasserie animée aux deux services «où règne l’amour du bon». En cuisine, le normand, l’as de la poularde en vessie, a placé Thierry Colas, disciple de Manuel Martinez, ex-chef étoilé à la Tour d’Argent, qui mitonne une vingtaine de plats canailles dont la fameuse saucisse de Toulouse et sa purée (21 euros) qui fait déplacer les foules (50 assiettes par jour), un régal. Dans la carte d’hiver, des trouvailles réjouissantes comme le petit salé de saumon aux lentilles, le jarret de porc laqué et navets. Tous les plats du jour dont le gigot d’agneau, la poule au riz sauce suprême, la brandade de morue plébiscitée le vendredi et les endives au jambon le samedi sont affichés à 19 euros. Côtes de Francs 2013 à 7 euros. Réserver absolument.

• Parvis de la Gare Saint-Lazare 75008 Paris. Tél.: 01 44 90 80 80. Pas de fermeture.

Coquillettes et jambon © lesrestos.com

2.Vantre

La révélation de ce début d’année. Un bistrot sans grand charme, proche de la République, tables en marbre, parquet, où le chef Iacopo Chomel, 32 ans, venu de chez Saturne, envoie des plats contemporains, sensuels, sans délire décoratif, et des chefs-d’œuvre: les gnocchis au beurre de sauge (8 euros), les oursins, céleri rôti et navets, jolie composition et l’exquis onglet de bœuf au persil et champagne. Ganache au chocolat à tomber. Prix d’ami. Déjeuner à 16 ou 19 euros.

Iacopo Chomel a obtenu le 30 janvier le Prix du Grand Chef de Demain catégorie bistrot, un futur Guy Savoy. Ce magnifique cuisinier d’une grande modestie a été découvert par la romancière Maylis de Kerangal qui en a fait le sujet d’un de ses derniers livres: Un chemin de tables aux Éditions du Seuil. 7,90 euros.

• 19, rue de la Fontaine au Roi, 75011 Paris. Tél.: 01 48 06 16 96. Fermé samedi et dimanche.

Joues de bœuf, endives braisées et graines de sésame © Vantre

3.Le bar des près

Cyril Lignac, grand chef ouvert à toutes les cuisines du monde, vient de créer un bar restaurant japonais de quelques couverts tenu par l’excellent chef nippon Shu Hasegawa, venu de chez Kinugawa, un classique à Paris, qui cisèle et moule devant vous les délicieux sushis à la crevette Obsiblue, à l’anguille laquée, à la dorade royale –les trois pièces pour 19 euros. Ne pas négliger l’éventail de sashimis tranchés à la minute, une spécialité délicate, le thon cru Chu-Toro (la meilleure partie) à la vinaigrette Jalapeno et radis croustillants (19 euros les trois) avant le délicat litchi frais accompagné d’un sorbet à la rose. Saké fruité en accompagnement. Plein tous les soirs. Le meilleur sushi de Paris?

• 25, rue du Dragon 75006 Paris. Tél.: 01 43 25 87 67. Pas de fermeture.

Thon mi-cuit, avocat Nori, sauce yuzu soy © Le Bar des Prés

4.Il Ristorante

En face de chez Michel Rostang, double étoilé, le sicilien Rocco Anfuso concocte dans cette salle à manger des années 1970 le répertoire ancestral de la cucina italiana telle que les Français la rêve, loin des complications de la nouvelle génération des chefs stars de la Botte. Mozzarella di bufala (la seule vraie), vitello tonnato, tartare de thon, linguine aux palourdes à la vénitienne avec du parmesan (incomparable avec ce fromage artisanal) et le rare sabayon aux amandes. Déjeuner à 30 euros.

• 22, rue Fourcroy 75017 Paris. Tél.: 01 47 54 91 48. Fermé samedi midi et dimanche.
 

5.Graindorge

C’est la seule table de cuisine flamande à Paris conduite par Bernard Broux, ancien de chez Dutournier, expert en préparations belges dont l’exquise anguille au vert. Soupe crémeuse à la bière, rarissime Potjevleesch, cette terrine de viandes si goûteuse avec le lapin en gelée, carbonade de joues de bœuf au genièvre, pomme de terre Bintje farcie de brandade de morue, gros chicons en salade, crème glacée au pain d’épices –un ensemble d’une haute tenue. Prix très raisonnables. Déjeuner à 24 et 29 euros.

• 15, rue de l’Arc de Triomphe 75008 Paris. Té.: 01 47 54 00 28. Fermé samedi, dimanche au dîner et lundi au déjeuner.

Potjevleesch en terrine au restaurant Graindorge

6.Le Pantruche

Un bistrot vintage pour le guide rouge 2017 dans un cadre daté, banquettes, zinc et accueil chaleureux. La carte décline des spécialités de l’excellent Franck Baranger, à la limite de la haute cuisine: tartare d’huîtres, poitrine de veau confite, langoustines crues, soupe de poissons, soufflé au Grand-Marnier. Du rétro chic pour les inspecteurs du Michelin. Pourquoi pas? Déjeuner à 19 euros.

• 3, rue Victor Massé 75009 Paris. Tél. 01 48 78 55 60. Fermé samedi et dimanche.

L'œuf cuit mollet et sa fondue de poireaux © lesrestos.com

7.I Golosi

Au-dessus de l’épicerie italienne (pâtes, riz, huile d’olive, biscuits) et du comptoir de dégustation, la salle à manger est à l’étage pour les gourmands férus de spécialités ancestrales de la Botte: langues d’agneau panées à la moutarde, risotto au ris d’agneau et artichaut, raviolis au fromage Asiago au speck et mascarpone, poulet fermier aux petits pois, tartelette au citron. Remarquable carte des vins d’Italie. Déjeuner à partir de 25 euros.

• 6, rue de la Grange Batelière 75009 Paris. Tél.: 01 48 24 18 63. Fermé samedi soir et dimanche.

Poulpe en salade aux pommes de terre et aux olives © I Golosi

8.Comme chez Maman

La bonne cuisine familiale, c’est le domaine de la mère aux fourneaux: l’amour donne du talent, du doigté et des goûts. C’est ce que croit Wim Van Gorp, un chef belge passé par la brigade d’Alain Ducasse et le Market de l’avenue Montaigne. Au cœur des Batignolles, dans un bistrot de style contemporain, ce bon maître queux prépare la soupe de petits pois et croûtons, le rognon de veau aux aromates, des gnocchis à la sauge, un pot-au-feu de la mer et le vacherin aux fraises. Prix imbattables. Déjeuner à 18 et 20 euros.

• 5, rue des Moines 75017 Paris. Tél.: 01 42 28 89 53. Pas de fermeture.

Salade de lentilles, saucisson chaud © lesrestos.com

9.L'entredgeu

Une table très fréquentée par les fins palais, un modèle de bistrot malin créé par Philippe Tredgeu, chef d’avenir, où l’on peut savourer un croustillant d’œufs mollets et piperade, le maquereau fumé et rattes, le boudin noir sauce béarnaise maison, la tourte de canard et foie gras, le cabillaud rôti et risotto de langues d’oiseau et le succulent Mont Blanc de Jennifer. Souvent complet. Déjeuner à 26 euros.

• 3, rue Laugier 75017 Paris. Tél.: 01 40 54 97 24. Fermé dimanche et lundi.

Le quasi de veau © lesrestos.com

10.Vitis

Mené par les frères Delacourcelle, pionniers de la bistronomie au Pré Verre (75005), ce mini bistrot affiche des assiettes originales, bien senties: la poêlée de couteaux au gingembre, la terrine de canard aux fruits secs, le cochon de lait fondant aux épices douces. Un excellent moment constate le Michelin. Prix d’amis. Déjeuner à 16 euros.

• 8, rue Falguière 75015 Paris. Tél.: 01 41 73 07 02. Fermé dimanche.
 

11.Le Beurre Noisette

Tout près de la place Balard, Thierry Blanqui, passé par la Tour d’Argent et le Ritz de Guy Legay, amoureux de l’anguille comme Christian Le Squer, mitonne un corpus de plats proches de la haute cuisine: le pâté de canard en croûte et foie gras, le marbré de pintade et foie gras, les noix de Saint-Jacques crémées au chou-fleur, le ris de veau rôti au beurre, le baba au rhum. Tout cela frôle l’étoile.

• 68, rue Vasco de Gama 75015 Paris. Tél.: 01 48 56 82 49. Fermé dimanche et lundi.

Gaspacho de betterave, saumon fumé et croûtons de brioche © Restaurant le Beurre Noisette

12.La Marlotte

Au cœur de la Rive Gauche, cette auberge d’aujourd’hui est le fief de Gilles Ajuelos dont le répertoire enchante les gourmets de tradition: harengs pommes à l’huile, millefeuille tiède aux aubergines, boudin basque à la plancha, terrine de foies de volaille, île flottante. Pour les gens du quartier, une bénédiction dans cette rue qui fourmille de tables approximatives. Ici on mange la vérité, selon le mot d’Alain Chapel, le maestro disparu. Déjeuner à 24 et 29 euros.

• 5, rue du Cherche-Midi 75006 Paris. Tél.: 01 45 48 86 79. Pas de fermeture.
 

13.Bocca Rossa

C’est la succursale du chef étoilé Sylvain Sendra à Itinéraires, tout près, qui envoie une cuisine métissée de l’Italie: des antipasti, le carpaccio de bœuf, la pasta et des raviolis ricotta, et de France, des anchois au vinaigre de pamplemousse, le couscous de chou et le tiramisu bien latin. Excellente adresse pour le guide, Bib Gourmand 2017, dans cette enclave proche de la Seine, des quais et de la Tour d’Argent. Déjeuner à 14 euros.

• 8, rue de Poissy 75005 Paris. Tél.: 09 51 88 52 44. Pas de fermeture.
 

14.Le Timbre

Dans la rue Notre-Dame des Champs, fief d’Ernest Hemingway avant la guerre de 1940, une courte ruelle où Charles Danet, venu de Montpellier, a installé ses fourneaux, des tables en bois et des banquettes confortables dans ce bistrot de poche. On peut savourer un maquereau mariné aux épices, une poitrine de veau roulée aux trompettes de la mort et chorizo, jolie composition, et une pièce de cochon cuite 60 heures pour obtenir un moelleux emballant et un crémeux de chocolat noir. Son épouse veille au service en recommandant des vins adaptés. Déjeuner à 23 et 28 euros.

• 3, rue Sainte-Beuve 75006 Paris. Tél.: 01 45 49 10 40. Fermé dimanche et lundi.
 

15.Les Canailles

Un bistrot de rêve pour le régal des papilles inventé par deux copains bretons du Crillon, Yvan Le Pevedic et Sébastien Guillo, qui offrent des préparations ancestrales parfaitement exécutées: le délicieux carpaccio de langue de bœuf sauce gribiche, les rognons en persillade pommes purée, la tartelette de maquereaux au fenouil et chorizo, le poisson du marché comme le turbot de petite pêche (une rareté dans un bistrot) et la marquise au chocolat, crème glacée au caramel, une gâterie digne de Pierre Hermé. Oui, un must absolu, toujours complet, mériterait une étoile. Déjeuner à 28 euros.

• 25, rue la Bruyère 75009 Paris. Tél.: 01 48 74 10 48. Fermé samedi et dimanche.

Millefeuille caramel et beurre salé © Restaurant les Canailles

16.Bistrot des gastronomes

Un ancien de chez l’étoilé Christian Constant et du Volnay près du Ritz, Cédric Lefèvre a été touché par le virus de la bistronomie, ce qui ne l’empêche pas de mitonner des produits nobles: le foie de canard mi-cuit aux pruneaux, les Saint-Jacques d’Erquy à la purée de céleri et truffe à côté de délicats poireaux vinaigrette et croustillant de pied de porc, une poêlée de couteaux en persillade, et les joues de bœuf à la vigneronne, tarte au citron. Une vraie réussite pour le Michelin. Ce terroir revisité déploie un style de cuisine franche et sincère. Déjeuner à 24 euros.

• 10, rue du Cardinal Lemoine 75005 Paris. Tél.: 01 43 54 62 40. Fermé dimanche et lundi.

Cabillaud au velouté de chou-fleur © GP

17.L'Office

Tout près des Folies Bergères, une petite boîte (Curnonsky) dédiée à la cuisine du marché et des saisons qui honore les bons cuisiniers qui officient aussi en face, au restaurant Richer. Gaspacho de concombre au lait d’amande, croustillant d’agneau aux petits pois, cabillaud et pizza soufflée sauce vierge, sablé aux amandes et crémeux au chocolat –l’esprit cantine Arty écrit le Michelin dans des termes abscons. Déjeuner à 21 euros.

• 3, rue Richer 75009 Paris. Tél.: 01 47 70 67 31. Fermé samedi et dimanche.

Salle du restaurant l'Office © Baptiste Heller

18.Villaret

L’archétype du bistrot dans le vent, produits choisis, traitement original, garnitures bienvenues et flacons à des prix aimables. Tout est recommandable dans cette petite boîte du quartier Parmentier: la nage de moules au chorizo, le petit salé de canard au chou vert, le perdreau rôti, le carré d’agneau en croûte d’herbes, pomme au pain d’épices. Déjeuner à 27 euros.

• 13, rue Ternaux 75011 Paris. Tél.: 01 43 57 89 76. Fermé samedi midi et dimanche.
 

19.Kokoro

En japonais «cœur» pour personnaliser les deux propriétaires: le français Frédéric Charrier, un vendéen au piano, et Sakura Mori, nippone en charge des desserts très travaillés. Un ensemble d’une étonnante créativité culinaire: moules de bouchot à la chapelure d’agneau et curry jaune, thon de ligne et tomates de plein champ au basilic et mojettes, et pour finir, la tuile feuilletée, sorbet au lait, pomme rôtie et curcuma frais, une assiette digne du pâtissier Michalak –formidables surprises indique le Michelin avec raison. Déjeuner à 20, 25 et 30 euros.

• 36, rue des Boulangers 75005 Paris. Tél.: 01 44 07 13 29. Fermé dimanche et lundi.
 

20.La maison du jardin

En lisière du Jardin du Luxembourg, Philippe Marquis inscrit à l’ardoise de son bistrot du marché un éventail de plats goûteux qui attirent la fine fleur des fins becs du quartier: la terrine de lapin, le carpaccio de thon à la tapenade, une rare pastilla d’agneau au thym citron, une polenta aux courgettes et une gaufre façon Lenôtre. Réservation conseillée indique le Michelin qui connaît son monde. Menu à 22 euros.

• 27, rue de Vaugirard 75006 Paris. Tél.: 01 45 48 22 31. Pas de fermeture.

À LIRE

Bonnes petites tables du guide Michelin France 2017, Bib gourmand, 350 pages, 17,90 euros

Le commander

 

Nicolas de Rabaudy
Nicolas de Rabaudy (456 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux.
> Paramétrer > J'accepte