Science & santéBoire & manger

Avec ses vitamines «sans ingrédient chimique», Arkopharma nous enfume

Peggy Sastre, mis à jour le 08.02.2017 à 11 h 22

Toutes les substances présentes sur cette planète étant «chimiques», que votre vitamine C soit naturelle ou artificielle n'y changera rien.

Terrifiant et ridicule. Les qualificatifs siéraient parfaitement bien à la publicité d'«Arkovital® Pur'Énergie», un complément alimentaire censé nous redonner la pêche (et même la super pêche) en ces moroses périodes hivernales promptes aux petites baisses de régime.

Dernier-né des féconds laboratoires Arkopharma, ceux-là mêmes qui nous promettent depuis 1980 de mettre «l'intelligence de la nature au service de [n]otre santé» (l'arsenic, le moustique tigre et les ouragans apprécieront), le produit peut compter sur un argument de vente en torchis armé: il n'est pas composé de substances chimiques, mais d'ingrédients «exclusivement issus de fruits et de plantes», sans le moindre ajout de «vitamines artificielles».

Foutu progrès

Cette composition, trompette Arkopharma, garantit une «assimilation par l’organisme optimisée». Un phénomène, si on en croit la vidéo, assez puissant pour vous permettre de ramasser la tartine de votre gosse AVANT qu'elle ne tombe parterre. Si j'avais pu gober des «Arkovital® Pur'Énergie» dans ma prime jeunesse quand, après avoir eu vent de l'existence de la théorie de la relativité, je passais des heures à essayer de retaper sur l'interrupteur de ma chambre et d'éteindre la lumière avant qu'elle ne s'allume, autant dire que je serais en droit d'ajouter «première Picarde d'adoption à avoir effectué un voyage spatio-temporel» à ma fiche Wikipédia. Foutu progrès qui va trop vite et qui vous file entre les doigts.

On rigole on rigole, mais le fait est que cet argument n'a absolument aucun sens, si ce n'est de nous enfumer avec des mots dévoyés du leur. Toutes les substances présentes sur cette planète sont «chimiques», vu qu'elles sont composées d'atomes (les éléments de la fameuse table périodique). Une molécule de vitamine C, qu'elle barbote dans un verre où vous avez versé votre jus d'orange «100% naturel» ou jeté un cachet « 100% artificiel» conçu par un pervers chimiste crachant sur «l'intelligence de la nature» tous les matins au petit-déjeuner, c'est une molécule de vitamine C, point barre. Les deux ont la même structure, la même formule (C6H8O6), obéissent aux mêmes lois, possèdent les mêmes propriétés physiques et agissent de la même manière sur votre organisme, tout pareil, parce que c'est absolument la même chose.

Marchands de doute

Si les comprimés d'«Arkovital® Pur'Énergie» étaient réellement «sans ingrédient chimique», comme on peut lire sur la mignonne petite feuille verte accompagnant le visuel de la gamme, ben ils n'existeraient pas. Ce serait le néant, le zéro absolu de l'absence du rien. Même pas qu'on pourrait les comparer à du vent (faisant voleter tendrement la feuille), vu que l'air est lui-même «chimique», car bourré d'atomes. Sans oublier que pour passer de son havre végétal au cachet qui prévoit de vous optimiser l'organisme comme jamais, m'est avis que la vitamine a dû tâter de l'artifice.

Si un enfant ne peut pas le prononcer, ne le mange pas

«Si un enfant ne peut pas le prononcer, ne le mange pas.» Cette formule, attribuée au gourou du l'alimentation «saine» Michael Pollan, constitue sans doute l'un des pires «faits alternatifs» véhiculés par les «gentils» marchands de doute et véritables marchands de peur. Selon ce conseil «de bon sens», si l'étiquette d'un produit contient tout plein de mots compliqués et de termes avec des chiffres et des tirets (des formules chimiques, donc), il faut passer son chemin, du moins si on est «engagé» à préserver sa santé et celle de la planète.

Intérêt faible

D'accord. Parlons du 7,8-dimethyl- 10-((2R,3R,4S)- 2,3,4,5- tetrahydroxypentyl) benzo [g] pteridine- 2,4 (3H,10H)- dione. Au secours, maman, viens ramasser ma tartine! Pour ne rien arranger à la flippette, qu'on se figure que sous cette formule barbare se cache le colorant E101. Le fourbe. Là, c'est clair, on veut notre mort. En réalité, il s'agit simplement de la riboflavine, ou vitamine B2, une substance présente «100%» naturellement dans les bananes (avec lesquelles, comme tous les humains, les marketeux d'Arkopharma partagent une bonne moitié de leur ADN).

Sur le site du laboratoire de phythothérapie et d'homéopathie, les choses se précisent un tantinet. Si ces vitamines «naturelles» et «sans ingrédient chimique» sont censément plus saines, sûres et efficaces que les autres, les «artificielles», c'est qu'elles sont associées à des co-nutriments, soit des «composés présents dans le végétal», secret de la fameuse «assimilation par l’organisme optimisée». L'argument est déjà plus légitime et scientifiquement valide –par exemple, associé à la vitamine C, le fer est effectivement mieux assimilé par l'organisme.

On regrettera que le laboratoire ne précise pas plus avant l'identité de ces accessoires, et qu'il oublie de mentionner combien l'intérêt d'une supplémentation en vitamines chez les individus ne présentant pas de carences médicalement établies est on ne peut plus faible, en l'état actuel de nos connaissances. Sans doute parce qu'il nous prend pour des cons?

Peggy Sastre
Peggy Sastre (26 articles)
Auteur et traductrice