California Ground Squirrel | Howard Cheng via Flickr CC License by

California Ground Squirrel | Howard Cheng via Flickr CC License by

Quand la Californie enrôlait ses écoles pour tuer tous les écureuils

Monde |   Repéré par Grégor Brandy

mis à jour le 30.11.2016 à 15 h 27

Pendant une semaine en 1918, les élèves ont eu pour mission d'éliminer un maximum de rongeurs.

En avril 1918, alors que la Première Guerre mondiale n'était pas encore finie, les «écoliers californiens ont été enrôlés pour un tout autre front», à l'ouest du pays, raconte Atlas Obscura.

«Les enfants ont pris part à la Semaine de l'Écureuil, sept jours de folie pendant lesquels la Californie a essayé de tuer ses écureuils terrestres

En fait, raconte le site américain, les agriculteurs essayaient depuis des années de se débarrasser de cette espèce, qu'ils considéraient «comme nuisibile et une source d'épidémie, particulièrement de la peste bubonique».

Pour y arriver, l'État s'est appuyé sur sa jeunsse, espérant qu'elle réussisse là où les adultes avaient jusque-là échoué. Un pamphlet intitulé «Tuer les écureuils» –qui servait aussi de propagande anti-Allemands– a été fourni dans les écoles, avec à la clé, quelques récompenses. Les élèves qui en auraient tué le plus pouvaient gagner jusqu'à l'équivalent de 800 dollars aujourd'hui.

«On demandait aux élèves de prouver leurs comptes, en amenant les queues d'écureuils à l'école. [...] Quand la Semaine des écureuils s'est achevé, le 4 mai, les enfants avaient ramené 104.509 queues, même si l'on estime que cela ne représente qu'une fraction de la totalité des écureuils tués.»

Certains ont été tellement enthousiasmés qu'ils ont continué bien après. Une fille a ainsi ramené cette année-là 3.780 queues, et un garçon 3.770.

«L'État a considéré que cette semaine était un immense succès: les moissons ont rebondi dans des zones débarrassées des écureuils terrestres. Mais difficile de dire que c'était une victoire totale. Près d'un siècle plus tard, les écureuils terrestres de Californie sont toujours vus comme des nuisibles prolifiques qui coûtent cher.»

À lire aussi