Chercher une famille de substitution n'est pas toujours une bonne idée

©Muglück

©Muglück

Quand ses parents se sont séparés, Émilie a perdu toute sa stabilité familiale, ses repères. Elle s’est soudain sentie en demande d’un nouveau cercle, d’un entourage solide. Comme si elle ne pouvait exister sans une communauté autour d'elle pour la définir. Ce qui rejoint ce qu'Alasdair MacIntyre explique, dans Après la vertu (1981). Le philosophe anglo-saxon explique que dans de nombreuses sociétés traditionnelles, «c’est par son appartenance à divers groupes sociaux que l’individu s’identifie et est identifié par les autres. Je suis frère, cousin, et petit-fils, membre de cette maisonnée, de ce village, de cette tribu. Ces caractéristiques ne sont pas accidentelles, on ne peut les ôter pour révéler ‘le vrai moi’. Elles font partie de ma substance, elles définissent au moins en partie et parfois entièrement, mes obligations et mes devoirs. Les individus héritent d’un espace particulier au sein d’un entrelacs de relations sociales; sans cet espace, ils ne sont rien, parias ou étrangers dans le meilleur des cas».

C'est un peu ce qu'a ressenti Émilie. Et c'est là qu'elle a essayer de trouver une famille de subsitution, une nouvelle communauté. Elle a alors rencontré Fabienne. 

Écoutez l'épisode de Transfert:

Un épisode signé Alexandre Mognol.

Si vous avez des histoires à nous raconter, écrivez-nous à [email protected]. Abonnez-vous à Slate France Podcasts sur Facebook, et venez nous laisser des commentaires sur iTunes!

À très vite.

Charlotte Pudlowski
Charlotte Pudlowski (737 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux.
> Paramétrer > J'accepte