L'effacement domestique des femmes (une célébration)

Fanny Arlandis

Double X

, mis à jour le 27.01.2017 à 12 h 31

Depuis plus de vingt-cinq ans, Patty Carroll travaille sur une série photo qui interroge le rapport des femmes à l'espace domestique. Cette photographe utilise des objets ou des drapés pour questionner «l’obsession et le perfectionnement de la maison et de son décor». «Je voudrais que ce projet soit à la fois une critique des femmes et de la maison, et une célébration. La plus grosse interrogation de mon travail est de comprendre ce que "chez-soi" veut dire pour une femme.» Sa série Anonymous Women vient d'être publiée dans un livre chez Daylight Books

 

Accessoriesy | Patty Carroll

 

«De nombreuses femmes s’occupent silencieusement et courageusement d’une maison et de leur famille en créant de la beauté et l’ordre à partir du chaos. Elles passent cependant inaperçues pour le monde extérieur, pour les gens qui les entourent ou même pour elles-mêmes. Pourtant, l’obsession et le perfectionnement de la maison et de son décor façonnent souvent l’identité de beaucoup d’entre nous (pas seulement les femmes).»

Accessoriesy | Patty Carroll

 

«De nombreuses femmes s’occupent silencieusement et courageusement d’une maison et de leur famille en créant de la beauté et l’ordre à partir du chaos. Elles passent cependant inaperçues pour le monde extérieur, pour les gens qui les entourent ou même pour elles-mêmes. Pourtant, l’obsession et le perfectionnement de la maison et de son décor façonnent souvent l’identité de beaucoup d’entre nous (pas seulement les femmes).»

Domesticbliss | Patty Carroll

 

«Bien que mes sources directes de ce travail proviennent de l’ameublement d’une maison puis de l’inspiration des habits des religieuses, cette série se réfère également aux statues drapées de la Renaissance, aux femmes qui portent la burka, à la vierge Marie, aux robes grecques et antiques, aux robes de prêtres, de juges, etc.»

Domesticbliss | Patty Carroll

 

«Bien que mes sources directes de ce travail proviennent de l’ameublement d’une maison puis de l’inspiration des habits des religieuses, cette série se réfère également aux statues drapées de la Renaissance, aux femmes qui portent la burka, à la vierge Marie, aux robes grecques et antiques, aux robes de prêtres, de juges, etc.»

Teatime | Patty Carroll

 

«Je crois que tout le monde a une identité cachée, qui se crée à partir des traditions personnelles, des souvenirs et des idées masquées au monde extérieur. Cultiver ces mondes intérieurs psychologiques, émotionnels et intellectuels est peut-être notre plus grand défi en tant que personne, peu importe d’où nous venons et où nous vivons.»

Teatime | Patty Carroll

 

«Je crois que tout le monde a une identité cachée, qui se crée à partir des traditions personnelles, des souvenirs et des idées masquées au monde extérieur. Cultiver ces mondes intérieurs psychologiques, émotionnels et intellectuels est peut-être notre plus grand défi en tant que personne, peu importe d’où nous venons et où nous vivons.»

Flowery | Patty Carroll

 

«J’ai grandi dans la banlieue de Chicago, ce qui m’a fourni la base de tout mon travail. Les banlieues sont des endroits fabriqués de réconfort où tout le monde a une vie parfaite, une maison, un jardin. J’ai grandi à une époque où la vie en banlieue était idéalisée, la maison était un lieu de perfection et d’harmonie, à l’abri de la dure réalité de la ville, sans crimes et où les rideaux et le canapé de tout le monde allaient ensemble… C’était une époque où “la place de la femme était à la maison”. Dans mes photographies, je crée maintenant des mondes qui brisent, critiquent et ironisent ces mythes de la perfection claustrophobe.»

Flowery | Patty Carroll

 

«J’ai grandi dans la banlieue de Chicago, ce qui m’a fourni la base de tout mon travail. Les banlieues sont des endroits fabriqués de réconfort où tout le monde a une vie parfaite, une maison, un jardin. J’ai grandi à une époque où la vie en banlieue était idéalisée, la maison était un lieu de perfection et d’harmonie, à l’abri de la dure réalité de la ville, sans crimes et où les rideaux et le canapé de tout le monde allaient ensemble… C’était une époque où “la place de la femme était à la maison”. Dans mes photographies, je crée maintenant des mondes qui brisent, critiquent et ironisent ces mythes de la perfection claustrophobe.»

Lampscape | Patty Carroll

 

«J’utilise les objets et les rideaux comme un commentaire de l’obsession de collecter, accumuler et décorer. Beaucoup de femmes sont obsédées par la décoration de leur maison pour de nombreuses raisons: se montrer, déclarer leur position sociale ou leur statut, être une source de fierté, un lieu de contrôle, une source d’identité personnelle etc. J’essaie d’apporter de l’humour à ces idées en utilisant des objets.»

Lampscape | Patty Carroll

 

«J’utilise les objets et les rideaux comme un commentaire de l’obsession de collecter, accumuler et décorer. Beaucoup de femmes sont obsédées par la décoration de leur maison pour de nombreuses raisons: se montrer, déclarer leur position sociale ou leur statut, être une source de fierté, un lieu de contrôle, une source d’identité personnelle etc. J’essaie d’apporter de l’humour à ces idées en utilisant des objets.»

Lily | Patty Carroll

 

«La draperie est symbolique dans ce travail car elle représente un milieu familial établi, traditionnel, où le décor est sérieusement considéré. Après tout, une maison parfaite ne doit jamais avoir de meubles et de styles incompatibles: ils sont la touche finale d’une maison correcte! Les rideaux ferment le monde extérieur et séquestrent la vie à l’intérieur. Les rideaux sont aussi assez formels et féminins. Quand aux objets, ce sont des objets domestiques basiques que l'on trouve dans la plupart des maisons.»

Lily | Patty Carroll

 

«La draperie est symbolique dans ce travail car elle représente un milieu familial établi, traditionnel, où le décor est sérieusement considéré. Après tout, une maison parfaite ne doit jamais avoir de meubles et de styles incompatibles: ils sont la touche finale d’une maison correcte! Les rideaux ferment le monde extérieur et séquestrent la vie à l’intérieur. Les rideaux sont aussi assez formels et féminins. Quand aux objets, ce sont des objets domestiques basiques que l'on trouve dans la plupart des maisons.»

Planty | Patty Carroll

 

«Les femmes de mes photos sont anonymes car à l’inverse, si l’on voit une personne précise, alors l’image devient le portrait de quelqu’un. Quand on ne voit pas le visage, le spectateur a la possible de devenir la personne sur la photo. Mes images sont donc des "non-portraits": ils ne sont pas les portraits d’une personne mais d’un type de personnes, une personne connue à travers son statut domestique.»

Planty | Patty Carroll

 

«Les femmes de mes photos sont anonymes car à l’inverse, si l’on voit une personne précise, alors l’image devient le portrait de quelqu’un. Quand on ne voit pas le visage, le spectateur a la possible de devenir la personne sur la photo. Mes images sont donc des "non-portraits": ils ne sont pas les portraits d’une personne mais d’un type de personnes, une personne connue à travers son statut domestique.»

Platey | Patty Carroll

 

«Je voudrais que ce projet soit à la fois une critique des femmes et de la maison, et une célébration. La plus grosse interrogation de mon travail est de comprendre ce que “chez soi” veut dire pour une femme. Chaque femme a une vision de la chose différente ainsi que sa signification personnelle. Mais, pour la plupart d’entre nous, la maison est synonyme de confort et de sécurité.»

Platey | Patty Carroll

 

«Je voudrais que ce projet soit à la fois une critique des femmes et de la maison, et une célébration. La plus grosse interrogation de mon travail est de comprendre ce que “chez soi” veut dire pour une femme. Chaque femme a une vision de la chose différente ainsi que sa signification personnelle. Mais, pour la plupart d’entre nous, la maison est synonyme de confort et de sécurité.»

TeaParty | Patty Carroll

 

«Pour moi, la maison est un sujet compliqué qui mûrit depuis l’enfance. J’ai toujours voulu vivre dans une maison “parfaite” parce que ma maison était synonyme de difficultés et de tensions. J’ai imaginé un endroit de perfection et un lieu pour trouver la paix.»

TeaParty | Patty Carroll

 

«Pour moi, la maison est un sujet compliqué qui mûrit depuis l’enfance. J’ai toujours voulu vivre dans une maison “parfaite” parce que ma maison était synonyme de difficultés et de tensions. J’ai imaginé un endroit de perfection et un lieu pour trouver la paix.»

Royal | Patty Carroll

 

«Mon travail essaie de demander au spectateur de penser à lui par rapport à ce qu’il voit. J’espère aussi que l’expérience procure du plaisir. Pour moi, l’art n’est pas pertinent s'il ne touche pas émotionnellement. Je crois aussi en l’humour comme moyen de communiquer sur des sujets difficiles. J’espère que le spectateur prendra les images au sérieux, mais rira aussi des dilemmes qu’il soulève.»

Royal | Patty Carroll

 

«Mon travail essaie de demander au spectateur de penser à lui par rapport à ce qu’il voit. J’espère aussi que l’expérience procure du plaisir. Pour moi, l’art n’est pas pertinent s'il ne touche pas émotionnellement. Je crois aussi en l’humour comme moyen de communiquer sur des sujets difficiles. J’espère que le spectateur prendra les images au sérieux, mais rira aussi des dilemmes qu’il soulève.»